Gliese 876 c

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coordonnées : Sky map 22h 53m 16.73s, −14° 15′ 49.3″

<th colspan="2" style="text-align:center;background-color:#G. Marcyet al.[2]vitesses radiales4 avril 2001;color:#cedaf2"> Découverte

Gliese 876 c
(en) Système planétaire de Gliese 876
(en) Système planétaire de Gliese 876
Étoile
Nom Gliese 876
Constellation Verseau
Ascension droite 22h 53m 16,73s
Déclinaison −14° 15′ 49,3″
Type spectral M4V
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe (a) 0,129590 ± 0,000024  UA  [1]
Excentricité (e) 0,25591 ± 0,00093  [1]
Période (P) 30,0881 ± 0,0082  d  [1]
Inclinaison (i) ~ 59°  [1]
Argument du périastre (ω) 48,76 ± 0,70°  [1]
Époque (τ) 2 450 602,093 JJ
Caractéristiques physiques
Masse 0,7142 ± 0,0039  MJ  [1]
Découvreurs G. Marcy et al.[2]
Méthode vitesses radiales
Date 4 avril 2001
Statut

Gliese 876 c est une exoplanète en orbite autour de Gliese 876, une naine rouge située à environ 15,3 années-lumière (4,69 pc) du Soleil, dans la constellation du Verseau. Un système planétaire à quatre corps a été détecté autour de cette étoile par la méthode des vitesses radiales :

Planète Masse
(MJ)
Demi-grand axe
(UA)
Période orbitale
(d)
 Excentricité 
Gliese 876 d  0,021 ± 0,001   0,02080665 ± 1,5×10-7   1,93778 ± 2×10-5 0,207 ± 0,055
Gliese 876 c  0,7142 ± 0,0039   0,12959 ± 2,4×10-5   30,0881 ± 0,0082 0,25591 ± 3×10-5
Gliese 876 b  2,2756 ± 0,0045   0,208317 ± 2×105   61,1166 ± 0,0086 0,0324 ± 0,0013
Gliese 876 e  0,046 ± 0,005   0,3343 ± 0,0013   124,26 ± 0,7 0,055 ± 0,012
Système planétaire de Gliese 876[3],[1].

Gliese 876 c boucle en 30 jours une orbite assez excentrique dont le demi-grand axe vaut environ 0,13 UA. Elle présente une résonance orbitale 4:2:1 dite « de Laplace » avec Gliese 876 b et Gliese 876 e, à l'instar des satellites Io, Europe et Ganymède de Jupiter. Comme Gliese 876 b, elle orbiterait aux confins intérieurs de la zone habitable de son étoile parente[4] ; ceci pourrait théoriquement permettre à d'éventuels satellites naturels de présenter en surface des conditions habitables, cependant la proximité de l'étoile et la résonance de Laplace avec les planètes voisines ne permettraient pas à des satellites suffisamment massifs de demeurer sur des orbites stables autour de cette planète sur de très longues périodes de temps[5], et il n'est d'ailleurs pas certain que des satellites suffisamment massifs puissent même se former autour de telles planètes[6].

La résonance orbitale avec les planètes voisines a permis d'évaluer la masse de Gliese 876 c aux environs de 0,714 MJ. Il s'agirait par conséquent d'une géante gazeuse, correspondant peut-être à la classe III de la classification de Sudarsky[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) Eugenio J. Rivera, Gregory Laughlin, R. Paul Butler, Steven S. Vogt, Nader Haghighipour et Stefano Meschiari, « THE LICK-CARNEGIE EXOPLANET SURVEY: A URANUS-MASS FOURTH PLANET FOR GJ 876 IN AN EXTRASOLAR LAPLACE CONFIGURATION », The Astrophysical Journal, vol. 719, no 1,‎ 10 août 2010, p. 890-899 (lire en ligne) DOI:10.1088/0004-637X/719/1/890
  2. (en) Geoffrey W. Marcy, R. Paul Butler, Debra Fischer, Steven S. Vogt, Jack J. Lissauer et Eugenio J. Rivera, « A Pair of Resonant Planets Orbiting GJ 876 », The Astrophysical Journal, vol. 556, no 1,‎ 20 juillet 2001, p. 296-301 (lire en ligne) DOI:10.1086/321552
  3. (en) Exoplanet.eu « Star: Gliese 876 ».
  4. (en) Barrie W. Jones, David R. Underwood1 et P. Nick Sleep, « Prospects for Habitable "Earths" in Known Exoplanetary Systems », The Astrophysical Journal, vol. 622, no 2,‎ 1er avril 2005, p. 1091-1101 (lire en ligne) DOI:10.1086/428108
  5. (en) Jason W. Barnes et D. P. O'Brien, « Stability of Satellites around Close-in Extrasolar Giant Planets », The Astrophysical Journal, vol. 575, no 2,‎ 20 août 2002, p. 1087-1093 (lire en ligne) DOI:10.1086/341477
  6. (en) Robin M. Canup et William R. Ward, « A common mass scaling for satellite systems of gaseous planets », Nature, vol. 441,‎ 15 juin 2006, p. 834-839 (lire en ligne) DOI:10.1038/nature04860
  7. (en) David Sudarsky, Adam Burrows et Ivan Hubeny, « Theoretical Spectra and Atmospheres of Extrasolar Giant Planets », The Astrophysical Journal, vol. 588, no 2,‎ 10 mai 2003, p. 1121-1148 (lire en ligne) DOI:10.1086/374331

Lien externe[modifier | modifier le code]