Gorge d'Ovčar-Kablar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
La gorge d'Ovčar-Kablar

La gorge d'Ovčar-Kablar (en serbe cyrillique : Овчарско-кабларска клисура ; en serbe latin : Ovčarsko-kablarska klisura) est un canyon situé à l'ouest de la Serbie, dans la vallée composite de la Zapadna Morava. Avec plus de 300 monastères construits dans la gorge depuis le XIVe siècle, dont dix sont aujourd'hui conservés, la gorge est également connue sous le nom de Mont Athos serbe[1].

Localisation et géographie[modifier | modifier le code]

Autre vue de la gorge

La gorge d'Ovčar-Kablar est située à l'ouest de la Serbie, à mi-chemin entre la ville de Čačak, située à 17 km à l'est, et celle de Požega, à l'ouest. Elle se trouve également à environ 155 km au sud-ouest de la capitale Belgrade.

La gorge constitue un rétrécissement de la vallée de la Zapadna Morava, dans le prolongement de la dépression de Požega, avant de se prolonger elle-même dans la dépression de Čačak-Kraljevo à l'est. La gorge est creusée entre le mont Ovčar, qui culmine à 985 m au sud, et le mont Kablar, qui culmine à 885 m au nord ; ces deux montagnes donnent son nom à la gorge. Entre ces deux dépressions, la rivière forme des méandres sur 15 km. Sur le plan géologique, la gorge est un phénomène épigénétique dont l'apparition a été fondamentale pour le genèse de toute la vallée de la Zapadna Morava et pour la région du Pomoravlje occidental[2].

Économie[modifier | modifier le code]

La station thermale d'Ovčar Banja, à 18 km de Čačak, est située dans la gorge. Elle possède des eaux à une température comprise entre 36 et 38 °C, avec un pH de 7 et un taux de minéralisation de 0,66 miligrammes par litre. On y soigne les maladies rhumatismales, les rhumatismes dégénératifs, la spondylarthrite ankylosante, l'arthrose, mais aussi les maladies du système nerveux[3]. Ovčar Banja était déjà connue pendant la période turque de l'Histoire de la Serbie ; le village est notamment mentionné par le voyageur ottoman Evliya Çelebi au XVIIe siècle[4].

En 1954, deux barrages ont été construits sur la Zapadna Morava au niveau de la gorge pour produire de l'hydroélectricité, créant ainsi des lacs articifiels. Le barrage Ovčar Banja a créé le petit lac d'Ovčar, qui, depuis, a été comblé par les limons alluviaux charriés par la rivière[2]. L'autre barrage, celui de Međuvršje, qui produit MW, a créé le lac éponyme de Međuvršje, qui couvre une superficie de 1,5 km2.

La gorge d'Ovčar-Kablar est également empruntée par une ligne de chemin de fer et par une route qui relient l'ouest et le centre de la Serbie.

Monastères[modifier | modifier le code]

Les premières églises ont été construites dans la gorge d'Ovčar-Kablar au début du XIVe siècle, après les mercenaires de la Compagnie catalane de Roger de Flor eurent attaqué le Mont Athos entre 1307 et 1309. Le clergé serbe orthodoxe s'enfuit de la péninsule et commença à construire les premiers monastères de la gorge ; une nouvelle vague de réfugiés vinrent s'y installer après la bataille de la Maritsa, entre les Serbes et les Ottomans, en 1371. Plus de 300 monastères, églises ou lieux de culte furent alors construits dans la gorge[1], dont il subsiste aujourd'hui dix monastères et une église troglodyte[2], dont la plupart remontent à la période ottomane et ont été construits entre le XVe siècle et le XVIIIe siècle. Certains de ces monastères sont classés sur la liste des monuments culturels de Serbie[5].

Les monastères de la gorge sont les suivants :

