Godefroi de Conversano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Godefroi de Conversano (en italien : Goffredo di Conversano ; † septembre 1100) est un baron italo-normand du duché d'Apulie, seigneur de Montepeloso (c. 1067), de Nardò, de Brindisi et de Monopoli (1070), de Matera (1080), et comte de Conversano de 1072 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon les chroniqueurs Geoffroi Malaterra[1] et Ordéric Vital[2], Godefroi de Conversano est par sa mère le neveu de Robert Guiscard, 1er duc normand d'Apulie, de Calabre et de Sicile.

Selon Malaterra, Godefroi conquiert sur les Byzantins la majeure partie de ses terres sur la côte adriatique avec sa propre énergie (sua strenuitate) et sans l'aide de son oncle Guiscard. Ainsi, lorsqu'en 1067, ce dernier lui demande de rendre hommage pour le château de Montepeloso, Godefroi refuse.

À la fin des années 1070, il se joint avec son frère Robert de Montescaglioso à la grande révolte baronniale dirigée par leurs cousins Abagelard et Herman, contre Robert Guiscard[3]. Participent également à la rébellion le puissant baron Heinricus, comte de Monte Sant'Angelo et Gradlon, beau-frère d'Abagelard et Herman. La révolte est durement réprimée par Guiscard au début des années 1080 mais Godefroi finit néanmoins par se réconcilier avec son oncle en 1083.

En 1084/1085, il participe à la dernière campagne militaire de Robert Guiscard, menée dans les Balkans contre l'Empire byzantin.

Il est présent à Melfi en 1089 au synode présidé par le pape Urbain II.

Il meurt en 1100[4], peut-être à Brindisi, de mort naturelle.


Godefroi de Conversano est le beau-père du duc de Normandie Robert Courteheuse, époux de sa fille Sybilla.

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

À une date inconnue il épouse Sykelgaita, une noble d'origine normanno-lombarde, fille du Normand Rodulf, comte du Molise (fils de Guimond de Moulins) et d'une princesse lombarde d'Italie méridionale. Ils ont cinq enfants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gaufridum de Conversano neptem suis [Roberti ducis]…filius…sororis suæ, Malaterra, II.39, p. 48.
  2. Ordericus Vitalis, Vol. IV, Book VII, p. 33.
  3. En 1057, sur son lit de mort, Onfroi, 3e comte normand d'Apulie, confie ses enfants encore mineurs à son frère cadet Robert Guiscard. Ce dernier, succédant naturellement à son frère étant donné la minorité de ses neveux, compte bien garder leurs possessions rien qu'à lui pour toujours, ce qu'il fait.
  4. 1101 selon le chroniqueur Lupus Protospatharius.
  5. Ordericus Vitalis, Vol. VI, Book XI, p. 35.

Liens externes[modifier | modifier le code]