Goliard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Carmina Burana est un recueil de chansons (chansonnier) découvert dans le Monastère de Benediktbeuern et où figurent nombre de textes attribués aux Goliards.

Les Goliards étaient des clercs itinérants (latin : clerici vagantes ou latin : clerici vagi) qui écrivaient des chansons à boire et des poèmes satiriques (et parfois d'amour) en latin aux XIIe et XIIIe siècles[1]. Ils étaient principalement issus des universités française, allemande, italienne et anglaise, et protestaient contre les contradictions grandissantes au sein de l'Église, telles que l'échec des Croisades et les abus financiers, ainsi que contre certains écarts de la royauté et de la noblesse[2]. Ils s'exprimaient en latin à travers la chanson, la poésie et la représentation théâtrale. De nombreux poèmes de l'ensemble des Carmina Burana appartiennent à ce mouvement[3].

Provenance des Goliards[modifier | modifier le code]

Les Goliards étaient vraisemblablement des étudiants majoritairement de droit. En effet, le passage de l'état de Béjaune à celui de clerc se passait au sein de la Basoche (anciennement Bazoche). Or, qui n'avait pas subi ces épreuves de béjaunage, ancêtre de nos bizuthages, n'était ni reconnu, ni estimé au sein de l'Université[4].

Les bazochiens comme ils se nommaient, possédaient une structure très puissante étendue au-delà de la France comme en témoigne encore actuellement un Ordre de la Basoche dans la ville de Liège en Belgique. Il est reconnu par tous les auteurs, qu'ils furent les principaux créateurs du théâtre, ainsi que de nouvelles façons de pratiquer les spectacles. Loin d'être contre l'église, car c'est en jouant des scènes à caractère religieux qu'ils débutèrent sur les planches au cœur même de ces bâtiments, ils se retrouvèrent rapidement sur les parvis où ils s'étoffèrent rapidement d'un répertoire satirique et impertinent. Leurs attaques ciblèrent jusqu'aux plus grands, et le Roi de France lui-même ne fut pas épargné[5].

Les interdits commencèrent dès lors à arriver, et ils durent se scinder. Ils créèrent la troupe de théâtre « Les enfants sans soucis », qui n'était finalement qu'une antenne de la Bazoche. Il est probable qu'avant que l'idée de la troupe leur vienne, ils créèrent les Goliards, ces clercs itinérants dont la réputation devint rapidement synonyme de mauvaise vie, et qu'ils s'empressèrent d'ajouter à leurs statuts que nul clerc de la Bazoche de pouvait être ni goliards, ni marié[6].

Étymologie du mot Goliard[modifier | modifier le code]

L'étymologie de ce mot est incertaine.

Lors du combat philosophique qui opposa Pierre Abélard, professeur en théologie renommé de l'Université de Paris, et Saint Bernard de Clairvaux, ce dernier selon plusieurs spécialistes, dans une lettre adressée à Innocent II, qualifiait son opposant de goliat. L'usage de ce mot est ambigu et les chercheurs penchent pour l'emploi d'une parabole comparant Saint Bernard au roi David encore enfant, lorsqu'il triompha du géant Goliath dans le texte de la Bible.

Abélard était aimé par ses étudiants et ceux-ci soutinrent sa cause en s'emparant du nom à leur profit[7]. Le mythique évêque Golias dont ils se prétendaient issus n'était donc autre que Pierre Abélard, dressé pour faire valoir leur position d'étudiants cultivés et de gros buveurs parodiant les autorités politiques et ecclésiastiques[8]. D'autres encore soutiennent que le mot vient de gailliard, soit un « gai luron » au Moyen Âge.

Dans son ouvrage "Io Vivat - ou les étudiants de l'Université" écrit et publié à compte d'auteur par monsieur Jacques Koot[9] en 1983, il est encore fait mention de "Golias - Roi mythique des étudiants paillards au Moyen Âge. C'est sous son évocation que l'on composait les chansons à boire".

Il pourrait aussi simplement venir du latin gula, gloutonnerie, qui est l'un des piliers des étudiants italiens dont la tradition porte le nom de Goliardia.

Des poètes satiriques[modifier | modifier le code]

Les satires avaient pour but de railler et de parodier l'Église ou les personnalités.

À la Saint-Rémy, par exemple, les Goliards allaient à la messe, en procession, chacun traînant sur le sol un hareng au bout d'une cordelette, le jeu étant de marcher sur le hareng de devant et d'éviter que son propre hareng ne soit piétiné.

Dans certaines régions, on célébrait la fête de l'âne, lors de laquelle un âne[10] vêtu d'un costume loufoque était mené jusqu'au chœur de l'église où un chantre psalmodiait une chanson en louange à l'âne[11]. Lorsqu'il marquait une pause, le public devait répondre : « Hi Han, Sire Ane, Hi Han »[12],[13].

L'Université de Paris porta plainte :

« Prêtres et Clercs [...] dansent dans le chœur habillés comme des femmes [...] ils chantent des chansons légères. Ils mangent du boudin noir sur l'autel lui-même alors que le célébrant dit la messe. Ils jouent aux dés sur l'autel. Ils encensent avec de la fumée puante provenant de semelles de vieilles chaussures. Ils courent et sautent à travers l'église sans rougir de leur propre honte. Enfin, ils conduisent des chariots et des carrioles usés à travers la ville et ses théâtres et soulèvent les éclats de rire de leurs acolytes et des passants grâce à leurs représentations théâtrales infâmes remplies de gestes impudiques et de mots vulgaires et dévoyés[14] »

Les Goliards détournaient des ouvrages sacrés, notamment des textes de la messe catholique romaine et des cantiques latins, les transformant en sujets profanes et satiriques. Le jargon de la philosophie scolastique apparaissait aussi fréquemment dans leurs poèmes, soit à des fins satiriques, ou parce que ces concepts faisaient partie du vocabulaire couramment utilisé par les écrivains de l'époque. Leurs satires étaient presque uniformément dirigées contre les grands personnages et l’Église, allant jusqu'à attaquer le Pape lui-même. Les Goliards étaient un mouvement de protestation important dans la critique contre les abus commis non par l'Etat ou l'Église mais par certains de leurs opportunistes représentants.

