Glis glis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Myoxus glis • Loir gris, Loir commun, Loir vulgaire

Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'espèce Glis glis. Pour les autres espèces de loirs, voir Loir (animal).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loir.

Le Loir gris (Glis glis) est un petit mammifère rongeur de la famille des Gliridae. C'est la seule espèce actuelle du genre Glis. Ce loir vit en Europe et hiberne en hiver.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un petit animal de 15 à 20 cm pour un poids de 100 à 250 g, qui vit essentiellement la nuit. Il passe l'hiver en hibernation pendant sept mois environ (d'octobre à avril). Sa longévité moyenne est de 9 à 10 ans. Il est sensiblement de même taille que le lérot et possède une queue touffue de couleur grise comme l'ensemble du corps.


Taille :14 à 20 cm + 11 à 19 cm de queue.

Poids : de 80 à 250 g.

Robe : dos et flancs gris chinchilla uniforme, parfois teinté de roux sur les flancs, ou de noir sur une raie dorsale. Mince cercle noir autour de l'œil. Joues et ventre blancs.

Formule dentaire : Inc.1/1, Can.0/0, Prémol.1/1, Mol. 3/3.

Particularités  : longue queue touffue, munie de poils gris d'égale longueur jusqu'à son extrémité. Molaires carrées, à surface relativement plane mais striées. Aucune « fenêtre » à la mandibule.

Signes de présence[modifier | modifier le code]

Nid : construction ovoïde d'une bonne quinzaine de centimètres de diamètre faite de brindilles, mousses, feuilles, herbes sèches avec ouverture latérale. L'intérieur est tapissé de matériel doux: laine, poils, plumes, herbes. Le nid est souvent construit dans un creux d'arbre, une fissure de rocher, un vieux mur, un vieux nid de pie ou d'écureuil ou encore peut se trouver librement dans les branches, à moyenne hauteur. Un même nid peut abriter plusieurs individus. Les nichoirs à petits passereaux ne lui conviennent pas: le diamètre du trou de vol est insuffisant. Les nids d'hibernation sont établis dans le sol, à des profondeurs allant de 15 à 60 cm.

Empreintes : semblables à celles de l'écureuil, mais de plus petite taille.

Reproduction[modifier | modifier le code]

un loir dans un mirabellier

Époque : mises bas de juin à septembre.

Gestation : 30 à 32 jours.

Nombre de jeunes : 1 à 11 par portée, le plus souvent 4 à 6 ; une portée annuelle.

Maturité sexuelle : au plus tôt vers 9 à 10 mois, c'est-à-dire au printemps qui suit l'année de leur naissance.

Espérance de vie : jusqu'à 9 ans.

Hibernation : octobre à mars-avril

Statut de protection[modifier | modifier le code]

Europe : annexe III de la Convention de Berne : espèce protégée, pouvant faire l'objet de prélèvements si la densité de ses populations le permet.

Région wallonne : espèce protégée depuis mars 1983 .

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Le loir se trouve en Europe depuis la chaîne des Cantabriques jusqu'à la région de Kazan (Tatarie) et dans le Caucase. Il est présent dans le nord de la Turquie, en Corse, Sardaigne et Sicile mais est absent de la bordure atlantique de la France ainsi que des grandes plaines d'Allemagne du nord. On ne le trouve pas en Scandinavie et, dans les îles britanniques, seule une petite population introduite subsiste dans le sud-est de l'Angleterre. En altitude, il ne dépasse guère 1500 m dans les Alpes et 2000 m dans les Pyrénées. Il est aussi présent en Asie centrale jusqu'au Pakistan.

En Belgique, le loir ne se trouve régulièrement qu'en Gaume. Des observations fortuites ont été réalisées bien au nord de cette zone, notamment dans le Limbourg hollandais, mais il s'agissait d'animaux transportés, probablement au sein de balles de paille importées de France. Un loir capturé au siècle dernier (1888) «aux environs de Dinant» figure dans les collections de l'Institut royal des sciences naturelles.

En France, il est présent partout sauf dans le nord-ouest du Nord-Picardie à la Bretagne et en Aquitaine. Il n'atteint la côte atlantique qu'en Charente maritime et dans le Pays basque.

