Gouvernement Letta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gouvernement Letta
(it) Governo Letta
Régime République italienne
Président de
la République
Giorgio Napolitano
Président du
Conseil
Enrico Letta
Début 28 avril 2013
Fin 22 février 2014
Durée &0000000000000300.000000300 jours
Coalition PD-PDL-SC
(avril-nov. 2013)
PD-NCD-SC
(nov. 2013-fév.2014)
Chambre des députés
437 / 630
Sénat de la République
218 / 319
Chronologie
Gouvernement précédent Monti
Gouvernement suivant Renzi

Le gouvernement Letta (Governo Letta, en italien) est le soixante-deuxième gouvernement de la République italienne entre le 28 avril 2013 et le 22 février 2014 durant la XVIIe législature du Parlement.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Une difficile naissance[modifier | modifier le code]

Les élections générales des 24 et 25 février 2013 n'ayant pu dégager aucune majorité[N 1], la formation du gouvernement se révélait difficile.

Le 16 mars, souhaitant faciliter les conditions de l'investiture d'un cabinet soutenu par toutes les forces proches du Parti démocrate (PD), le chef de la coalition majoritaire à la Chambre basse, Pier Luigi Bersani, soutint l'élection de Laura Boldrini (SEL) à la présidence de la Chambre des députés, puis celle de Pietro Grasso pour la présidence du Sénat. Le 22 mars, moins d'une semaine après l'élection des présidents des Chambres du Parlement, Pier Luigi Bersani, après une rencontre avec le président de la République, Giorgio Napolitano, s'est vu confié la recherche d'une majorité claire et acquise à la formation d'un gouvernement. Mais les négociations menées par Bersani, qui souhaitait un rapprochement avec le Mouvement 5 étoiles (M5S) de Beppe Grillo, n'étant guère fructueuses, le chef de l'État décidait de remettre la nomination d'un prochain cabinet au successeur que lui choisiraient les parlementaires le mois suivant[N 2].

Le 20 avril, après quatre tours de scrutin, aucun candidat n'ayant été élu, le président sortant, Giorgio Napolitano, sollicité par le Peuple de la Liberté (PdL), le Parti démocrate (PD), la Ligue du Nord (LN) et le Choix civique pour l'Italie (SC), acceptait un second mandat présidentiel, que lui confiait la majorité des députés, sénateurs et délégués régionaux conviés à l'élection présidentielle ; seul le M5S s'était vivement opposé à la réélection du vieux président de la République. Dans son discours d'investiture, qu'il prononça le 22 avril, le président Napolitano, très critique vis-à-vis de la classe politique, sommait celle-ci de s'entendre, dans le dessein de voir un gouvernement d'union nationale naître, à l'issue d'un scrutin parlementaire sans véritable majorité, puis d'une élection présidentielle ayant reconduit le chef de l'État sortant dans ses fonctions, devant l'incapacité des partis à lui trouver un successeur.

Le 24 avril, après avoir mené les consultations nécessaire, le président de la République chargeait l'ancien ministre Enrico Letta, vice-secrétaire du PD, de former un gouvernement d'union nationale. Celui-ci, après s'être assuré du soutien du PdL et du SC[N 3], proposait au président Napolitano la liste des ministres[1], qui prêtaient serment le 28 avril devant le chef de l'État, au palais du Quirinal.

Une large confiance parlementaire[modifier | modifier le code]

Le gouvernement Letta, lors de sa prestation de serment.

Le 29 avril 2013, il remporte le vote de confiance à la Chambre, par 453 voix pour, 153 contre et 17 abstentions. En plus des partis formant la coalition, votent l'investiture le Centre démocrate (CD), le Parti populaire du Tyrol du Sud (SVP), tandis que seuls le Mouvement 5 étoiles (M5S), Gauche, écologie et liberté (SEL) et Frères d'Italie - Centre-droit national (FDI-CDN) s'y opposent. La Ligue du Nord (LN) choisit quant à elle l'abstention. Le gouvernement obtient le vote favorable du Sénat le lendemain, par 233 voix pour, 59 contre et 18 abstentions, ce qui équivaut à un vote contre, selon la même répartition des forces, avec également l'appui de Grand Sud (GS) et du Mouvement pour les autonomies (MpA).

Le 28 septembre, les cinq ministres membres du PDL annoncent, par la voix du vice-président du Conseil, Angelino Alfano, leur démission, protestant, d'une part, contre des mesures de rigueur budgétaire proposées par le chef du gouvernement, puis, d'autre part, contre la possible destitution dont le président du PDL, Silvio Berlusconi, pourrait être le sujet, lors d'un vote interne au Sénat de la République. S'ils ont remis leur lettre de démission, plusieurs ministres démissionnaires, dont des proches de Berlusconi, se distinguent de l'ancien président du Conseil en appelant à la modération[2]. Cette situation, politiquement fragile pour le gouvernement, pourrait avoir pour conséquence la formation d'un nouveau cabinet, décidée par le président Napolitano, ou la dissolution du Parlement, puis la convocation d'un scrutin parlementaire anticipé. Finalement, Letta passe sans encombre l'étape du vote de confiance à la chambre haute, le risque avéré de scission du PDL ayant conduit à une volte-face de Silvio Berlusconi, ce qui permet au gouvernement d'obtenir un soutien massif de 235 voix, contre 70 et 2 abstentions[3]. Les lettres des ministres démissionnaires sont donc refusées.

