Gottbegnadeten-Liste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Gottbegnadeten-Liste (en français la liste des bénis de Dieu) est une liste établie par le Ministère du Reich à l'Éducation du peuple et à la Propagande et par Adolf Hitler en 1944 qui, sur trente-six pages, rassemble les artistes les plus importants du régime nazi. Son nom provient de l'acte d'enregistrement de la liste par le Ministère du Reich[1],[2] et est bien sa dénomination officielle.

En cette fin de Seconde Guerre mondiale, cette liste exemptait les artistes cités de l'obligation de mobilisation. Au total, 1 041 noms d'artistes, architectes, chefs d'orchestre et compositeurs, chanteurs, écrivains et réalisateurs apparaissent sur la liste. Parmi ceux-ci, 24 sont cités comme « irremplaçables » (unersetzlich).

Goebbels y ajouta 640 acteurs de cinéma, écrivains et réalisateurs dans un avenant, étendant la liste initiale. Ils devaient être protégés pour pouvoir contribuer à l'effort de guerre dans les films de propagande, qui continuèrent à être tournés jusqu'à la fin de la guerre, avec notamment la dernière production de l'UFA, le coûteux Kolberg, sorti en janvier 1945.

Bon nombre des personnes présentes sur ces listes ne sont plus connues aujourd'hui. On trouve néanmoins le nom de très grands, comme les compositeurs Richard Strauss, Hans Pfitzner, Carl Orff et Norbert Schultze, les chefs d'orchestre Wilhelm Furtwängler et Herbert von Karajan, et le baryton Rudolf Bockelmann. Chacun des membres de la liste reçut une lettre, adressée par le Ministère de la Propagande, certifiant son statut de protégé.

Furtwängler fut rayé de la Gottbegnadeten-Liste le 7 décembre 1944 car il fut soupçonné par les nazis d'avoir participé à l'attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler[3] (cf. Wilhelm Furtwängler et ses relations avec le régime nazi).

Liste d'exception des « artistes irremplaçables »[modifier | modifier le code]

Parmi les 24 (ou 25) membres de la liste d'exception (Sonderliste) se trouvent :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Oliver Rathkolb, Führertreu und gottbegnadet, p. 173.
  2. Voir Schreiben Martin Schönicke (Stellvertreter des Reichssendeleiters) an Ministerialdirektor Fritzsche du 30 août 1944. Voir également Prieberg, Handbuch, S. 6296.
  3. Audrey Roncigli, Le cas Furtwängler, 2009, p. 171.
  4. Ernst Klee, Kulturlexikon, p. 77, p. 311, p. 326 et p. 613.
  5. Ernst Klee, Kulturlexikon, p. 194, p. 294, p. 338 et p. 452.
  6. Ernst Klee, Kulturlexikon, p. 172, p. 183, p. 337 et p. 554.
  7. Namen bei Ernst Klee, Kulturlexikon, p. 94, p. 222, p. 285, p. 326, p. 409 et p. 564.
  8. Ernst Klee, Kulturlexikon, pp. 171, 456 et 598.
  9. Ernst Klee, Kulturlexikon, p. 145, p. 299 et p. 324.
  10. Ernst Klee, Kulturlexikon, p. 157.