Godbout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Godbout (homonymie).
Godbout
Image illustrative de l'article Godbout
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Côte-Nord
Comté ou équivalent Manicouagan
Statut municipal Village
Maire
Mandat
Nicole Champagne
2013 - 2017
Constitution 1er janvier 1955
Démographie
Gentilé Godboutois, Godboutoise
Population 300 hab. (2014)
Densité 1,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 19′ 00″ N 67° 36′ 00″ O / 49.316672, -67.600005 ()49° 19′ 00″ Nord 67° 36′ 00″ Ouest / 49.316672, -67.600005 ()  
Superficie 20 434 ha = 204,34 km2
Divers
Fuseau horaire -5
Indicatif 418/581
Code géographique 24 96010
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Godbout

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Godbout

Godbout est une municipalité de village du Québec située dans la municipalité régionale de comté de Manicouagan et dans la région administrative de la Côte-Nord. Un traversier, le Camille-Marcoux, effectue la liaison avec Matane — sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent—, plusieurs fois par jour.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle aurait été nommée en l'honneur de Nicolas Godeboust (1634-1674), qui fut navigateur, pilote puis défricheur. Il retourna sur l'île d'Orléans en 1670. Cette même année, le missionnaire Jésuite, Charles Albanel mentionna la rivière Godebout, où il rencontra des Amérindiens de Sept-Îles, les Oumamioueks. Jean-Baptiste-Louis Franquelin mentionne aussi la rivière "Godebou" sur sa carte en 1684[1],[2].

En 1684, un poste de traite fut établi sur la rivière, et les indigènes se regroupèrent autour du poste. Après 1720, le poste prit de l'importance pour la chasse aux phoques. Les phoques étaient chassés pour leur viande et pour l'huile qu'on mettait dans des barils et vendaient[2].

Vers 1850, la région de Godbout, de Pointe-des-Monts jusqu'à Pointe-à-la-Croix avait vingt-cinq familles Innus comme chasseurs. Mais après 1860, la population canadienne se mit à croître. Au début, c'étaient des employés du poste de traite de la Compagnie Baie d'Hudson. Il y avait un certain Théodule Savard, et ensuite le fils d'un autre employé, Napoléon-Alexandre Comeau, qui déménagea au village au début de sa vingtaine. Comeau administra la pêche au saumon et protégea la pêche des voleurs. Les Innus perdirent accès à la rivière et à la pêche. Par conséquence, les Amérindiens partirent pour d'autres endroits, surtout la réserve Betsiamites[2].

En 1877, le bureau de poste de Godbout ouvrit ses portes. Godbout ce développa rapidement lorsqu'une compagnie de pâtes et papiers, la Saint-Régis, commença la coupe du bois à l'intérieur des forêts. Ceci donna lieu à un quai, un barrage, et plusieurs chemins. Ensuite la construction d'un hôtel, de magasins, de maisons, une boulangerie, et une clinique médicale s'ensuivit. En 1926, la paroisse locale fut établie. En 1933, ont tenta de former une municipalité, mais cela fut accompli seulement en 1955[1],[2].

En 1971, le moulin Saint-Régis ferma, causant des pertes d'emplois et des problèmes économiques pour Godbout. Les jeunes partirent pour ailleurs. Cela occasionna le vieillissement de la population. Mais la tendance a maintenant changé à cause de l'effet touristique[2].

Traversier arrivant à Godbout

Démographies[modifier | modifier le code]

Tendance de la population[3]:

  • Population en 2006: 361 (2001 à 2006 changement de population: 10.4 %)
  • Population en 2001: 327
  • Population en 1996: 390
  • Population en 1991: 391

Nombre de maisons privées: 172 (population totale: 376)

langue maternelle:

  • Anglais: 0 %
  • Français: 91.7 %
  • Anglais et Français: 0 %
  • Autre langue (Innu): 8.3 %

Économie[modifier | modifier le code]

Le traversier Matane—Godbout, est le principal employeur dans le village. Grâce à lui, il se créa des emplois dans la restauration et dans l’hôtellerie[4]. Les pêcheurs viennent aussi pour la pêche aux saumons[4].











Vue panoramique de Godbout et du port

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Godbout (Municipalité de village) », Commission de toponymie du Québec (consulté le 2010-07-09)
  2. a, b, c, d et e « Historique Village de Godbout » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Municipalité de Godbout. Consulté le 2010-07-09
  3. Statistiques Canada: 1996, 2001, 2006 recensement
  4. a et b « Historique Village de Godbout 3 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Municipalité de Godbout. Consulté le 2010-07-10



Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rivière-aux-Outardes Rose des vents
Franquelin N Baie-Trinité
O    Godbout    E
S
Golfe du Saint-Laurent

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]