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Loirs mangeant une pêche

Le loir commun est omnivore[1].

Ses aliments préférés sont les graines et les fruits secs. D'autres fruits figurent au menu lorsque l'occasion se présente: pommes, prunes, mûres, mirabelles, myrtilles, figues, poires. Il aime aussi les bourgeons et les fleurs, mange également des champignons et écorce volontiers les jeunes pousses. Il ne dédaigne pas les insectes, les crustacés (cloportes) ou certains mollusques et se repaît occasionnellement de petits vertébrés, notamment des jeunes oiseaux qu'il trouve au nid. En automne, les loirs engraissent énormément et stockent un peu de nourriture, constituant ainsi de bonnes réserves énergétiques pour affronter la longue période d'hibernation.

Habitat[modifier | modifier le code]

Loir entré dans une maison

Le loir est un animal jamais abondant et, dans de grandes parties de son aire de répartition, il est extrêmement rare. Il vit principalement dans les forêts caducifoliées, spécialement les hêtraies et les chênaies mais habite aussi les parcs, les vergers, les formations buissonnantes et les lisières. Il adopte volontiers le couvert de cabanes forestières et peut rentrer dans les maisons.

Territoire-comportement[modifier | modifier le code]

Le loir est essentiellement nocturne, il s'éveille après la tombée de la nuit pour partir en quête de nourriture. Il se déplace rarement sur le sol, les coussinets de ses pattes sécrétant une substance collante qui lui permet de se déplacer sur des surfaces verticales sans aucune difficulté. Ses moustaches, les vibrisses, l'aident dans ses déplacements nocturnes en lui permettant de détecter d'éventuels obstacles. Il vit en couple ou en petits groupes familiaux sédentaires sur un territoire d'environ 3 à 4 hectares, ce qui, pour un rongeur, est assez considérable. Les populations comprennent environ la moitié d'animaux de moins d'un an, 30 % d'individus ayant de 1 à 2 ans, 15 % de 2 à 3 ans et 5 % au-delà. Le loir peut vivre jusqu'à une dizaine d'année.

La longue période d'hibernation du loir, généralement d'octobre à avril, est à l'origine de l'expression populaire : « dormir comme un loir ». En Allemagne, il est appelé Siebenschläfer, ce qui signifie celui qui dort sept mois.

Prédateurs et parasites[modifier | modifier le code]

Comme pour les autres gliridés, les principaux prédateurs du loir sont les rapaces nocturnes, notamment hibou grand-duc (Bubo bubo) et chouette hulotte (Strix aluco). Parmi les carnivores, c'est surtout la martre (Martes martes), le chat sauvage (Felis sylvestris) et, dans une moindre mesure, la fouine (Martes foina) qui comptent le loir au nombre de leurs proies. À l'instar de celle du lérot (Eliomys quercinus) et du muscardin (Muscardinus avellanarius), la peau qui entoure la queue du loir est susceptible de se déchirer lorsque l'animal est saisi par là. Le prédateur se retrouve alors avec un fourreau garni de poils et la proie qu'il convoitait a eu le temps de s'échapper. Les vertèbres caudales mises à nu finissent par se dessécher et par tomber. Il n'est pas rare de trouver, dans la nature, des animaux mutilés de la sorte qui semblent mener une vie parfaitement normale.

Sur le plan parasitologique, le loir est beaucoup moins bien connu que ses deux cousins. On lui connaît les mêmes parasites : il s'agit principalement de la puce de l'écureuil (Monopsyllus sciurorum), mais aussi d'un pou (Schizophthirus pleurophaeus) et d'une puce (Myoxopsylla laverani) spécifiques des gliridés.

