Google Earth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Google Earth
Image illustrative de l'article Google Earth
Logo

Image satellite composite traitée avec Xplanet
Image satellite composite traitée avec Xplanet

Développeur Google
Dernière version 7.1.2.20.41 (23 septembre 2013) [+/-]
Environnement Windows, Mac OS, Linux, iOS, Android
Langue Multilingue[1]
Type Globe virtuel
Licence Freeware, service en ligne ou commercial selon éditions
Site web http://earth.google.fr

Google Earth est un logiciel, propriété de la société Google, permettant une visualisation de la Terre avec un assemblage de photographies aériennes ou satellitaires. Anciennement produit par Keyhole inc., alors d'accès payant, ce logiciel permet à tout utilisateur de survoler la Terre et de zoomer sur un lieu de son choix. Selon les régions géographiques, les informations disponibles sont plus ou moins précises. Ainsi un habitant d'une métropole peut localiser son restaurant préféré, obtenir une vue en 3D des immeubles de la métropole, alors que la résolution des photos d'une bonne partie de la Terre est très faible. La couverture, d'après Google, devrait s'améliorer rapidement. La modélisation en 3 dimensions des constructions, initialement réalisée à l'aide du logiciel SketchUp, est maintenant créée automatiquement à l'aide d'algorithmes utilisant pour une part les prises de vues Street View.

Le directeur 2007 de « Google Earth and Maps » est John Hanke.

Le logiciel dispose d'une version gratuite et de versions payantes pour les professionnels.

En octobre 2011, Google annonce que Google Earth a été téléchargé et installé plus d'un milliard de fois à travers la planète. Cela en fait le SIG le plus utilisé de toute l'histoire.[réf. nécessaire]

Généralités[modifier | modifier le code]

Initialement connu sous le nom de Earth Viewer, Google Earth a été développé par la société Keyhole Inc., rachetée par Google en 2004. Le produit, renommé Google Earth en 2005, est désormais disponible pour les ordinateurs personnels équipés de Windows 2000, XP, Vista, Seven, Mac OS X 10.3.9 ou supérieur, Linux (depuis le 12 juin 2006), et FreeBSD. En plus d'avoir poursuivi le développement du client commencé par Keyhole, Google a également intégré l'imagerie de la base de données de Earth à leur logiciel de cartographie en ligne (Google Maps).

Plusieurs grandes villes peuvent être observées avec une résolution suffisamment élevée pour pouvoir distinguer individuellement chaque immeuble, maison et même voiture. Dans certaines villes telles que Paris, Londres, Washington et Seattle, il est même possible de distinguer les gens dans la rue. La résolution d'observation maximale des lieux géographiques dépend de leur intérêt, cependant toute la surface de la Terre a été photographiée avec une résolution d'au moins 15 mètres. Les lieux qui ont été photographiés avec la meilleure résolution (6 pouces) sont les suivants : Las Vegas dans l'État du Nevada, Cambridge dans le Massachusetts et le comté de Fulton (New York) dans l'État de New York.

Google Earth permet aussi d'aller directement à un lieu en entrant son adresse postale (États-Unis, Canada et Europe uniquement), ses coordonnées ou bien en naviguant manuellement.

Google Earth est également pourvu des données topographiques rassemblées par la NASA lors de la mission SRTM, ce qui permet d'afficher la surface de la Terre en 3D. Ainsi, le Grand Canyon et l'Everest peuvent être observés en 3D contrairement à d'autres logiciels de cartographie ne permettant que des observations 2D, c'est-à-dire depuis le ciel et perpendiculairement au sol. Google a de plus rajouté une couche sur la surface de la Terre qui modélise en 3D les immeubles et bâtiments importants des plus grandes villes américaines. Depuis la version 5 il est possible de visionner en 3D les surfaces sous marines[2].

Beaucoup d'utilisateurs ajoutent leurs propres données, et les rendent disponibles par l'intermédiaire de plusieurs sources comme le BBS ou les blogs cités dans les liens externes plus bas.

Google Earth est disponible en version gratuite, et versions licenciées à usage commercial. Il est disponible pour Windows XP, Mac OS X et Linux.

Spécifications[modifier | modifier le code]

Versions disponibles[modifier | modifier le code]

Google Earth est disponible en 3 versions :

  • Free Version : version gratuite disponible pour tous.
  • Google Earth Plus version sur Windows arrêtée d'être distribué en décembre 2008
  • Google Earth Pro : version entreprise à 320 € à l'année

Le logiciel est présent sur diverses plateformes : Linux, Mac OS X, Windows, Android, Blackberry Storm et iOS.

