Gourcy (Gourcy)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gourcy.
Gourcy
Administration
Pays Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Région Nord
Province Zondoma
Département Gourcy
Géographie
Coordonnées 13° 13′ 00″ N 2° 21′ 00″ O / 13.216667, -2.3513° 13′ 00″ Nord 2° 21′ 00″ Ouest / 13.216667, -2.35  
Altitude Max. 325 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso

Voir la carte administrative du Burkina Faso
City locator 14.svg
Gourcy

Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso

Voir la carte topographique du Burkina Faso
City locator 14.svg
Gourcy

Gourcy est une commune située dans le département de Gourcy de la province Zondoma, dont elle est le double chef-lieu, dans la région Nord au Burkina Faso.

En 2006, la population de la commune est passée de 20 000 à plus de 80 000 habitants suite à l'intégration de 39 villages.

Géographie[modifier | modifier le code]

PRESENTATION DE LA PROVINCE DU ZONDOMA


Les données physiques

La situation géographique

La province du Zondoma est située au Nord du Burkina Faso. Elle est limitée au Nord et à l’Est par la province du Yatenga, à l’ouest et au sud respectivement par celles du Sourou et du Passoré. Sa superficie est de 2O17 krn2.

Le relief

L’altitude des plateaux latéritiques de la province varie entre 300 m au sud et de 350 m au nord.

La province du Zondoma est soumise à une forte dégradation de l’environnement. Les ressources naturelles telles que l’eau et la végétation se raréfient. Les sols sont pour la plupart incultes.
Les sols

Les sols essentiellement formés de plateaux latéritiques sont issus des cuirasses ferrugineuses. Ils sont pauvres en éléments nutritifs, caractérisés par une profondeur inférieure à la moyenne nationale et une faible capacité de rétention en eau.

Le réseau hydrographique

Le réseau hydrographique de la province est presque inexistant. Le Nakambé est le seul cours d’eau mais temporaire. Il traverse la province à l’est et coule du nord vers le sud.

Les ressources en eaux de surface sont abondantes.

Le climat et la végétation

Le climat de la province est du type sub-sahélien. La pluviométrie varie entre 500 et 750 mm de hauteur d’eau par an. Elle est insuffisante, irrégulière et mal répartie. Cette situation a un effet négatif sur le développement de la végétation.

La végétation est du type savane arborée. Le couvert végétal autrefois abondant s’est dégradé progressivement laissant subsister de nos jours des reliques forestières. Les peuplements arbustifs sont composés de baobabs, karités, nérés, figuiers, etc. Le reboisement a introduit les Neems et des arbres fruitiers dans les bas-fonds (manguiers, etc).

Les feux de brousse ont détruit le tapis herbacé devenu discontinu et peu fourni. Il est constitué de graminées pérennes et annuelles. Les espèces les plus courantes sont : Andropogon sp, Cymbopogon sp, etc.

Les effets conjugués de l’érosion hydrique et éolienne ont dégradé l’environnement. Cette dégradation se manifeste par la présence de nombreux terrains dénudés appelés glacis.

Les partenaires au développement s’appliquent à faire régénérer le couvert végétal par des techniques variées (CES, ORS, etc).

Contraintes :

Les aléas climatiques créent un déséquilibre entre besoins et ressources alimentaires disponibles ;  l’irrégularité des pluies ;   la dégradation de l’environnement.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’historique du peuplement

Le royaume du Yatenga, fondé vers le milieu du XVlè siècle par Naba Yadéga, prince du royaume de Wogodog enracine ses origines à Gourcy. C’est là que Naba Yadéga s’est établi avec sa soeur Tanga-Zougou.

Le jeune royaume dont la capitale fut Gourcy, atteindra son apogée au XVlllè siècle sous le règne de Naba Kango. Naba Yadéga a eu trente neuf (39) successeurs.

Plus près de nous, le village historique du Zondoma a donné son nom à la province. Naba Rawa, premier fils de Ouédraogo est le fondateur du Rawatenga ou du royaume du Zondoma devenu par la suite royaume du Yatenga sous l’emprise de Naba Yadéga.

