Glyn Johns

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Johns.

Glyn Johns (né le 15 février 1942 à Epsom, en Angleterre) est un ingénieur du son et producteur de musique britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il travaille au coursde sa carrière avec des artistes tels que The Beatles, Steve Miller Band, Led Zeppelin, The Rolling Stones, The Who, Family, Eagles, Eric Clapton, The Clash, Midnight Oil, Blue Öyster Cult, Linda Ronstadt, Emmylou Harris, New Model Army, Belly et beaucoup d'autres, dont les français de Téléphone sur Un autre monde[1].

Après une triste carrière comme chanteur dans les années 1960 dans le groupe The presidents, Johns commence à travailler en tant qu'ingénieur son aux studios d'enregistrement IBC à Londres.

En 1969, Glyn Johns est appelé par les Beatles pour mixer un album qui devait s'appeler Get Back. Glyn Johns compile alors plusieurs versions des chansons de ce futur disque, enregistré live en studio et sur le toit de l'immeuble de leur compagnie Apple en janvier 1969, qui sont toutes rejetées par le groupe. Un an plus tard, Allen Klein, le nouveau manager des Beatles (déjà virtuellement séparés), suivi par John Lennon et George Harrison, mais pas par Paul McCartney mis ensuite devant le fait accompli, décide de confier les bandes au producteur américain Phil Spector. C'est la version et les arrangements de Spector qui ont été conservés pour l'album, renommé Let It Be. Le commentaire de Glyn Johns à propos de ce travail sera : « Spector puked all over Let It Be/Spector a vomi partout sur Let It Be ». La publication de Let It Be... Naked en 2003 lui donnera quelque part raison.

Les travaux suivants de Johns sur les trois premiers albums du groupe The Eagles, se révèlent être fondamentaux à l'établissement du style du groupe.

Glyn Johns est le père d'Ethan Johns, producteur tout aussi accompli, qui a également travaillé avec Paul McCartney (sur l'album New) et des artistes tels que Ryan Adams et Kings of Leon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eric Mettout, « Dernier coup de fil », L'Express, Groupe Express-Roularta, no 3293,‎ 13 août 2014, p. 96 à 99 (ISSN 0014-5270)