Gouvernement Soro I

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gouvernement Soro I
Régime Seconde République
Chef du gouvernement Guillaume Soro
Début 7 juillet 2007
Fin 12 février 2010
Durée &0000000000000002.0000002 ans, &0000000000000220.000000220 jours
Chronologie
Gouvernement précédent Gouvernement Konan Banny II
Gouvernement suivant Gouvernement Soro II

Les services de la présidence de la République de Côte d'Ivoire ont annoncé, samedi 7 avril 2007, la composition du premier gouvernement Soro.

Ce nouveau gouvernement résulte de l'application des accords conclus le 4 mars dernier à Ouagadougou, au Burkina Faso, entre Laurent Gbagbo, le président de la République de Côte d'Ivoire, et Guillaume Soro, chef des Forces nouvelles (ex-rebelles) qui occupait depuis le mois de décembre un poste de ministre d'État, ministre de la Reconstruction et de la Réinsertion, dans le gouvernement dirigé par Charles Konan Banny.

Guillaume Soro a été nommé au poste de Premier ministre le 29 mars dernier, et la semaine qui a suivi cette nomination a notamment permis de négocier entre les différentes factions ivoiriennes leur participation au gouvernement chargé de préparer, dans un délai initialement fixé à dix mois, de nouvelles élections.

La formation politique soutenant le président Gbagbo, le Front populaire ivoirien (FPI) dispose de huit portefeuilles sur 33 dans la nouvelle équipe, dont six ministres qui ne changent pas d'attributions.

Les Forces nouvelles disposent également de huit portefeuilles, si l'on inclut la direction du gouvernement, dont trois ministres qui n'ont pas changé d'attributions.

Parmi les autres formations représentées dans cette nouvelle équipe :

Les proches de Laurent Gbagbo prennent en charge deux postes clés dans la nouvelle équipe : celui de l'Intérieur et celui de la Défense. Mais les Forces nouvelles accèdent aussi, outre l'accession à la tête du gouvernement, à des postes relativement importants : le portefeuille de la Justice et des Droits de l'Homme, ainsi que celui de l'Intégration africaine, susceptible de constituer un embryon de diplomatie parallèle non soumis à la tutelle du ministère des Affaires étrangères, qui reste entre les mains de Youssouf Bakayoko, membre du PDCI.

Composition du gouvernement[modifier | modifier le code]

L'ordre des noms et prénoms est donné sous toutes réserves : on observe des différences non expliquées entre la composition annoncée sur le site de la présidence de la République ivoirienne et ce que peuvent rapporter certains organes de presse.

Deux secrétariats d'État existants dans la précédente équipe gouvernementale ont été supprimés : le secrétariat d'État à la Bonne gouvernance et le secrétariat d'État chargé de la Protection civile.

