Gold (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gold.

Gold

Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Pop rock, synthpop, variété française
Années actives Depuis 1982
Labels Wea, BMG
Site officiel groupegold.com
Composition du groupe
Membres Lucien Crémadès
Bernard Mazauric
Etienne Salvador
David Bouad
Anciens membres Emile Wandelmer
Joël Moulin
Alain Llorca
Vincent Guion
Jean-Jacques Dourmel

Gold est un groupe de musique français, qui a connu un succès national dans les années 1980. D'origine toulousaine, il est constitué dans sa formation à succès de cinq musiciens : Lucien Crémadès, Alain Llorca, Bernard Mazauric, Étienne Salvador, et Émile Wandelmer.

En 1985, le groupe devient célèbre avec son premier tube Plus près des étoiles. Par la suite, il enchaîne les succès et tous les singles suivants atteignent le Top 10 des ventes jusqu'à Calicoba en 1987. En 1990, le chanteur Émile Wandelmer quitte le groupe suite à un désaccord. Il enregistre un album solo aux États-Unis avec des musiciens américains, mais le succès n'est pas au rendez-vous. Il rejoint alors Mario et Jean-Louis du groupe toulousain Images et forment le groupe Émile & Images en 1998. Après le départ d'Émile Wandelmer, même si le groupe ne caracole plus en tête du Top 50, il continue de jouer.

En France, Gold a vendu plus de 4 millions de disques (singles et albums confondus)[1].

Membres[modifier | modifier le code]

  • Émile Wandelmer : chant, guitare rythmique
  • Lucien Crémadès : guitare solo, chœurs
  • Alain Llorca : basse, chœurs
  • Bernard Mazauric : claviers, chœurs
  • Étienne Salvador : batterie

L'histoire[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Au début des années 1960, The Gold-Fingers est un groupe de lycéens de Gaillac, dans le Tarn. La formation s'est peu à peu étoffée, plutôt yéyé ou plutôt rock au gré des allées et venues des différents membres. En 1965, Francis Delmas[2], accordéoniste, la rejoint et les neuf musiciens qui savent jouer mieux que personne tous les styles, animent fêtes, bals et kermesses de la région toulousaine.
En janvier 1967, Francis Delmas devenu un peu le chef d'orchestre, recrute Emile Wandelmer pour remplacer Gérard, parti accomplir son service militaire.
En 1973, le groupe diffuse une très bonne musique et fait le choix de se professionnaliser, ce qui entraîne le départ de plusieurs membres souhaitant suivre d'autres carrières.
En 1974, sort le premier 45 tours, Souviens-toi, enregistré au studio Condorcet de Toulouse, produit par Charles Talar et distribué par Sonopresse.
L'arrivée simultanée dans le groupe de Jean-Jacques Dournel et de Vincent Guion donne un nouveau souffle et l'année suivante, un deuxième 45 tours (en anglais) : Love is here chez WEA Filipacchi Music.
C'est sous l'impulsion de Vincent Guion que naît l'idée du premier album, qui sort en 1982, avec entre autres titres Le train des mes souvenirs et Tropicana. Toutes les paroles sont de lui, six musiques étant signées Emile Wandelmer.
Le nom du groupe est raccourci et devient Gold et parmi les cinq musiciens, plus aucun fondateur des Gold-Fingers. Francis Delmas prend de l'importance et devient manager.

1984 : Plus près des étoiles[modifier | modifier le code]

À la fin de l'année 1984, le groupe sort un nouveau 45 tours Plus près des étoiles, aux paroles dédiées aux boat-people et à la guerre du Viêt Nam. La chanson est diffusée plusieurs fois par jour à la radio. Dix mois plus tard, en juillet 1985, ce titre entre au Top 50 où il reste classé 24 semaines, atteignant à trois reprises le no 2 au hit-parade, séduisant plus de 900 000 auditeurs.

Ce 45 tours Plus près des étoiles est d'abord sorti à titre d'essai, uniquement dans le sud-ouest de la France au printemps 1984. il est reconnaissable à sa pochette noire et épaisse. Suite à ce succès local, la sortie du 45 tours au niveau national s'effectue au printemps 1985, avec une pochette rouge vif.

