Gomme-gutte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La gomme-gutte ou jaune du Cambodge est un pigment jaune tirant sur l'orangé, produit à partir de résine d'espèces de la famille des Clusiaceae[1] ou des Garciniées (PRV1). Elle fut aussi utilisée en pharmacie. La gomme-gutte servit à Jean Perrin pour la détermination exacte du nombre d'Avogadro en 1926 par l'étude du mouvement brownien[2].

Rapportée de Chine en 1603, elle fut d'abord employée, comme en Extrême-Orient, comme purgatif, puis rapidement utilisée par les peintres[3].

La gomme-gutte ((en) gamboge) est le pigment naturel NY24 du Colour Index. Ce n'est pas à proprement parler un pigment, elle est soluble dans l'alcool (PRV1). Elle est surtout utilisée en couleur à l'eau. C'est un des ingrédients, avec le bleu de Prusse ou l'indigo, du vert de Hooker (Ball 2010). D'autres jaunes, synthétiques et moins onéreux, comme le jaune de Hansa PY65, sont également vendus sous ce nom[4].

Nuanciers[modifier | modifier le code]

Le Répertoire de couleurs de la Société des chrysantémistes, de 1905, donne quatre tons de gomme-gutte.

La dénomination de gomme-gutte se trouve en couleurs d'aquarelle : aquarelle nuance de gomme-gutte[5], aquarelle gomme gutte[6], 517 gomme gutte[7] .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Dauthenay, Répertoire de couleurs pour aider à la détermination des couleurs des fleurs, des feuillages et des fruits : publié par la Société française des chrysanthémistes et René Oberthür ; avec la collaboration principale de Henri Dauthenay, et celle de MM. Julien Mouillefert, C. Harman Payne, Max Leichtlin, N. Severi et Miguel Cortès, vol. 1, Paris, Librairie horticole,‎ 1905 (lire en ligne), p. 25
  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 2, Puteaux, EREC,‎ 2001, p. 350 « Gomme-gutte »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Nicholas Eastaugh, Valentine Walsh, Tracey Chaplin, Ruth Siddall, Pigment compendium: A Dictionary of Historical pigments, Butterworth-Heinemann, Londres, 2004 (ISBN 978-0750657495), p. 164.
  2. (PRV1), Philip Ball (trad. Jacques Bonnet), Histoire vivante des couleurs : 5000 ans de peinture racontée par les pigments [« Bright Earth: The Invention of Colour »], Paris, Hazan,‎ 2010, p. 207
  3. Arsène-Henri Gigon, Etude sur la gomme-gutte, Paris, impr. Pourcelle-Florez,‎ 1872 (lire en ligne). Importée en Angleterre à partir de 1651 sous le nom de gamboge d'après Ball 2010.
  4. (en) www.artistcreation.com.
  5. Dioxyde de nickel PY153, « Nuance de gomme-gutte », sur winsornewton.com.
  6. PY65, « Aquarelles. Gomme gutte », sur blockx.be.
  7. « Nuancier Aquarelle Extra-Fine », sur magasinsennelier.com.