Liste des ministres du gouvernement de Guillaume Soro
Ordre
Nom du ministre
Fonctions
Parti
Observations
1 Guillaume Kigbafori Soro Premier ministre, Chef du Gouvernement FN-MPCI changement d'attributions
2 Paul Antoine Bouabré Bohoun Ministre d’État, ministre du Plan et du Développement FPI sans changement
3 Désiré Asségnini Tagro Ministre de l’Intérieur [1] FPI nouveau ministre
4 Michel Amani N'Guessan Ministre de la Défense FPI changement d'attributions
5 Youssouf Bakayoko Ministre des Affaires étrangères PDCI sans changement
6 Mamadou Koné Garde des sceaux, ministre de la Justice et des Droits de l’homme [2] FN sans changement
7 Charles Koffi Diby Ministre de l’Économie et des Finances soc. civ. sans changement
8 Amadou Coulibaly Gon Ministre de l’Agriculture RDR sans changement
9 Louis André Dacoury-Tabley Ministre de la Solidarité et des Victimes de guerre FN-MPCI sans changement
10 Albert Mabri Toikeusse Ministre des Transports UDPCI changement d'attributions
11 Hubert Oulaye Ministre de la Fonction publique et de l’Emploi [3] FPI sans changement
12 Léon-Emmanuel Monnet Ministre des Mines et de l’Énergie FPI sans changement
13 Sébastien Djédjé Dano Ministre de la Réconciliation nationale et des Relations avec les institutions FPI sans changement
14 Alphonse Douati Ministre de la Production animale et des Ressources halieutiques FPI sans changement
15 Gilbert Bleu-Lainé Ministre de l’Éducation nationale maj. prés. nouveau ministre
16 Marcel Benoît Amon-Tanoh Ministre de la Construction, de l’Urbanisme et de l’Habitat RDR sans changement
17 Moussa Dosso Ministre de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle FN changement d'attributions
18 Patrick Achi Ministre des Infrastructures économiques PDCI sans changement
19 Théodore Mel Eg Ministre de la Ville et de la Salubrité urbaine[4] UDCY changement d'attributions
20 Hamed Bakayoko Ministre des Nouvelles technologies de l’information et de la communication RDR sans changement
21 Youssouf Soumahoro Ministre du Commerce FN changement d'attributions
22 Ibrahima Cissé Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique RDR sans changement
23 Rémi Kouadio Allah Ministre de la Santé et de l’Hygiène publique PDCI sans changement
24 Christine Adjobi (Mme) Ministre de la lutte contre le SIDA FPI sans changement
25 Marie Amah Téhoua (Mme) Ministre de l’Industrie et de la Promotion du secteur privé PDCI sans changement
26 Daniel Aka Ahizi Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts PIT sans changement
27 Dagobert Banzio Ministre de la Jeunesse, du Sport et des Loisirs[5] PDCI sans changement
28 Jeanne Adjoua Peuhmond (Mme) Ministre de la Famille, de la Femme et des Affaires sociales RDR sans changement
29 Amadou Koné Ministre de l’Intégration africaine[6] FN sans changement
30 Sidiki Konaté Ministre du Tourisme et de l’Artisanat FN nouveau ministre
31 Augustin Komoé Kouadio Ministre de la Culture et de la Francophonie maj. prés. nouveau ministre
32 Fatoumata Bamba
(Mme), née Hamza
Ministre de la Reconstruction et de la Réinsertion[7] MFA nouvelle ministre
33 Ibrahim Sy Savané Ministre de la Communication FN nouveau ministre
Composition du gouvernement par partis politiques

Galerie[modifier | modifier le code]

Image Fonction Nom Parti
Soroguillaume.jpg Premier ministre Guillaume Soro FNCI
Bohoun Bouabré, IMF 2004.jpg Ministre d'État, ministre du Plan et du Développement Paul Antoine Bohoun Bouabré FPI
DesireTagro.jpg Ministre de l'Intérieur Désiré Tagro FPI
Sin foto.svg Ministre de la Défense Michel Amani N'Guessan FPI
Youssoufbakayoko.jpg Ministre des Affaires étrangères Youssouf Bakayoko PCDI
Sin foto.svg Garde des sceaux, ministre de la Justice et des Droits de l'homme Mamadou Koné FNCI
Sin foto.svg Ministre de l'Économie, de l'Industrie et des Finances Charles Koffi Diby Sans parti
Sin foto.svg Ministre de l'Agriculture Amadou Gon Coulibaly RDR

Dissolution du gouvernement[modifier | modifier le code]

Le vendredi 12 février 2010, Laurent Gbagbo dissout le gouvernement en même temps que la Commission électorale indépendante (CEI), à la suite de la crise ouverte par le refus du président de la CEI, Robert Beugré Mambé, de démissionner après le « dysfonctionnement manifeste de certains de ses services »[8]. Guillaume Soro est aussitôt reconduit au poste de Premier ministre et chargé de proposer un nouveau gouvernement : le gouvernement Soro II.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le ministère de l'Intérieur est issu du regroupement du ministère de la Sécurité publique et du ministère de l'Administration du territoire.
  2. Le ministère de la Justice et des Droits de l'homme est issu du regroupement du ministère de la Justice et du ministère des Droits de l'homme.
  3. Le ministère de la Fonction publique et de l’Emploi portait le titre, dans le précédent gouvernement, de ministère de la Fonction publique, de l’Emploi et de la Réforme administrative.
  4. Le ministère de la Ville et de la Salubrité urbaine n'existait pas dans le précédent gouvernement.
  5. Le ministère de la Jeunesse, du Sport et des Loisirs portait le titre, dans le précédent gouvernement, de ministère de la Jeunesse, de l'Éducation civique et des Sports.
  6. Le ministère de l'Intégration africaine portait le titre, dans le précédent gouvernement, de ministère de la Coopération et de l'Intégration africaines.
  7. Le ministère de la Reconstruction et de la Réinsertion portait le nom, dans le précédent gouvernement, de ministère d'État, chargé de la Reconstruction et de la Réinsertion.
  8. (fr) BAMBA Idrissa, « La Cei reconnaît ‘’un dysfonctionnement manifeste’’ de certains de ses services », sur Soir info,‎ 2010 (consulté le 16 février 2010)