1985 : Capitaine abandonné[modifier | modifier le code]

En décembre, après le succès de Plus près des étoiles, le groupe Gold revient avec un nouvel opus Capitaine abandonné (premier extrait du nouvel album à venir) qui entre au Top 50 début février 1986. Il est, durant un mois no 1 et reste dans le Top jusqu'en juillet de la même année (là aussi 24 semaines de présence dans le classement). Ce titre est un hommage au navigateur Philippe Jeantot, aux stars du sport et de l’aventure qu'ont été Arnaud de Rosnay ou Philippe de Dieuleveult.

1986 : Ville de lumière[modifier | modifier le code]

L'année 1986 est le début d'une longue tournée. Le groupe se produit en France, ainsi qu'en Suisse et en Belgique.

Au mois de juin, il débute l'enregistrement d'un second album à Toulouse dont le single Ville de lumière (deuxième extrait du disque), est un hommage à la ville de Beyrouth (Liban), se classant immédiatement au hit-parade. Il tient également plus de 6 mois (29 semaines) dont sept semaines consécutives à la deuxième place, restant classé dans le Top 10 quatre mois d'affilée, devenant un des grands hits de cet été-là. La première place leur échappe cependant car elle est occupée à ce moment-là par le tube Les démons de minuit d'un autre groupe toulousain à succès, Images.

En préambule à leur deuxième album studio et afin de faire patienter leurs fans, leur maison de disques édite un mini-album — au titre générique de Capitaine abandonné — reprenant leurs récents succès en versions remixées, agrémentés de quelques titres choisis dans leur discographie passée et présente.

En novembre, le groupe est élu « meilleure révélation de la variété » par l'ensemble de la profession aux Victoires de la musique organisé au Lido cette année là.

En décembre, Gold sort donc son deuxième album studio intitulé Calicoba (qui paraît aussi en version anglaise) et finit sa tournée, au cours de laquelle il donne une centaine de concerts devant des milliers de spectateurs. Cette tournée est marquée entre autres par trois passages à l' Olympia à guichet fermé, dont un retransmis en direct par satellite dans les salles du réseau VTS.

1987 : Laissez-nous chanter et Calicoba[modifier | modifier le code]

Le groupe sort le 45 tours Laissez-nous chanter au mois de janvier (troisième extrait de l'album). Il franchit la barre des dix premières places au Top 50 dès le mois suivant, y atteignant par deux fois la sixième place, y restant classé pas moins de 19 semaines. Gold sort aussi son album Live à l’Olympia (disque d'Or).

Calicoba est récompensé disque d'or (100 000 exemplaires) en quelques semaines et ne cesse de progresser dans le Top 20. Plus tard dans l'année, l'album est certifié disque de platine avec quelque 400 000 exemplaires écoulés. Il atteint la 7e place dans le Top albums, y restant classé pas moins de 40 semaines.

Au printemps, le groupe sort le single Calicoba (no 8 au Top et 18 semaines de présence), quatrième et dernier extrait de l'album du même nom. Il sera suivi d'une tournée en deux parties (avril/mai - octobre/novembre).

Derniers succès et départ d'Émile[modifier | modifier le code]

En 1988, le succès de la formation toulousaine est toujours important. Cette année marque la sortie d'un nouvel album studio (leur troisième) intitulé Bleu, toujours peaufiné avec soin, dont est tiré le single Rio de Janvier qui entre au Top 50 (no 18 et 13 semaines de classement), avec un deuxième 45 tours Au-delà du rideau (no 46) paru quelques mois auparavant. Une tournée s'ensuit.

En 1989, le groupe sort un cinquième album, un Live intitulé Le Palais des Sports (no 25 au Top albums) ainsi qu'un nouveau single Diamant dort (no 34 au Top 50, 10 semaines de classement) toujours extrait (le dernier) de l'album Bleu ; cependant le succès d'Émile et de ses acolytes commence à s'essouffler, même s'ils restent encore très populaires.

En 1990, Gold sort son premier best of intitulé La compil' en or. C'est son sixième album et il reprend tous ses précédents singles, agrémentés de chansons choisies dans son répertoire, accompagnés d'un nouveau titre : Iles d'Aran. Cette compilation atteint la 8e place au Top albums et est certifié disque d'or avec plus de 100 000 exemplaires écoulés.

