Gliese 667 Cc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coordonnées : Sky map 17h 18m 57.16483s, −34° 59′ 23.1416″

Gliese 667 Cc
Vue d'artiste d'un paysage à la surface de Gliese 667 Cc
Vue d'artiste d'un paysage à la surface de Gliese 667 Cc
Étoile
Nom Gliese 667 C
Constellation Scorpion
Ascension droite 17h 18m 57,16483s
Déclinaison −34° 59′ 23,1416″
Type spectral M2V
Planète
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe (a) 0,125±0,013[1]  ua
Excentricité (e) 0,02[1]
Période (P) 28,140[1]  j
Caractéristiques physiques
Masse 4,39[1]  MT
Découverte
Découvreurs Xavier Bonfils et al. (confirmée par Guillem Anglada-Escudé et al.)
Méthode Vitesses radiales avec l'instrument HARPS
Date novembre 2011
Statut
Informations supplémentaires


Gliese 667 Cc[2],[1],[3] (également connue sous la dénomination GJ 667Cc ou HR 6426Cc) est une planète extrasolaire de type Super-Terre, en orbite autour de l'étoile Gliese 667 C qui est elle-même un membre du système de trois étoiles Gliese 667 situé à 22,7 années-lumière, dans la constellation du Scorpion. La masse minimale estimée de Gliese 667 Cc est d'environ 2 fois celle de la Terre et pourrait s'étendre au maximum jusqu'à 5 masses terrestres.

Cette planète a été découverte par la méthode des vitesses radiales, avec l'instrument HARPS de l'ESO.

Sept planètes accompagnent l'étoile Gliese 667 C et trois d'entre elles, dont Gliese 667 Cc, se trouvent dans la zone habitable[3].

Gliese 667 Cc se situe dans la bordure interne de cette même zone habitable. Avec un demi grand-axe de seulement 0,125 UA, une année sur Gliese 667 Cc dure à peine 28,140 jours. Elle est estimée semblable à la Terre à 85 %.

Selon la luminosité bolométrique de son étoile, Gliese 667 Cc reçoit l'équivalent d'environ 90% de la lumière reçue par la Terre ; néanmoins, la majeure partie de ce rayonnement électromagnétique se trouve dans la zone infrarouge du spectre lumineux. Selon un calcul de température basé sur le modèle du corps noir, Gliese 667 Cc devrait absorber une plus grande partie du rayonnement électromagnétique global de son étoile, ce qui la rendrait plus chaude (277.4 K) et la placerait légèrement plus près de la limite « chaude » de la zone habitable que ne l'est la Terre avec ses 254,3K[1].

Références et notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Guillem Anglada-Escudé, et al., « A dynamically-packed planetary system around GJ667C with three super-Earths in its habitable zone »,‎ 25 juin 2013 (consulté le 26 juillet 2013)
  2. (en) Xavier Bonfils, et al., « The HARPS search for southern extra-solar planets XXXI. The M-dwarf sample »,‎ 21 novembre 2011 (consulté le 26 juillet 2013)
  3. a et b « Trois planètes occupent la zone habitable de l'étoile Gliese 667C voisine de notre Soleil », ESO,‎ 25 juin 2013 (consulté le 26 juillet 2013)

Lien externe[modifier | modifier le code]