Gorgone (papillon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gorgone (homonymie).

Lasiommata petropolitana

La Gorgone (Lasiommata petropolitana) est un lépidoptère appartenant à la famille des Nymphalidae à la sous-famille des Satyrinae et au genre Lasiommata.

Dénomination[modifier | modifier le code]

La Gorgone a été nommée Lasiommata petropolitana par Johan Christian Fabricius en 1787.

Synonymes : Papilio petropolitana Fabricius, 1787; Papilio hiera Fabricius, 1777; Pararge petropolitana [Otakar Kudrna]; Lasiommata hiera[1],[2].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

La Gorgone se nomme Northern Wall brown en anglais[1].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Revers
Femelle
  • Lasiommata petropolitana falcidia (Fruhstorfer, 1908)
  • Lasiommata petropolitana ominata (Krulikovsky, 1903), dans le nord de l'Europe et l'ouest de la Sibérie.
  • Lasiommata petropolitana sestia (Fruhstorfer, 1908), dans l'Altaï[1].

Description[modifier | modifier le code]

La Gorgone est un papillon de taille moyenne de couleur marron clair terne à marron foncé aux antérieures ornées d'une bande submarginale formée de quelques taches jaune orangé avec un ocelle noir pupillé de blanc à l'apex et aux postérieures montrant deux ou trois ocelles juste cernés de jaune orangé.

Le verso des antérieures est marqué de jaune orangé avec l'ocelle noir pupillé de blanc et cerné de jaune à l'apex, alors que les ailes postérieures sont de couleur terne beige grisé, ornées d'une ligne d'ocelles noirs pupillés de blanc, cerclés successivement d'une couronne ocre clair puis d'une ligne ocre foncé.

Chenille[modifier | modifier le code]

Biologie[modifier | modifier le code]

Elle hiverne à l'état larvaire ou nymphal[3].

Période de vol et hivernation[modifier | modifier le code]

La Gorgone vole en une génération entre avril et août, une seconde génération partielle peut exister au sud de son aire[3].

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes de sa chenille sont diverses poacées (graminées): Festuca ovina, Dactylis glomerata, Calamagrostis epigejos, Phalaris arundinacea, Calamagrostis purpurea, Roegneria canina[1],[3].

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

La Gorgone est présente en Europe nordique (Suède, Norvège, Finlande et Pays baltes) et dans les principaux massifs européens, Pyrénées, Alpes, Carpates d'où sa présence en France et Suisse et dans toute l'Asie tempérée jusqu'en Mongolie et dans le nord de la Chine[3],[1],[4].

La Gorgone est présente dans les départements de haute montagne de la France métropolitaine, Vaucluse, Hautes-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence et Alpes-Maritimes[5],. Pour d'autres sources, elle est présente dans les Pyrénées et dans l'ensemble des départements alpins[6].

Biotope[modifier | modifier le code]

La Gorgone réside dans les pentes herbues pierreuses, dans les clairières des bois de conifères, du niveau de la mer dans le Grand Nord jusqu'à 1800 m. dans les Alpes méridionales[7].

Protection[modifier | modifier le code]

Pas de statut de protection particulier[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Tolman et Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé,‎ 1997 (ISBN 978-2-603-01649-7)
  • Lionel G. Higgins et Norman D. Riley (trad. Th. Bourgoin), Guide des papillons d'Europe, Delachaux et Niestlé,‎ 1988, 455 p. (ISBN 260300638X, OCLC 19090161)