Mais c'est aussi pendant cette période que la formation toulousaine connaît un tournant, car Émile Wandelmer s'en va suite à un désaccord profond, le groupe voulant s'orienter vers une musique plus rock. Malgré ce départ, les quatre membres restants partent en tournée à l'île de la Réunion et à l'île Maurice.

Les années 1990 représentent cependant pour Gold une longue traversée du désert. Le groupe tente de trouver un nouveau souffle. Après le départ d'Émile Wandelmer, une nouvelle formation est créée. Elle tente de modifier son style et de sortir de nouveaux albums qui n'obtiennent pas le succès attendu.

Le désert des années 1990[modifier | modifier le code]

En 1991 et 1992, le groupe prend congé pour faire le point. De 1992 à 1996, il assure plusieurs concerts en France.

Après avoir passé les dernières années à se consacrer à la scène, le groupe, avec l'arrivée de Joël « Joss » Moulin à la guitare et au chant, retrouve le chemin des studios, notamment AMG Audio à Albi. C'est désormais toute la formation qui est mise en avant et non plus un chanteur. Ils préparent l'album Éclats de voix sous le label WMD.

En 1995, une nouvelle compilation est éditée Gold - Les plus grands succès, elle regroupe les titres mythiques des années 1980 du groupe. Mais surtout elle réalise l'exploit d'être certifiée disque d'or avec plus de 100 000 exemplaires vendus (et une 8e place au Top albums, comme leur précédente compilation), montrant que Gold et ses chansons sont toujours ancrés dans la mémoire collective. Ce disque est réédité en 2002, atteignant encore la 21e place au Top.

En 1997, le groupe enregistre au studio AMG pour la préparation d'un nouvel album qui sera achevé chez Polygone, à Toulouse. Le groupe parcourt la France pour de nombreux concerts. L'album Gold 99 sort fin 1999, les textes sont signés Jean-Paul Joguin. Les progrès vocaux avec l'arrivée de Joël Moulin sont significatifs. Le groupe en extrait le single Hello, chanson écrite en hommage aux Beatles. L'album est un échec. Il n’est pas médiatisé excepté lors du passage du groupe dans l'émission Vivement Dimanche.

En 1999, le chanteur Émile Wandelmer se rapproche de Images et fonde le groupe Émile et Images, qui va renouer avec le succès en sortant un album de reprises de chansons composées par Emile, des plus grands succès respectifs des deux groupes, qui seront entièrement ré-instrumentalisés (album qui se vendra à plus d'un million d'exemplaires).

Depuis 2007, Émile et Images sont l'une des vedettes de la tournée RFM Party 80, un spectacle musical qui rassemble des chanteurs des années 1980 ayant été en tête du Top 50.

Ils fêtent leurs dix ans de carrière à l'Olympia de Paris les 21 et 22 mars 2009.

Les années 2000 : nouveau départ[modifier | modifier le code]

Après le départ de Joël Moulin en 2000, Gold continue à tourner à quatre musiciens. Un changement important survient en 2004 : nouveaux membres, nouvelle maison de production. Le nouveau groupe Gold est créé. Il est constitué d'un nouveau Jean-Guy Pichoustre (Guitare / Chant), et des anciens, Lucien Crémadès (Guitare / Chant), Bernard Mazauric (claviers / Chant), Étienne Salvador (Batterie), Alain Llorca (Basse / Chant)

Au terme d'une tournée dans le sud de la France et juste après la sortie de l'album Gold Live 2004, Alain Llorca quitte Gold.

Il est remplacé par Pascal Puybonnieux. Le groupe Gold s'est également agrandi avec la venue de deux choristes : Yn'grid et Marilyne.

