Gourdon (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gourdon.
Gourdon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Chalon-sur-Saône
Canton Mont-Saint-Vincent
Intercommunalité Communauté urbaine Creusot-Montceau
Maire
Mandat
Jacqueline Ackermann
2014-2020
Code postal 71300
Code commune 71222
Démographie
Gentilé Gourdonnais, Gourdonnaises
Population
municipale
883 hab. (2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 38′ 29″ N 4° 26′ 53″ E / 46.6413888889, 4.4480555555646° 38′ 29″ Nord 4° 26′ 53″ Est / 46.6413888889, 4.44805555556  
Altitude Min. 288 m – Max. 518 m
Superficie 25,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gourdon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gourdon

Gourdon est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le bourg de Gourdon, où se trouve l'église romane, est situé sur une petite colline au point culminant de la commune. La situation des lieux permet de voir la silhouette de l'église depuis plusieurs kilomètres, ce qui en fait un repère dans le paysage local. L'essentiel de la population de la commune est dans une zone pavillonnaire située en contrebas, dans la continuité de la zone urbaine de Montceau-les-Mines.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Blanzy Marigny Rose des vents
Saint-Vallier
Saint-Romain-sous-Gourdon
N Mont-Saint-Vincent
Mary
O    Gourdon    E
S
Le Rousset

Histoire[modifier | modifier le code]

À Gourdon, diocèse de Chalon, un reclus du nom de Desiderat, dirigeait du fond de sa cellule un monastère dont l'origine est inconnue, mais qui existait déjà du temps de Grégoire de Tours, en 570[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1978 en cours Jacqueline Ackermann    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 883 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
790 747 700 767 801 805 783 774 759
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
776 813 816 853 892 876 936 1 025 1 015
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
954 991 960 867 875 811 804 787 780
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
681 644 798 819 802 871 879 882 883
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La famille Doyen, descendant des comtes de Bourgogne, par St Hippolyte/sous/le Doubs, est présente dès le XVe siècle, ds la commune, par Guillaume né dès 1614,avec une longue descendance jusqu'à nos jours...

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques-Gabriel Bulliot, Essai historique de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Autun. 1849. p XLVIII. Introduction.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. « Église », base Mérimée, ministère français de la Culture


Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :