Gnomique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Sur les autres projets Wikimedia :

Le terme gnomique peut avoir plusieurs sens.

Linguistique[modifier | modifier le code]

En linguistique, on qualifie de gnomisme la figure de style reposant sur une forme verbale employée pour marquer un fait général d'expérience, comme dans les aphorismes, sentences, les maximes, les énoncés à valeur générale[1]: ainsi en français, le présent gnomique : « La Terre tourne autour du soleil ».

En tibétain[2], le verbe être se traduit dans ce cas par yorè (par opposition à et dou) :

  • p'eula/ya mangpo yorè « il y a beaucoup de yacks au Tibet »

Fiction[modifier | modifier le code]

Dans la série de romans Artemis Fowl d'Eoin Colfer, le gnomique est la langue des fées. Elle est décodée dès le premier tome par le héros, et l'écrivain va même utiliser ce langage, à présent traduit, pour cacher des messages au bas des pages des romans 1, 3, 4, 5, 6 et 7 de la série ainsi que dans Le Dossier Artemis Fowl.

L'écrivain J. R. R. Tolkien a également conçu une langue appelée gnomique durant les années 1910. Au fil de l'évolution de ses récits de la Terre du Milieu, elle subit d'importants changements et finit par devenir le sindarin[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Dubois & al., Dictionnaire de linguistique, Larousse, 1991 (ISBN 2-03-340308-4)
  2. Sylvie Grand-Clément, Le tibétain sur le bout de la langue, 1989 (ISBN 2-950394051)
  3. J. R. R. Tolkien et Christopher Tolkien (trad. Adam Tolkien), Le Livre des contes perdus [« The Book of Lost Tales »] [détail des éditions], La Musique des Ainur, note p. 75