Dénomination et taxonomie[modifier | modifier le code]

Le terme de loir dérive vraisemblablement du latin classique glīs via la langue vulgaire glĭris, bien que la perte du G ne s'explique pas bien[2]. Glis et Myoxus sont aujourd'hui des genres monotypiques qui sont utilisés pour désigner le genre de ce taxon, c'est-à-dire que Glis glis ou Myoxus glis sont utilisés selon les auteurs. Le genre Glis a été proposé par Eberhard August Wilhelm von Zimmermann en 1780. Muirhead en 1819 propose une classification où le type en est cette espèce. Dans cette classification la famille est appelée Gliridae et le genre dans lequel est classé l'espèce s'appelle Myoxidus. John Edward Gray a proposé le nom de Myoxidae pour la famille et la réorganise, mais plus tard le terme de Gliridae sera de nouveau préféré. Le genre Myoxus a ensuite été subdivisé en quatre sous-genres par Wagner en 1840 avant que ceux-ci ne soient reconnus comme genre à part entière, ce sont les genres Graphiurus , Eliomys , Glis ou Myoxus qui inclut l'espèce et Muscardinus[3]. Le genre Myoxus a donc inclus d'autres espèces que celle-ci.

En français, il a pour noms vulgaires Loir gris[4],[5],[6], Loir commun[4] ou encore Loir vulgaire[4] ou Loir ordinaire[4] et comme nom vernaculaire loir tout court[4],[5]

Rapports entre le Loir gris et l'Homme[modifier | modifier le code]

Protection et conservation[modifier | modifier le code]

Il s'avère indispensable de faire figurer le loir sur la liste rouge des espèces telle que prévue par l'art. 41 de la loi sur la conservation de la Nature modifié par décret du 7 septembre 1989.

La mise en œuvre des zones de protection spéciale des cuestas sinémurienne et bajocienne devrait permettre d'assurer une gestion adéquate du couvert forestier feuillu en fonction de critères écologiques. L'habitat du loir se verrait ainsi mieux préservé.

En Belgique, le loir reste une espèce assez mal connue. Il serait utile d'entamer dans ce pays un programme d'inventaire et de surveillance. Ainsi, tout agent des forêts qui réaliserait une observation de loir est invité à en faire état, avec le plus de détails possible et en localisant très précisément sa découverte, au Service Conservation de la Nature de la Région. Les agents les plus concernés sont ceux des cantonnements d'Arlon, Virton et Florenville.

Loir gris dans la culture[modifier | modifier le code]

Vrag polhe pase-Valvasor.jpg

En plus d'être un animal important du folklore slovène, le Loir gris est traditionnellement chassé en Slovénie pour sa viande et sa fourrure[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Référence Animal Diversity Web : Glis glis (en)
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques de « loir » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales .
  3. Référence Animal Diversity Web : Gliridae (en)
  4. a, b, c, d et e (en) Murray Wrobel, 2007. Elsevier's dictionary of mammals: in Latin, English, German, French and Italian. Elsevier, 2007. ISBN 0-444-51877-0, 9780444518774. 857 pages. Rechercher dans le document numérisé
  5. a et b Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  6. (en) Derwent, Thesaurus of agricultural organisms: pests, weeds and diseases, Volume 1. Derwent Publications, Ltd. Éditions CRC Press, 1990. 1529 pages. ISBN 0-412-37290-8, 9780412372902. Rechercher dans le document numérisé
  7. (en+hr) Magda Peršič, « Dormouse hunting as part of Slovene national identity », Natura Croatica, Zagreb, vol. 7, no 3,‎ 30 septembre 1998, p. 199-211 (ISSN 1330-0520, lire en ligne [PDF]).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Holisova, V. (1968). - Notes on the food of donnice. Zool. Listy, 17 : 109-114.
  • Libois, R. (1977). - Note sur la répartition des Gliridae en Belgique. Naturalistes belges, 58: 260-265.
  • Libois, R.M. (1983).- Animaux menacés en Wallonie. Protégeons nos mammifères. Duculot - Région wallonne, Gembloux, 176 p.
  • Von Vietinghoff-Riesch, A. (1960).- Der Siebenschlafer (Glis glis). Fischer Verlag, jena, 196 p.
  • Le Loir - Escapade nocturne, de Robert Luquès, Éditions Montparnasse, coll. « Nos voisins sauvages » (no 13), DVD [présentation en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sous le taxon Glis glis[modifier | modifier le code]

Sous le synonyme Myoxus glis[modifier | modifier le code]