Godefroy d'Aerschot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aerschot (homonymie).
Godefroy d'Aerschot
Sceau de Godefroy de Brabant
Sceau de Godefroy de Brabant
Biographie
Date de décès 11 juillet 1302
Lieu de décès près de Courtrai
Père Henri III de Brabant
Mère Adélaïde de Bourgogne
Conjoint Jeanne Isabeau de Vierzon

Godefroy de Brabant, tué à Courtrai le 11 juillet 1302, fut seigneur d'Aerschot de 1284 à 1302 et de Vierzon de 1277 à 1302. Il était fils d'Henri III, duc de Brabant, et d'Adélaïde de Bourgogne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il se montra aussi habile guerrier et politique que son frère Jean Ier, duc de Brabant. Il le seconda dans la plupart de ses entreprises. Le 29 octobre 1284, son père lui accorda en apanage la seigneurie d'Aerschot. Godefroy se distingua aux côtés de son frère à la bataille de Worringen en 1288, et ce fut lui qui captura Renaud Ier de Gueldre.

En 1292, il intervint dans les querelles entre le roi de France et les comtes de Flandre et de Hainaut, réussissant à leur faire conclure une paix. À la mort de son frère, des troubles menaçaient d'éclater dans la Brabant, et Godefroy soutint son neveu Jean II contre les insurgés. Il seconda son neveu, et conclut des paix avec les voisins du Brabant.

En 1302, la Flandre se révolta contre Philippe IV le Bel, et Godefroy et son fils rejoignirent l'armée française pour combattre les Flamands. La bataille de Courtrai fut une victoire flamande, et père et fils furent tués pendant les combats. Ses biens furent partagés entre ses quatre filles.

Mariages et enfants[modifier | modifier le code]

Il avait épousé en 1277, Jeanne Isabeau († av.1296), dame de Vierzon, fille d'Hervé III, seigneur de Vierzon, et de Jeanne de Brenne, et avait eu :

Ascendance[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Alphonse Wauters,  « Godefroid de Brabant », Académie royale de Belgique, Biographie nationale, vol. 7, Bruxelles,‎ 1883 [détail des éditions], p. 865-875