Gouvernorat de Kairouan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kairouan
Localisation du gouvernorat
Localisation du gouvernorat
Administration
Pays Tunisie Tunisie
Date de création 21 juin 1956
Chef-lieu Kairouan
Gouverneur Mohsen Mansouri (2014)
Démographie
Population 571 300 hab.
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 40′ N 10° 06′ E / 35.666666666667, 10.1 ()35° 40′ Nord 10° 06′ Est / 35.666666666667, 10.1 ()  
Superficie 671 200 ha = 6 712 km2
Subdivisions
Délégations 11
Municipalités 12
Imadas 114

Le gouvernorat de Kairouan (ولاية القيروان), créé le 21 juin 1956, est l'un des 24 gouvernorats de la Tunisie. Il est situé dans le centre du pays et couvre une superficie de 6 712 km2[1], soit 4,1 % de la superficie du pays. Il abrite en 2013 une population de 571 300 habitants[2],[1]. Son chef-lieu est Kairouan.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 670, Oqba Ibn Nafi Al Fihri fonde Kairouan[3]. De 758 à 761, la ville est saccagée par les kharidjistes. Au IXe siècle, la ville connaît un grand essor sous le règne des Aghlabides[3].

Le gouvernorat de Kairouan est créé par le décret du 21 juin 1956 relatif au premier découpage administratif de la Tunisie indépendante.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le gouvernorat est situé à 160 kilomètres de la capitale. Il est limité par le gouvernorat de Zaghouan au nord, de Siliana, de Kasserine et de Sidi Bouzid à l'ouest et par le gouvernorat de Sfax, de Sousse et de Mahdia à l'est.

La température moyenne se situe entre 5 et 21 °C en hiver et entre 25 et 42 °C en été. La pluviométrie annuelle est de 250 à 400 millimètres.

Administrativement, le gouvernorat est découpé en onze délégations, douze municipalités, sept conseils ruraux[1] et 114 imadas.

Délégation Population en 2004
(habitants)
Bou Hajla 70 589
Chebika 33 889
Echrarda 25 903
El Alâa 31 773
Haffouz 43 792
Hajeb El Ayoun 35 403
Kairouan Nord 83 794
Kairouan Sud 80 444
Nasrallah 37 112
Oueslatia 36 195
Sbikha 67 315
Sources : Institut national de la statistique[4]

Politique[modifier | modifier le code]

Gouverneurs[modifier | modifier le code]

Voici la liste des gouverneurs de Kairouan depuis l'indépendance :

Maires[modifier | modifier le code]

Voici la liste des maires des municipalités du gouvernorat dont tous les conseils municipaux ont été dissous et remplacés par des délégations spéciales :

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture demeure le secteur le plus important pour l'économie locale avec 657 700 hectares de terres agricoles. En effet, la région se caractérise par une importante production de légumes (piments et tomates) et de fruits (abricots, amandes et olives), ce qui lui permet de couvrir la demande des autres régions (Sousse, Tunis et Sfax).

La compagnie canadienne de production de pétrole et de gaz, DualEx Energie, annonce en 2011 qu'une première évaluation du permis qui lui a été accordé à Bou Hajla fait ressortir des réserves de plus d'un milliard de barils[18] ; les actions de la compagnie basée à Calgary grimpent aussitôt de 40 % à la Bourse de Toronto[18]. Avec un investissement de 5,2 millions de dinars tunisiens, ce permis est un partenariat entre DUALEX Tunisie Inc. et l'Entreprise tunisienne d'activités pétrolières pour la production de pétrole et de gaz[19].

La population active est concentrée essentiellement dans le secteur agricole (40,1 %) et les services (27,7 %).

Le gouvernorat possède cinq zones industrielles réparties comme suit :

  • deux zones non-aménagées à Bateni ;
  • une zone partiellement aménagée sur la route de Tunis ;
  • une zone aménagée ;
  • une zone en cours d'aménagement à Hajeb El Ayoun.

Il existe 98 entreprises manufacturières :

Depuis longtemps, la région s'est doté d'un artisanat qui lui est bien spécifique : ciseleurs, tisserands et selliers. Mais la plus grande activité artisanale, celle qui fonde la célébrité de la région, demeure l'art de la tapisserie.