Version Mac OS X[modifier | modifier le code]

Le 10 janvier 2006, Google a sorti une version destinée pour le système d'exploitation Mac OS X, téléchargeable à partir du site web de Google Earth. Exceptées les quelques remarques faites un peu plus loin dans cet article, la version Mac semble être stable et finie, avec pratiquement toutes les mêmes fonctionnalités que la version originale pour Windows. Le 8 août 2005, une version Mac fonctionnelle ainsi que quelques captures d'écran se sont échappés et ont été diffusées sur Internet, soit à peu près un mois avant sa sortie. Cependant cette version échappée paraissait réellement inachevée dû fait qu'entre autres le menu d'aide et l'affichage de la licence n'étaient pas opérationnels, signe révélateur du fait que cette version était bien destinée uniquement à un usage interne à l'entreprise Google. Cette dernière n'a pas fait de remarque sur cet événement.

Actuellement, il est nécessaire de posséder la version 10.3.9 ou 10.4 de Mac OS X pour pouvoir utiliser cette version Mac de Google Earth. De plus actuellement, aucune version « Pro » ou « Plus » n'existe en version stable, et il n'y a pas non plus de navigateur embarqué (boussole en haut à droite) et ni d'interface directe vers Gmail. Quelques bugs apparaissent également au niveau de la barre de menu (notamment lors d'un basculement vers d'autres programmes), au niveau des bulles infos et au niveau de l'impression.

La dernière version (la 4.0.2722, sortie le 5 janvier 2007) est actuellement disponible en tant que version bêta et apporte de nouvelles fonctionnalités avec entre autres une nouvelle interface utilisateur et la possibilité pour les utilisateurs de Mac OS X de passer à la version « Plus ». (sources sur www.macupdate.com).

Version Linux[modifier | modifier le code]

Google Earth est apparu sur Linux avec la version 4 beta, en tant que produit natif utilisant la bibliothèque logicielle Qt. Il est téléchargeable gratuitement pour une utilisation personnelle[3].

Version mobile[modifier | modifier le code]

Le 25 octobre 2008, Google Earth est sorti en version iPhone. Cette version est disponible pour les iPhone et iPod Touch. Cette version a été grandement critiquée par les utilisateurs à cause de sa difficulté d'utilisation. Par contre, une fois que l'utilisateur comprend comment utiliser ce logiciel, il se retrouve alors dans une version très complète de Google Earth. Il suffit de bouger l'appareil afin de voir le relief. On peut aussi dessiner un cercle avec ses doigts afin de faire changer la direction. Google Earth pour iPhone est gratuit sur l'App Store.

Une version Android est également disponible, gratuitement sur Google Play.

Résolution[modifier | modifier le code]

La résolution de l'image fournie par le programme Google Earth dépend avant tout de l'endroit géographique. En effet, la résolution n'est pas homogène sur toute la planète et, d'une manière générale, les grandes agglomérations sont beaucoup plus détaillées que les milieux ruraux. L'endroit précis où l'image a une résolution maximale se trouve aux coordonnées 37° 25′ 20.35″ N 122° 05′ 06″ O / 37.4223194, -122.085. Il s'agit du Campus Google, le siège de l'entreprise, où l'on peut observer le logo du moteur de recherche aux abords d'une piscine avec une résolution d'1 pouce par pixel (environ 2,58 cm/pixel).[réf. nécessaire]. Certains endroits sont encore plus précis, notamment ici en Afrique du Sud, où l'on peut observer un troupeau d'hippopotames.

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Bâtiments en 3D[modifier | modifier le code]

Après son acquisition de Keyhole, Google a ajouté au logiciel une fonction permettant d'afficher des bâtiments en 3D modélisés par des blocs de couleur grise. Ainsi, grâce aux informations fournies par Sanborn Maps[réf. nécessaire], il est possible d'observer de nombreuses villes américaines dès septembre 2006. Le 14 mars 2006, Google rachète @Last Software (entreprise à l'origine du logiciel SketchUp) qui crée un plugin pour permettre d'obtenir un rendu 3D dans Google Earth[réf. nécessaire].

À l'origine, seules quelques villes américaines sont concernées par cette fonction. Par la suite, il devient possible d'observer en 3D des bâtiments du Japon grâce à l'entreprise japonaise Zenrin qui a fourni les données nécessaires[réf. nécessaire]. Certaines villes allemandes sont également totalement modélisées comme Munich, par exemple.

Des bâtiments sont également visibles en 3D pour certaines autres villes du monde en faisant usage de programmes provenant d'autres sites web[réf. nécessaire].

Des bâtiments de la ville de Londres ont également été modélisés. C'est également le cas pour Paris, où la tour Eiffel, l'île de la Cité, le Louvre, le quartier de La Défense, la BNF ou la maison de Radio France sont visibles en 3D. Le musée du Prado de Madrid est également accessible avec les principales œuvres[4].