Les Goliards durent affronter les foudres de l'Église. En 1227, le concile de Trèves leur interdit de prendre part aux offices. En 1229, les Goliards participèrent à l'agitation qui secoua l'Université de Paris à la suite des manigances du légat papal. Ils furent l'objet de nombreux conciles, notamment en 1289, où fut décrété que « les clercs ne doivent être ni des jongleurs, ni des goliards, ni des bouffons » ; et en 1300, au concile de Cologne, où il leur fut interdit de prêcher ou de s'engager dans le commerce des indulgences. Les Goliards furent souvent totalement privés des « privilèges du clergé »[15],[16],[17].

Influence[modifier | modifier le code]

Dans les lettres[modifier | modifier le code]

Les Goliards eurent une réelle influence dans la littérature. En effet, ils écrivaient des vers en latins suivant une prosodie plus naturelle basée sur les accents toniques, et contribuèrent à libérer la poésie latine du carcan de la prosodie grecque. Ce mouvement littéraire permit l'émergence d'une nouvelle forme de versification sacrée en latin, comme le Dies Irae de Thomas de Celano ou le Pange Lingua de Thomas d'Aquin qui adoptent les formes latines poétiques que les Goliards avaient contribué à développer.

Le mot « goliard » perdit ses connotations cléricales en passant dans la littérature française et anglaise du XIVe siècle avec le sens de jongleur ou de ménestrel itinérant. C'est ainsi qu'il faut l'entendre dans Pierre le laboureur et chez Chaucer.

Chez les étudiants italiens[modifier | modifier le code]

Depuis 1888 existent en Italie des sociétés festives et carnavalesques traditionnelles étudiantes répondant au noms d'ordres goliardiques et se réclamant de l'héritage des Goliards.

Principaux Goliards[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Au Moyen Âge, les simples clercs sont des membres du clergé qui n'ont reçu que les ordres mineurs. Ils n'ont pas de pouvoirs sacramentels, ne sont pas soumis aux vœux de chasteté et peuvent même se marier. Par extension, le terme de clerc désigne à l'époque tous les étudiants formés dans les collèges et universités tenus alors par l'Église catholique.
  2. Voir, par exemple, le texte « In terra summus » (CB 11) des Carmina Burana.
  3. La poésie latine au Moyen Âge - Les goliards
  4. Les clercs du Palais - Adolphe Fabre - N. Scheuring, libraire - éditeur - 1875
  5. La basoche notariale - Lucien Genty - Delamotte fils et Cie, libraires - éditeurs - 1888
  6. Les clercs à Dijon Note pour servir à l’histoire de la bazoche - Charles Muteau - 1857 - Picard, Durand, Dumoulin, libraires
  7. http://www.cosmovisions.com/Goliards.htm
  8. « GOLIAS, Qui sommes nous ! », sur www.golias.fr
  9. Io Vivat ou les étudiants de l’Université - Jacques Koot - 1983, page 105
  10. http://www.cosmovisions.com/$Ane.htm
  11. http://books.google.fr/books?id=G3iWAgAAQBAJ&pg=PA71&lpg=PA71&dq=f%C3%AAte+de+l%27%C3%A2ne+balaam&source=bl&ots=XHK3Ne8xtk&sig=01lUEHwT8BvgXbTebelSJ35ZM1o&hl=fr&sa=X&ei=TRpKU6KoCqWM0AXd4ICADQ&ved=0CE8Q6AEwBA#v=onepage&q=f%C3%AAte%20de%20l%27%C3%A2ne%20balaam&f=false
  12. https://www.youtube.com/watch?v=I4t6AXIrhn8
  13. http://creative.arte.tv/fr/community/codex-05-messe-de-lane
  14. « Les imprécateurs », sur www.lepoint.fr (consulté le 9 octobre 2010)
  15. http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1163207&xtmc=goliard&xtcr=5
  16. http://www.lemonde.fr%2Farchives%2Farticle%2F1993%2F01%2F22%2Fen-poche-who-s-who-medieval_3924754_1819218.html%3Fxtmc%3Dgoliard%26xtcr%3D28&h=EAQHq5wvD
  17. http://www.lemonde.fr/archives/article/1981/04/06/le-goliard-un-contestataire-burlesque-et-paillard_2734047_1819218.html?xtmc=goliard&xtcr=34

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Helen Waddell, The Wandering Scholars of the Middle Ages, 1927
  • Charles Muteau, Les clercs à Dijon Note pour servir à l’histoire de la bazoche, 1857, Picard, Durand, Dumoulin, libraires
  • Jacques Koot, Io Vivat ou les étudiants de l’Université, 1983
  • Lucien Genty, La basoche notariale, 1888, Delamotte fils et Cie, libraires - éditeurs
  • Adolphe Fabre, Les clercs du Palais,1875, N. Scheuring, libraire - éditeur

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]