  • Le Monastère de la Dormition de la Vierge (en serbe : Manastir Uspenjie) est situé sur les pentes septentrionales du mont Kablar, il est dédicacé à la Sainte Mère de Dieu ; à l'origine, il abritait une tour avec une cloche qui pouvait être entendue jusqu'à 16 km au delà de la ville de Čačak[1]. Un nouveau monastère a été construit en 1939 sur les ruines de l'ancien clocher, dont l'église est une copie de l'église de Saint-Constantin-le-Grand et de Sainte-Hélène d'Ohrid. Ce monastère de femmes a été rénové en 2001[6].
  • Le monastère Saint-Jean-Baptiste (Manastir Jovanje) est situé sur une péninsule formée par un méandre de la Zapadna Morava. Il est mentionné pour la première fois en 1536[8]. Il a servi de laure et de centre administratif pour tous les monastères de la gorge[1]. L'ancien monastère a été inondé lors de la construction du barrage de Međuvršje en 1954. Le monastère est connu pour une icône de la Mère de Dieu Brzopomoćnica.
  • Le monastère de l'Annonciation (Manastir Blagoveštenje pod Kablarom) est situé sur le mont Kablar à 2 km d'Ovčar Banja et sur la rive gauche de la Zapadna Morava ; il date du XVIe siècle[11],[12]. L'église, restaurée en 1602, a été ornées de fresques entre 1602 et 1632 ; elle abrite une icône du Christ en gloire et une icône représentant Abraham, l'une des plus célèbres de la gorge. Le monastère est également connu pour son école de copistes.
  • Le monastère de l'Ascension (Manastir Vaznesenje) est situé sur les pentes méridionales du mont Ovčar. Il a construit sur les ruines d'un monastère plus ancien remontant au XVIe siècle et dont plusieurs motifs ornementaux ont été retrouvés, rosettes de marbres et ornements floraux. Il abrite des Évangiles datant de 1570[13].
  • Le monastère de la Transfiguration (Manastir Preobraženje) se trouvait autrefois à 2 km en amont de celui de Saint-Nicolas, sur la rive gauche de la Zapadna Morava. Il se trouve aujourd'hui sur la rive droite de la rivière, en face de son emplacement d'origine. Mentionné pour la première fois en 1528, il a été détruit en 1911 pour permettre la construction de la ligne de chemin de fer[14]. Le nouveau monastère a été construit en 1938 et, dans son rôle strictement missionnaire, il fonctionne selon les règles du Mont Athos.
  • Le monastère Saint-Élie (Manastir Ilinje) a été construit sur les vestiges d'un ancien monastère en 1938 ; il abrite une collection de manuscrits, ainsi qu'un konak construit par le prince Miloš Obrenović[19].

La gorge d'Ovčar-Kablar abrite aussi deux églises intéressantes. L'église Saint Sava a été construite en 1938, près d'une source qui constitue une curiosité naturelle : l'eau jaillit en permanence des rochers mais reste dans un bassin sans en déborder, quelle que soit la quantité d'eau déversée ; pour cette raison, la population la considère comme miraculeuse[20]. L'église troglodyte de Kađenica[20], la « caverne enfumée », doit son surnom à un épisode de la lutte entre les Serbes et des Ottomans ; au moment de la révolte de Hadži Prodan, des rebelles y trouvèrent refuge mais les Turcs trouvèrent leur cachette et, à l'aide de paille et de bois, réussirent à y mettre le feu, étouffant ceux qui se trouvaient à l'intérieur. Ce qui restait des morts fut recueilli en 1940 et placé dans deux sarcophages de pierre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (sr) D. Šćekić, « Srpska sveta gora », sur http://www.politika.rs, Site de Politika,‎ 1er septembre 2006 (consulté le 30 janvier 2011)
  2. a, b et c (sr) Jovan Đ. Marković, Enciklopedijski geografski leksikon Jugoslavije, Svjetlost, Sarajevo, 1990 (ISBN 8601026516)
  3. (en) « Ovčar Banja - spa resort & hotels », sur http://www.visitspas.eu (consulté le 26 janvier 2011)
  4. (sr) « Istorija », sur http://www.banjesrbije.net (consulté le 26 janvier 2011)
  5. (en) « List of monuments in the municipality of Čačak », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 30 janvier 2011)
  6. (sr) « Manastir Uspenje », sur http://gradcacak.com, Site de l'Office du tourisme de Čačak (consulté le 30 janvier 2011)
  7. (sr) « Manastir Vavedenje », sur http://gradcacak.com, Site de l'Office du tourisme de Čačak (consulté le 31 janvier 2011)
  8. (sr) « Manastir Jovanje », sur http://gradcacak.com, Site de l'Office du tourisme de Čačak (consulté le 29 janvier 2011)
  9. (en) « Manastir Nikolje Kablarsko, Rošci », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 29 janvier 2011)
  10. (sr) « Manastir Nikolje », sur http://gradcacak.com, Site de l'Office du tourisme de Čačak (consulté le 29 janvier 2011)
  11. (en) « Blagoveštenje pod Kablarom, Ovčar Banja », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 29 janvier 2011)
  12. (sr) « Manastir Blagoveštenje », sur http://gradcacak.com, Site de l'Office du tourisme de Čačak (consulté le 31 janvier 2011)
  13. (sr) « Manastir Vaznesenje », sur http://gradcacak.com, Site de l'Office du tourisme de Čačak (consulté le 29 janvier 2011)
  14. (sr) « Manastir Preobraženje », sur http://gradcacak.com, Site de l'Office du tourisme de Čačak (consulté le 29 janvier 2011)
  15. (en) « Manastir Sretenje, Dučalovići », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 29 janvier 2011)
  16. (sr) « Manastir Sretenje », sur http://gradcacak.com, Site de l'Office du tourisme de Čačak (consulté le 29 janvier 2011)
  17. (en) « Manastir Sveta Trojica na Ovčaru, Dučalović », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 29 janvier 2011)
  18. (sr) « Manastir Sv. Trojice », sur http://gradcacak.com, Site de l'Office du tourisme de Čačak (consulté le 29 janvier 2011)
  19. (sr) « Manastir Ilinje », sur http://gradcacak.com, Site de l'Office du tourisme de Čačak (consulté le 29 janvier 2011)
  20. a et b (en) « Faith tourism », sur http://www.cacak.org.rs, Site officiel de la Ville de Čačak (consulté le 31 janvier 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]