De plus, il existe une banque d'images 3D créée par la communauté d'utilisateurs, qui permettait de visualiser directement leurs œuvres dans Google Earth. Cette possibilité a été supprimée par Google le 1er octobre 2013 pour la raison ci-dessous.

Liste des villes entièrement modélisées en 3D avec texture (selon version de Google Earth)[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]
Dans le reste de l'Europe[modifier | modifier le code]

Relief auto-généré[modifier | modifier le code]

En juin 2012, Google annonce que les bâtiments en 3D créés par les utilisateurs seront progressivement remplacés par un mesh auto-généré. Les raisons principales sont l'amélioration de l'homogénéité, et le renforcement de la compétitivité vis-à-vis de services utilisant cette technologie, tels que Nokia Maps ou Bing Maps.

Les lieux couverts par ce mesh auto-généré sont les suivants :

Pays Villes
Drapeau de l'Australie Australie AdélaïdeBrisbane, CanberraPerth
Drapeau de l'Autriche Autriche GrazInnsbruck, LinzSalzburgSteyrTraunWels
Drapeau de la Belgique Belgique Charleroi, Gand, Mons
Drapeau de la France France Agde, Aix-en-Provence, AjaccioAlbi, Angers, ArcachonArlesAuxerre, Avignon, Bastia, Beauvais, BesançonBordeaux, Béziers, Bourges, Brive-la-GaillardeCarcassonneCholetClermont-Ferrand, ColmarDijonGrenoble, Laval, La Rochelle,La Roche-sur-Yon, Lille (métropole), Limoges, Lyon, MarseilleMontaubanMontpellier, Mulhouse, Nancy, Nice, Nîmes, Paris et région parisienne, PauPerpignan, Poitiers (Futuroscope inclus), Quimper, Rennes, Roanne, Roubaix, Rouen, Saint-Étienne, Saint-Louis, Saint-QuentinStrasbourgTarbes, ToulouseTourcoing, Troyes, ValenceVannes
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Spire, Heidelberg, Munich, Mannheim, Lörrach, Ulm, Weinheim, Karlsruhe
Drapeau de l'Italie Italie Cagliari, Ferrare, Naples, Padoue, Palerme, Rome
Drapeau de la Suisse Suisse Bâle, Berne, Genève, Lausanne, Zurich, Nyon, Thoune
Drapeau des États-Unis Etats-Unis Albuquerque, Anaheim, Birmingham, Boston, Charlotte, Denver, Little Rock, San Francisco, Santa Cruz, Los Angeles, New York, Phoenix, Philadelphie, Portland, Reno, Sacramento, San Diego, Seattle, Springfield, Tampa, Wichita

La dernière version du logiciel (Google Earth 7) est requise pour visualiser le relief ainsi généré.

Simulateur de vol[modifier | modifier le code]

Dans la version 4.2 de Google Earth, un simulateur de vol est inclus. La combinaison de touche (Ctrl + Alt. + A) active cette fonctionnalité. Voir la description sur le site officiel et cet article expliquant comment utiliser cette fonctionnalité

Navigateur web interne[modifier | modifier le code]

Dans la version 5.2 de Google Earth, un navigateur web est inclus. Ne pas cocher "Afficher les résultats Web dans un navigateur externe" active cette fonctionnalité. Voir plus de détails sur le site officiel.

Polémiques[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreuses polémiques vis-à-vis de ce logiciel, quant à la possibilité de visualiser des images de zones sensibles : installations militaires, nucléaires[5].

De plus, des cambrioleurs ont utilisé ce logiciel pour dévaliser des maisons dans un quartier chic de la banlieue de Moscou[6].

Découvertes liées à Google Earth[modifier | modifier le code]

  • En décembre 2008, des scientifiques des Jardins botaniques royaux de Kew annoncent la découverte d'un « monde perdu » abritant plusieurs nouvelles espèces animales grâce à Google Earth[7].
  • Le 8 avril 2010, plusieurs paléontologues de l'université de Wits découvrent deux squelettes partiels d'hominidés, conservés depuis environ 1,78 à 1,95 million d'années grâce au logiciel de Google[8].

Apparitions[modifier | modifier le code]

Dans les œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

  • Dans Hyper tension, un film américain de 2006, des images animées tirées du logiciel Google Earth apparaissent régulièrement à l'écran pour situer l'action.
  • Dans l'épisode 17 de la saison 18 des Simpson[9], Marge Simpson utilise le logiciel Google Earth.

Utilisation dans les médias[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Logiciels similaires[modifier | modifier le code]

D'autres logiciels ou services permettent de naviguer sur des globes virtuels :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Critiques et comparaison[modifier | modifier le code]