Gongju

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gongju
Image illustrative de l'article Gongju
Noms
Nom Hangeul 공주시
Nom Hanja 公州市
Nom Romanisation révisée Gongju-si
Nom McCune-Reischauer Kongju-si
Administration
Pays Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Divisions 1 eup, 10 myeon, 6 dong
Démographie
Population 130 957 hab. (2003)
Densité 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 28′ 02″ N 127° 07′ 39″ E / 36.467336, 127.127595 ()36° 28′ 02″ Nord 127° 07′ 39″ Est / 36.467336, 127.127595 ()  
Superficie 94 071 ha = 940,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corée du Sud

Voir la carte administrative de Corée du Sud
Gongju

Géolocalisation sur la carte : Corée du Sud

Voir la carte topographique de Corée du Sud
Gongju

Gongju (공주) (ancienne orthographe  : Kongju, ancienne dénomination  : Ungjin) est une ville située au centre-ouest de la Corée du Sud, dans la province du Chungcheong du Sud. C'est sur son territoire qu'a été créée la nouvelle capitale administrative, Sejong, inaugurée en 2012.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette ville est considérée par les Coréens comme une petite bourgade. Elle compte 130 000 habitants et se situe à la 65e place des agglomérations du pays (2010). Elle est adossée à une colline où se dresse encore le mur d’enceinte en pierre (XVIIe siècle) d’une forteresse où se trouvait un palais royal. La ville est située à environ 125 km au sud de Séoul et à 30 km au nord-ouest de Daejeon qui est la grande ville la plus proche. Elle a été la capitale de la province du Chungcheong du Sud jusqu’au XXe siècle. La ville est divisée en deux par le fleuve Geum (). Quatre ponts dont un piétonnier enjambent le fleuve. D’un côté, à l’est, on trouve la vieille ville où l’on peut visiter, entre autres, la forteresse, le musée national et les tombes du roi Muryeong. De l’autre, des quartiers plus récents avec la gare routière et l’université nationale qui date de 1948 (réputée jusqu’à la fin des années 1980 car on y a formé une majeure partie des enseignants actuels du secondaire).

Histoire[modifier | modifier le code]

Suite à la fuite du roi Munju de la dynastie Paekche (백제, Baekje ou Paiktchei) devant les armées de Koguryŏ et l'invasion de la capitale Hanseong (actuelle Séoul), Gongju devient durant une courte période capitale de la dynastie en 475. Elle perd ce statut en 538 au profit de la ville voisine de Buyeo (부여).

La ville est dotée d'un musée national (dont la collection a été déplacée dans un nouvel édifice inauguré en mai 2004[1]) ainsi que d’un site archéologique où l’on peut visiter les sépultures du roi Muryong (501-523) découvertes par hasard en 1971 lors de travaux de drainage et dans lesquelles on trouva un riche mobilier funéraire que l’on peut voir aussi dans un petit musée situé à proximité des tumulus où se trouvait la tombe de l’ancien roi. On peut notamment y voir la restitution grandeur nature de l’intérieur des tombes qui ne sont plus accessibles à la visite. Ce sont des bonzes de cette dynastie qui ont exporté, en même temps que le bouddhisme, leur art dans l’archipel nippon, d’où un intérêt certain des Japonais pour cette dynastie et ce lieu. Chaque année, un festival qui prend de plus en plus d’ampleur a lieu en octobre en parallèle avec la ville de Buyeo, pour commémorer cette dynastie Paekche.

Culture[modifier | modifier le code]

Le symbole de la ville, issu d’une légende, est une ourse que l’on retrouve sous forme de statue à de nombreux emplacements dans la ville. Gongju a quelques enfants célèbres : deux sportifs très populaires, le joueur professionnel de baseball Chan Ho Park (박찬호) et la joueuse de golf Se Ri Pak (박세리) née à Daejeon mais qui a sa statue en face de son ancien lycée, à proximité du site des tombes du roi Muryeong, ainsi que deux membres du « boys band » TVXQ et le chanteur Tae Goon (태군).

Voir aussi:

Référence[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. http://gongju.museum.go.kr/html/en/index.jsp