Gliese 876 b

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coordonnées : Sky map 22h 53m 16.73s, −14° 15′ 49.3″

Gliese 876 b
(en) Système planétaire de Gliese 876
(en) Système planétaire de Gliese 876
Étoile
Nom Gliese 876
Constellation Verseau
Ascension droite 22h 53m 16,73s
Déclinaison −14° 15′ 49,3″
Type spectral M4V
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe (a) 0,208317 ± 0,000020  UA  [1]
Excentricité (e) 0,0324 ± 0,0013  [1]
Période (P) 61,1166 ± 0,0086  d  [1]
Inclinaison (i) ~ 59°  [1]
Argument du périastre (ω) 50,3 ± 3,2°  [1]
Époque (τ) 2 450 602,093 JJ
Caractéristiques physiques
Masse 2,2756 ± 0,0045  MJ  [1]
Découverte
Découvreurs Équipes de Genève et de Lick-Carnegie
Méthode vitesses radiales
Date 23 juin 1998
Statut Confirmée[1]

Gliese 876 b est une exoplanète en orbite autour de Gliese 876, une naine rouge située à environ 15,3 années-lumière (4,69 pc) du Soleil, dans la constellation du Verseau. Un système planétaire à quatre corps a été détecté autour de cette étoile par la méthode des vitesses radiales :

Planète Masse
(MJ)
Demi-grand axe
(UA)
Période orbitale
(d)
 Excentricité 
Gliese 876 d  0,021 ± 0,001   0,02080665 ± 1,5×10-7   1,93778 ± 2×10-5 0,207 ± 0,055
Gliese 876 c  0,7142 ± 0,0039   0,12959 ± 2,4×10-5   30,0881 ± 0,0082 0,25591 ± 3×10-5
Gliese 876 b  2,2756 ± 0,0045   0,208317 ± 2×105   61,1166 ± 0,0086 0,0324 ± 0,0013
Gliese 876 e  0,046 ± 0,005   0,3343 ± 0,0013   124,26 ± 0,7 0,055 ± 0,012
Système planétaire de Gliese 876[2],[1].

Gliese 876 b boucle en 61 jours une orbite peu excentrique dont le demi-grand axe vaut environ 0,21 UA. Elle présente une résonance orbitale 4:2:1 dite « de Laplace » avec Gliese 876 c et Gliese 876 e, à l'instar des satellites Io, Europe et Ganymède de Jupiter. Comme Gliese 876 c, elle orbiterait au sein de la zone habitable de son étoile parente[3] ; ceci pourrait théoriquement permettre à d'éventuels satellites naturels de présenter en surface des conditions habitables, cependant la proximité de l'étoile et la résonance de Laplace avec les planètes voisines ne permettraient pas à des satellites suffisamment massifs de demeurer sur des orbites stables autour de cette planète sur de très longues périodes de temps[4], et il n'est d'ailleurs pas certain que des satellites suffisamment massifs puissent même se former autour de telles planètes[5].

La résonance orbitale avec les planètes voisines a permis d'évaluer la masse de Gliese 876 b aux environs de 2,28 MJ. Il s'agirait par conséquent d'une géante gazeuse, appartenant peut-être à la classe III de la classification de Sudarsky[6].

Désignation[modifier | modifier le code]

Gliese 876 b a été sélectionnée par l'Union astronomique internationale (IAU) pour la procédure NameExoWorlds, consultation publique préalable au choix de la désignation définitive de 305 exoplanètes découvertes avant le 31 décembre 2008 et réparties entre 260 systèmes planétaires hébergeant d'une à cinq planètes. La procédure, qui a débuté en juillet 2014, s'achèvera en août 2015, par l'annonce des résultats, lors d'une cérémonie publique, dans le cadre de la XIXe Assemblée générale de l'IAU qui se tiendra à Honolulu (Hawaï)[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Eugenio J. Rivera, Gregory Laughlin, R. Paul Butler, Steven S. Vogt, Nader Haghighipour et Stefano Meschiari, « THE LICK-CARNEGIE EXOPLANET SURVEY: A URANUS-MASS FOURTH PLANET FOR GJ 876 IN AN EXTRASOLAR LAPLACE CONFIGURATION », The Astrophysical Journal, vol. 719, no 1,‎ 10 août 2010, p. 890-899 (lire en ligne) DOI:10.1088/0004-637X/719/1/890
  2. (en) Exoplanet.eu « Star: Gliese 876 ».
  3. (en) Barrie W. Jones, David R. Underwood1 et P. Nick Sleep, « Prospects for Habitable "Earths" in Known Exoplanetary Systems », The Astrophysical Journal, vol. 622, no 2,‎ 1er avril 2005, p. 1091-1101 (lire en ligne) DOI:10.1086/428108
  4. (en) Jason W. Barnes et D. P. O'Brien, « Stability of Satellites around Close-in Extrasolar Giant Planets », The Astrophysical Journal, vol. 575, no 2,‎ 20 août 2002, p. 1087-1093 (lire en ligne) DOI:10.1086/341477
  5. (en) Robin M. Canup et William R. Ward, « A common mass scaling for satellite systems of gaseous planets », Nature, vol. 441,‎ 15 juin 2006, p. 834-839 (lire en ligne) DOI:10.1038/nature04860
  6. (en) David Sudarsky, Adam Burrows et Ivan Hubeny, « Theoretical Spectra and Atmospheres of Extrasolar Giant Planets », The Astrophysical Journal, vol. 588, no 2,‎ 10 mai 2003, p. 1121-1148 (lire en ligne) DOI:10.1086/374331
  7. (en) « Liste des 305 exoplanètes sélectionnées » [html], sur NameExoWorlds (consulté le 14 décembre 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]