L’évolution de la population

En juillet 1974, Gourcy est érigé en sous préfecture par ordonnance no74- 054/PRES/ID/DI du 02-07-1974. Le recensement de 1975 donne pour l’arrondissement de Gourcy, une population de 117 994 habitants.

La préfecture du Yatenga comptait six (6) arrondissements. En novembre 1983, Gourcy est érigé en département par l’ordonnance no83-021/CNR/PRES/IS du 14-11-1983.

Le recensement de 1985 indique, pour le département de Gourcy qui comptait trente neuf (39) villages, une population de 52431 habitants.

Les limites de l’arrondissement, du département de Gourcy et de la province du Zondoma n’étant pas les mêmes, il n’est pas possible de comparer les résultats des recensements de 1975, 1985, 1996, 1998.

. Les ethnies

La population de la province du Zondoma est essentiellement constituée de mossé. Cependant, il existe des ethnies minoritaires (peulh, rimaïbé, etc).

Les religions

Les principales religions de la province sont :  L’Animisme : (Religion traditionnelle) ;  l’Islam.  le Christianisme ( catholicisme, et protestantisme ).

Le Catholicisme y a implanté la paroisse depuis le 21 novembre 1955 et le Protestantisme, Eglise des Assemblées de Dieu, s’y est instaurée depuis 1933.

Les migrations

Les mouvements migratoires sont saisonniers. Le principal flux migratoire interne se dirige d’abord en direction du sud-ouest (province du Houet) ou de l’ouest (Kossi) où les terres sont encore riches, la pluviométrie plus clémente, ensuite vers les centres urbains (Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Ouahigouya, Yako).A l’extérieur du pays, les migrants vont essentiellement au Ghana et en Côte d’Ivoire.
L’organisation administrative et politique de la province

L’organisation administrative

La province du Zondoma a été créée par la Loi n° 09/961 ADP du 24 avril 1996 portant création et dénomination de quinze ( 15) nouvelles provinces.

La ville de Gourcy, son chef lieu, occupe un point stratégique pour le développement social et économique de la province, sur la route nationale no2 (RN2), axe Ouagadougou- Yako-Ouahigouya. Elle est située entre la ville de Yako (chef lieu de la province du Passoré) et la ville de Ouahigouya (chef lieu de la province du Yatenga) à 30 Km de la première et à 40 Km de la seconde. Elle est à une distance de 140 Km de Ouagadougou.

La province comprend cinq (5) départements (Bassi, Boussou, Gourcy, Léba et Tougo), une commune de moyen exercice (celle de Gourcy) et 104 villages

La Situation politique

La vie politique au Burkina Faso a été très active au cours des dernières années (législatives de juin 1996 et présidentielles de mai 1997).

La population de la province du Zondoma s’implique réellement dans cette vie politique notamment lors des législatives de 1997 avec cinq (5) partis reconnus : I) Alliance pour la Démocratie et la Fédération (ADF) ;

2) Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) ;

3) Parti Africain de l’Indépendance (PAl) ;

4) Parti pour la Démocratie et le Progrès (PDP) ;

5) Rassemblement Démocratique Africain (RDA) .

A I’ issue du scrutin du Il mai 1997, c’est le député du CDP qui défend les intérêts de la province à l’Assemblée Nationale.

Il faut mentionner la présence d’autre parti tel que le Bloc Socialiste Burkinabé (BSB). Les autorités politiques nationales sont représentées dans la province par le Haut Commissaire et les cinq (5) Préfets, qui s’appuient sur de nombreux partenaires pour la mise en œuvre de la politique de développement économique et social définie par le Gouvernement.