Jean-Guy Pichoustre (Guitare / chant) et Pascal Puybonnieux (Basse) quittent le groupe en septembre 2006. Début 2007, l'arrivée de ARTCO-LIVE avec Nohann Lefebvre et Christophe Laborie au management induisent de nouvelles orientations aux trois membres fondateurs en intégrant David Bouad (le fils d'Eric Bouad, compositeur du premier 45 tours de Goldfingers, Souviens-toi, et guitariste de Johnny Hallyday et des Musclés). Parmi les projets de Gold, un album happening avec des invités prestigieux et une tournée qui se clôturera avec la sortie du film documentaire sur la vie du groupe et un double album Live/Studio, d'un film documentaire musical et intimiste, qui accompagnera le groupe jusqu'à l'enregistrement de son prochain album.

Le groupe est toujours rodé à la scène, mais c'est en 2009 que lors d'un de leurs concerts, Lucien Cremadès interprète un pot-pourri à la façon de Rockollection de Laurent Voulzy, qui s'intitule Hard Rock Collection, composée d'extraits de chansons hard rock.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Singles et classement dans le Top 50 français[modifier | modifier le code]

  • Tropicana (1982)
  • Plus près des étoiles (1984), no 2
  • A little closer to Freedom (1984)
  • Capitaine abandonné (1985), n°1
  • Sail Away (1985)
  • Ville de lumière (1986), no 2
  • Laissez-nous chanter (1987), no 6
  • Calicoba (1987), no 8
  • Au-delà du rideau (1988), no 46
  • Rio de Janvier (1988), no 18
  • Diamant dort (1989), no 34
  • Îles d'Aran (1989)
  • Jersey (1994)
  • L'Homme perdu (1994)
  • Soleil enfin (1994)
  • Hello (1999)
  • Le Long Chemin (1999)

Influences musicales[modifier | modifier le code]

À l'aube des années 1980 en Angleterre, la synth pop envahit les ondes. Il s'agit de musique créée par des synthétiseurs et boîtes à rythmes, générant un son assez froid et des mélodies peu enjouées, mais suggérant alors un son nouveau. En France, les hits radio étaient alors composés de chansons de variétés françaises incarnées par Michel Berger, Daniel Balavoine, Francis Cabrel, Jean-Jacques Goldman… Cependant, à l'exception du groupe Indochine, la new wave était alors quasi-absente de la scène française.

Lorsque Gold se fait connaitre nationalement par leur premier single "Plus près des étoiles", le public peut voir un chanteur peu souriant, posté devant son micro, jouant mécaniquement de sa guitare pendant que les autres membres figés eux aussi, battent simplement la mesure. La chanson s'adresse posément sur le malheur des naviguants des Boat People. Ce contraste va susciter l'intêret du public pour ce groupe au texte sensible mais dégageant une expression sérieuse à outrance, à l'image de ces groupes anglais à la prestation scénique statique.

Les chansons, quant à elles, reposent essentiellement sur une rythmique 4/8. L'instrumentation est généralement basée sur les synthétiseurs de Bernard Mazauric, le claviériste du groupe. Par sa formation classique, il encadre les guitares d'Emile Wandelmer et de Lucien Cremades et distille un son riche dans une ambiance fataliste, rappelant Goldman, Balavoine ou Berger. La batterie est omniprésente et dispose d'un son électronique de 1985 à 1988 (Module Percuter de chez Dynacord).

La voix et les chœurs sont particulièrement soignés : la voix d'Emile Wandelmer, aigüe, ne manque pas de force et d'harmonie, portée au refrain par les voix toutes aussi haut-perchées d'Alain Llorca et Lucien Cremades. Les mélodies sont travaillées et facilement reconnaissables et qui feront immédiatement des hits radios, agrémentés de textes efficaces aux sujets souvent graves, de la plume de Jacques Cardona. Les chansons ayant toutes leurs « symboles » (un navire en perdition pour Capitaine abandonné, une ville sous fond de flammes pour « Ville de lumière », un poisson pour « Calicoba », etc), le groupe raconte des histoires, fait rêver le public, bat la mesure d'un léger balancement de gauche à droite et chante de voix haut-perchées des paroles simples qui restent dans les mémoires.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Le Palais des Sports de Gold (1989)
  • Les Clips en Or (1990)

Récompenses[modifier | modifier le code]

En novembre 1986, le groupe est élu « meilleure révélation de la variété » par l'ensemble de la profession aux Victoires de la musique.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]