Gomme à effacer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gomme.
Gommes

Dans le domaine du dessin et de l'écriture, une gomme (appelée efface au Québec) est un objet mou, en caoutchouc ou en matière plastique, qui sert à effacer les traits faits par l’encre ou le crayon mine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Gomme bicolore

Jusqu’au XVIIe siècle les traits sont effacés en grattant le support avec une lame ou avec de la mie de pain trempée dans du lait. C'est un certain Chennini qui, vers 1400, dans un livre destiné aux peintres, recommande d’effacer les traits de mine de plomb ou de fusain avec de la mie de pain.

La découverte du latex en Amazonie (sécrétion de l’hévéa) amène les savants européens à chercher des applications pour cette matière souple et élastique. Dans une communication à l’Académie des Sciences de 1751, Charles Marie de la Condamine, découvreur du latex encourage ses auditeurs à en « étudier les propriétés et rechercher le parti que l’on pourrait en tirer ». La première application, et curieusement pendant près de cinquante ans la seule, sera celle d’effacer les traits de crayon mine.

En 1770, un scientifique et chimiste britannique Joseph Priestley note ; « j’ai vu une substance parfaitement adaptée à l’effacement des marques de crayon de graphite sur le papier ». Cette utilisation d’effacer en frottant (en anglais to rub) donnera son nom anglais au caoutchouc ; « rubber ». La même année, les premières gommes en latex sont vendues en Angleterre par Edward Nairne au prix très élevé de trois shillings le petit cube d’un demi-pouce. Ces gommes à effacer devenaient noires et étaient vendues sous le nom de « peau de nègre ».

Le latex est une matière végétale naturelle, il brunit et durcit à l’air puis se dégrade et pourrit. L’utilisation de ces premières gommes était peu pratique. La découverte de la vulcanisation par Charles Goodyear en 1839 modifia complètement l’usage du latex qui devient le caoutchouc imputrescible, résistant au froid et à la chaleur, non collant, etc.

Crayon avec gomme

En devenant plus pratique, la gomme à effacer se démocratise à partir de la moitié du XIXe siècle.

Le premier brevet de gomme emmanchée à l’extrémité d’un crayon est déposé en 1878 aux États-Unis.

Principe de fonctionnement[modifier | modifier le code]

Lorsque l’on écrit avec un crayon mine, la surface du papier enlève de fines particules de graphite de quelques microns de la mine. Ces particules se logent dans les interstices du maillage de fibres qui forme le papier (ce maillage est très visible sous un fort grossissement)(c'est le grain). En passant sur la surface à effacer, la gomme tire les mailles du papier pour déloger les particules de graphite. En complément la gomme a aussi une propriété abrasive, elle arrache une petite partie de la surface du papier. Le reste de graphite qui n’avait pas été enlevé en écartant les mailles, se trouve alors retiré et mélangé aux détritus de papier et de gomme qui forment les pelures que l’on observe quand on gomme une feuille. La fonction d’abrasion est assurée par de la pierre ponce incorporée au caoutchouc. C'est ainsi, en frottant, qu'on réussit à effacer.

Ce processus très simple (d'effacement) modifie profondément (sur quelques microns) la structure interne du support (papier) et lors d'un repentir, le graphite ne se déposera plus sur cette surface remaniée de la même façon que sur une surface qui aurait conservé les mêmes qualités d'accroche que celles de la surface d'origine.

Fabrication[modifier | modifier le code]

Gommes mie de pain, neuve ou déjà utilisée

Les gommes à effacer sont en général composées de trois substances[réf. nécessaire] : caoutchouc sulfuré, huile végétale et pierre ponce en quantité variable. Les gommes à effacer l’encre ont une plus grande quantité de pierre ponce que les gommes à effacer le crayon.

Aujourd’hui beaucoup de gommes sont en vinyle ou en d’autres matières plastiques. Elles sont plus douces, abîment beaucoup moins le papier que les gommes en caoutchouc[réf. nécessaire], et effacent mieux[réf. nécessaire] car elles n’étalent pas le graphite.

Historiquement leur forme est parallélépipédique ou en forme de disque et leur couleur blanche, bleue ou rose. La gomme à deux couleurs, bleue (pour les traces de crayons tenaces ou appuyées, souvent utilisée sur feuille Canson) et rose (pour des simple traces de crayons), a fait partie de toutes les trousses d’écolier.

Aujourd’hui de nombreuses formes (animaux, légumes, personnages, membres du corps) et de nombreuses couleurs sont proposées. La gomme peut également être présentée sous la forme d’un crayon dans lequel la mine de graphite est remplacée par un cylindre de gomme en caoutchouc.

Il existe un autre type de gomme plus adaptée au dessin (principalement pour crayons gras, mine de plomb, ou plus difficilement fusain ou pierre noire) : la gomme mie de pain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif : … et aussi des crayons – Somogy Edition d’Art – Bibliothèque Forney
  • C.Ungar : La gomme à effacer – Bulletin du CCOE n°94

Liens externes[modifier | modifier le code]