Les Partenaires au développement

La province du Zondoma, bien que nouvellement créée, bénéficie de l’appui technique et financier de nombreux partenaires au développement.
Les services techniques, administratifs et parapublics

Les services techniques, administratifs et parapublics provinciaux déjà mis en place sont :

A) Les services techniques

La Direction Provinciale de  l’Agriculture (DPA) ; - Le Service Provincial de l’Action  La Direction Provinciale des Sociale et de la Famille (SPASF)  Ressources Animales (DPRA) ; - Le Centre Médical (CM) ;  La Direction Provinciale - L’Inspection de l’Enseignement de Enseignement de Base et de Base n° 1 (IEP 1) ; l’Alphabétisation (DPEBA) - L’Inspection de l’Enseignement de  Le Service Provincial de Base no2 (IEP 2) ; l’Environnement, des Eaux et Forêts - La Perception ; (SPEEF) ;

B) Les services administratifs de la sécurité

La Brigade Territoriale de gendarmerie (BT) ;  La Direction Provinciale de la Police Nationale (DPPN)

C) Les services parapublics

l’agence de l’ONATEL ; - l’agence de la SONABEL ;  l’agence de l’ONEA ; - le bureau de poste (SONAPOST)
Les ONG et Associations

De nombreuses ONG et Associations mènent des activités dans des domainesdivers ( agriculture, élevage, artisanat, etc. ) :

GENYS/Z  - AJDG - Terre des hommes  PAAYS/Z - AFG   ADMGA ;  - AJAT   GADRIS ;  -ANAR ;  Association -AJES ; NAAM ;  -AFRICARE  Six "S" -OCADES

Les zones d’intervention des ONG GENYS/Z, PAAYS/Z couvrent les provinces du Yatenga, du Sourou et du Zondoma. L’intervention des autres ONG et Associations est plus étendue. L’ONG AFRICARE vient de s’implanter dans la province au cours du premier trimestre de l’année 2000. Le programme LUCODEB et le programme spécial CES/AGF interviennent dans la province.

Les communautés coutumières et religieuses

Les communautés religieuses présentes dans la province sont :

l’Animisme

la Communauté musulmane

l’Eglise Catholique ;

les Eglises Protestantes (Eglise des Assemblées de Dieu, l’Eglise Pentecôtistes, le Centre d’Evangélisation de Karambiri).

Les autorités coutumières participent activement au développement socio-économique de la province.

Le jumelage avec Olonne sur Mer

La commune de Gourcy est jumelée avec la ville française de Olonne sur Mer qui est son principal partenaire au développement. La signature du protocole de jumelage a eu lieu le 1210211987 à Olonne.

Les structures d’aménagement du territoire et de concertation

Il existe dans la province une structure informelle de concertation qui regroupe les autorités administratives et politiques, les services techniques, les ONG et les associations. Elle est peu fonctionnelle.

Les autorités politiques et administratives, en vue de dynamiser la structure de concertation, préparent des textes pour la création d’une Commission Provinciale d’Aménagement du Territoire (CPA T) et en son sein un Cadre de Concertation Technique Provinciale (CCTP).

Les données socio-économiques

Les données économiques de la province

Plusieurs activités sont des sources de revenus pour la population du Zondoma : agriculture, élevage, pêche, artisanat, tourisme, etc. L’agriculture et l’élevage demeurent les principales activités.

L’ agricultures

Malgré la pauvreté des sols, l’irrégularité et l’insuffisance des pluies, les populations travaillent courageusement la terre pour se nourrir et pour la commercialisation d’une partie des produits agricoles.  Les cultures pratiquées sont :

les cultures vivrières pluviales, elles se limitent :

à la production céréalière : mil, sorgho, maïs, riz, etc ; aux cultures de rente : arachides, sésame, fonio, niébé, etc les cultures de contre-saison : patate, manioc, légumes ;

Les contraintes sont : la pauvreté des sols, l’insuffisance des pluies, la dégradation de l’environnement. Face à ces contraintes, de nouvelles méthodes culturales ont été adoptées : la construction des sites anti-érosifs, l’irrigation et l’aménagement des sols. Malgré tout, le déficit céréalier est endémique.

Administration[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Par ailleurs la ville de Gourcy est très active dans le domaine de la coopération internationale. La commune d'Oupeye (Belgique) collabore depuis 2005 avec la ville de Gourcy. L'objectif de cette coopération est d'apporter une aide à la mairie de Gourcy dans le processus de décentralisation.

Liens externes[modifier | modifier le code]