Goli Otok

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Goli Otok
Géographie
Pays Drapeau de la Croatie Croatie
Archipel Archipel croate
Localisation Mer Adriatique
Coordonnées 44° 50′ 10″ N 14° 50′ 18″ E / 44.836152, 14.838238 ()44° 50′ 10″ N 14° 50′ 18″ E / 44.836152, 14.838238 ()  
Géologie Île continentale
Administration
Comitat Comitat de Primorje-Gorski Kotar
Démographie
Population Aucun habitant (2001)
Autres informations
Fuseau horaire GMT+1

Géolocalisation sur la carte : Croatie (relief)

(Voir situation sur carte : Croatie (relief))
Goli Otok
Goli Otok
Catégorie:Île de Croatie

Goli Otok est une île croate située au nord de la Dalmatie. Elle est connue pour avoir été une ile prison, notamment du temps de la République fédérale socialiste de Yougoslavie où y furent internés des prisonniers politiques lors de la rupture entre Tito et Staline.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'île était inhabitée jusqu'à la Première Guerre mondiale. Durant cette période elle a été utilisée par l’armée austro-hongroise pour interner des prisonniers de guerre russes.

En 1949, après sa rupture avec le pouvoir de Moscou, Tito y emprisonnait les communistes stalinistes restés fidèles à Moscou. Les prisonniers ont subi à Goli Otok une "rééducation" accompagnée de tortures et d’humiliations. De plus les prisonniers n'avaient pas automatiquement été jugés avant d'être envoyé dans le camp. Le nombre exact des personnes internées sur l’île et de celles qui y ont péri reste toujours inconnu : les estimations varient entre 5 000 internés[1] et 30 000 internés[réf. nécessaire].

De 1955 jusqu’à sa fermeture, en 1988, le bagne de Goli Otok a accueilli des prisonniers de droits communs. Pendant cette période, les conditions de vie sur l'île ont été largement améliorées.

Aujourd'hui l'île peut être visitée par les touristes. Mais elle est laissée à l'abandon, ce qui laisse l'occasion aux pilleurs de récupérer là-bas matériaux de construction et autre. Certaines personnes et association (notamment des groupes d’anciens prisonniers politiques) se battent pour faire de l’île un lieu de mémoire officiellement reconnu.

Prisonniers célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 'Le Guide suprême, Petit dictionnaire des dictateurs', 'GINKOéditeur', (ISBN 978-2-84679-064-1) p. 212

A l'aveugle. Claudio Magris ( Gallimard, l'Arpenteur, 2006)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]