Mi-novembre, Silvio Berlusconi décide de saborder Le Peuple de la liberté (PDL) afin de recréer son parti sous son ancien nom, Forza Italia. Les ministres PDL suivent Angelino Alfano dans sa rupture définitive avec Berlusconi en fondant un nouveau parti, le Nouveau Centre-droit et en restant ministres du gouvernement Letta.

Composition[modifier | modifier le code]

Ministres[modifier | modifier le code]

Fonction Titulaire Parti
Président du Conseil des ministres Enrico Letta PD
Vice-président du Conseil des ministres
Ministre de l'Intérieur
Angelino Alfano PDL puis NCD
Sous-secrétaire d'État à la présidence du Conseil des ministres
Secrétaire du Conseil des ministres
Filippo Patroni Griffi Indép.
Ministres sans portefeuille
Ministre pour les Relations avec le Parlement et la Coordination des activités du gouvernement Dario Franceschini PD
Ministre pour les Affaires européennes Enzo Moavero Milanesi SC
Ministre pour les Affaires régionales et les Autonomies Graziano Delrio PD
Ministre pour la Cohésion territoriale Carlo Trigilia PD
Ministre pour les Réformes constitutionnelles Gaetano Quagliariello PDL puis NCD
Ministre pour l'Administration publique et la Simplification Gianpiero D'Alia UdC
Ministre pour l'Égalité des chances, les Sports et les Politiques de la jeunesse Josefa Idem (jusqu'au 24/06/2013) PD
Ministre pour l'Intégration Cécile Kyenge PD
Ministres
Ministre des Affaires étrangères Emma Bonino Rad.
Ministre de la Justice Anna Maria Cancellieri Indép.
Ministre de la Défense Mario Mauro SC
Ministre de l'Économie et des Finances Fabrizio Saccomanni Indép.
Ministre du Développement économique Flavio Zanonato PD
Ministre des Politiques agricoles, alimentaires et forestières Nunzia De Girolamo (jusqu'au 27/01/2014) PDL puis NCD
Enrico Letta (par intérim) PD
Ministre de l'Environnement, de la Protection du territoire et de la Mer Andrea Orlando PD
Ministre des Infrastructures et des Transports Maurizio Lupi PDL puis NCD
Ministre du Travail et des Politiques sociales Enrico Giovannini Indép.
Ministre de la Santé Beatrice Lorenzin PDL puis NCD
Ministre de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Maria Chiara Carrozza PD
Ministre des Biens, des Activités culturels et du Tourisme Massimo Bray PD

Vice-ministres et secrétaires d'État[modifier | modifier le code]

À la présidence du Conseil des ministres 
Au ministère de l'Intérieur 
Au ministère des Affaires étrangères 
Au ministère de la Justice 
Au ministère de la Défense
Au ministère de l'Économie et Finances 
Au ministère du Développement économique 
Au ministère des Infrastructures et Transports 
Au ministère des Politiques agricoles, forestières et alimentaires 
Au ministère de l'Environnement, de la Protection du territoire et de la Mer 
Au ministère du Travail et des Politiques sociales 
Au ministère de l'Éducation, des Universités et de la Recherche 
Au ministère des Biens et activités culturels et Tourisme 
Au ministère de la Santé 

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. La coalition de centre-gauche, Italie. Bien commun, a remporté la majorité absolue des sièges à la Chambre des députés, avec 345 élus, soit 29,5 % des suffrages exprimés. En revanche, au Sénat de la République, elle ne dispose que d'une simple majorité relative à la Chambre haute, avec 123 élus, ce qui ne semble faciliter l'investiture d'un gouvernement, celui-ci, pour mener sa politique, devant être soutenu par les deux Chambres, aux mêmes prérogatives.
  2. Le septennat du président Giorgio Napolitano devait se terminer avant le 15 mai 2013.
  3. Finalement, le gouvernement peut être assuré du soutien des 437 députés (69,4 % des sièges) et des 218 sénateurs (68,3% des sièges) membres des partis de la coalition
  4. Démissionnaire après le retrait du mouvement Forza Italia en décembre 2013.
  5. Suite aux polémiques suscitées par ses prises de position homophobes, réitérées lors d'un entretien accordé au quotidien La Repubblica, daté du 4 mai 2013.
  6. Démissionnaire après le retrait du mouvement Forza Italia en novembre 2013.
Références

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]