Culture[modifier | modifier le code]

Dinar aghlabide (début du IXe siècle) faisant partie des collections du musée de Raqqada

Après 1960, on construit sur un site d'une vingtaine d'hectares un palais présidentiel au milieu des quelques vestiges encore visibles ; il abrite depuis 1986 le musée national d'art islamique de Raqqada[20]. Le musée est spécialisé dans les arts islamiques médiévaux et renferme des œuvres provenant de Kairouan et des sites de Raqqada et Al-Mansuriya, une ancienne cité princière édifiée à l'époque fatimide[20]. La collection la plus importante est celle des Corans calligraphiés qui constitue un ensemble exceptionnel de manuscrits et de feuillets appartenant, à l'origine, à la bibliothèque de la Grande Mosquée de Kairouan. Parmi les joyaux de cette collection figurent les feuillets du Coran bleu datant du Xe siècle[21].

L'événement culturel qui a marqué Kairouan en 2010 est le grand spectacle Khabaya, produit par le producteur tunisien Youssef Sidaoui. Celui-ci a voulu monter une représentation inspirée du patrimoine culturel de la ville[22],[23], un spectacle de fouille profonde dans l'art traditionnel, mélangeant musique, danse (chorégraphie) et poésie[22],[23].

Sport[modifier | modifier le code]

  • Jeunesse sportive kairouanaise
  • Club sportif de Hajeb Ayoun
  • Club municipal aghlabide de Kairouan
  • Association sportive de la manufacture de tabacs de Kairouan
  • Avenir sportif de Sbikha
  • Stade sportif kairouanais
  • Étoile sportive d'El Alâa
  • Étoile sportive d'Oueslatia
  • Espoir sportif de Haffouz
  • Baâth sportif de Sidi Amor Bou Hajla
  • Union sportive de Chebika
  • Nasrallah Sports

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) Présentation du gouvernorat de Kairouan (Office de développement du Centre-Ouest)
  2. (fr) Estimation de 2013 (Institut national de la statistique)
  3. a et b (en) Maurice Lombard, The golden age of Islam, éd. Markus Wiener Publishers, Princeton, 2003, p. 136
  4. (fr) Recensement de 2004 (Institut national de la statistique)
  5. (fr) « Tunisie - Liste des nouveaux gouverneurs nommés par Mehdi Jomâa », Business News, 28 février 2014
  6. a et b Décret du 19 mai 2012 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°40, 22 mai 2012, p. 1199
  7. a, b et c Décret du 10 octobre 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°78, 14 octobre 2011, pp. 2164-2166
  8. Décret du 10 juillet 2012 portant modification du décret du 10 octobre 2011 relatif à la nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°56, 17 juillet 2012, p. 1663
  9. a, b, c, d, e et f Décret du 23 septembre 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°74, 30 septembre 2011, pp. 1991-1992
  10. Décret du 8 juin 2012 portant modification du décret du 23 septembre 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°46, 12 juin 2012, pp. 1421-1422
  11. Décret du 8 juin 2012 portant modification du décret du 23 septembre 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°46, 12 juin 2012, p. 1421
  12. Décret du 27 septembre 2012 portant modification du décret du 23 septembre 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°78, 2 octobre 2012, p. 2339
  13. Décret du 6 mai 2013 modifiant le décret du 23 septembre 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire de la République tunisienne (Hajeb El Ayoun), Journal officiel de la République tunisienne, n°39, 14 mai 2013, p. 1462
  14. Décret du 8 avril 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°26, 15 avril 2011, pp. 469-474
  15. Décret du 25 juin 2011 portant modification du décret du 8 avril 2011 relative à la nomination des délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°47, 28 juin 2011, p. 1072-
  16. Décret du 31 juillet 2012 portant modification du décret du 25 juin 2011 relatif à la nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°61, 3 août 2012, pp. 1778-1779
  17. Décret du 10 juillet 2012 portant modification du décret du 19 mai 2012 relatif à la nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°56, 17 juillet 2012, p. 1664
  18. a et b (fr) « Tunisie : Des réserves pétrolières, non encore prouvées, de plus d’un milliard de barils sur le permis Bouhajla », African Manager, 24 mars 2011
  19. (fr) « Tunisie-DualEx Energy : d’importantes réserves de pétrole à Bouhajla », Investir en Tunisie, 25 mars 2011
  20. a et b (fr) Caroline Gaultier-Kurhan, Le patrimoine culturel africain, éd. Maisonneuve et Larose, Paris, 2001, p. 151
  21. (fr) Musée des arts islamiques de Kairouan (Musée sans frontières)
  22. a et b (fr) Anis Hamdi, « Un rêve à plusieurs mains », La Presse de Tunisie, 8 septembre 2010
  23. a et b (fr) « Tous les chants réunis », Le Renouveau, date inconnue