Glande prépuciale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Glande préputiale)
Aller à : navigation, rechercher

Les glandes préputiales (Glandulae praeputiales ou preputial glands pour les anglophones) sont des glandes exocrines productrices de phéromones et situées à proximité des organes génitaux de certains mammifères (chez la souris par exemple)[1], ou le castor qui l'utilise notamment pour marquer son territoire, notamment en hiver[2].
Chez les femelles, elles sont parfois appelées « glandes clitoridiennes » car situées près du clitoris.

Pour des raisons pratiques, le modèle animal utilisé pour l'étude de ces glandes a surtout été la souris de laboratoire et le rat de laboratoire.
Ces deux animaux possèdent en effet des glandes prépuciales d'une structure très similaire (bien que plus petites) aux glandes sébacées humaines.

Intérêt économique[modifier | modifier le code]

Les glandes prépuciales du cerf porte-musc produisent une huile à forte odeur musquée utilisée en parfumerie.
Chez le castor américain et européen, c'est le castoréum[3] qui est depuis longtemps (au moins depuis l'époque byzantine[4]) récolté pour diverses préparations médicamenteuses[5] ou médicinales, voire comme ingrédient alimentaire[6].

Chez l'être humain[modifier | modifier le code]

Ces glandes, très petites et souvent invisibles seraient des glandes sébacées modifiées[7] (comme chez d'autres mammifères). Elles contribuent à la production du smegma dont les fonctions sont encore discutées ; plus ou moins importante selon l'âge et les individus, qui lui-même contribue à la signature odorante personnelle (cf. odeur corporelle).

Selon les personnes, ces glandes de part et d'autre du frein du prépuce sont invisibles à peu visibles (léger renflement).
Elles peuvent par contre devenir bien visibles en cas d'infection[8]. Une infection (souvent bilatérale[9]) peut parfois induire un abcès bilatéral de ces glandes[10],[11].

De même qu'il y a encore débat autour de la question de l'importance fonctionnelle de l'odeur corporelle et des phéromones chez l'Homme, l'existence de glandes prépuciales fonctionnelles est également encore discutée par certains auteurs[12].

Historiquement les glandes prépuciales ont d'abord été évoquées chez l'Homme par l'anatomiste Edward Tyson[13] et en 1694 entièrement décrites par un autre anatomiste William Cowper (1666-1709) qui les a nommées « glandes de Tyson » en hommage à E. Tyson[14],[15].
Ces glandes sont alors décrites comme des glandes sébacées modifiées. Elles sont situées autour de la surface de la couronne intérieure du prépuce qui recouvre le pénis humain au repos. Certains auteurs estiment qu'elles sont plus nombreuses ou plus fréquemment situées dans le sillon balano-prépucial[16].
Leur sécrétion est l'un des composants du smegma masculin.

Certains auteurs doutent encore de leur existence[12] : les humains n'auraient pas, selon eux, de réel équivalent anatomique fonctionnel des glandes trouvées chez les souris ou le rat.

Risque de confusion[modifier | modifier le code]

Ces glandes ne doivent pas être confondues avec les excroissances rosâtres ou jaune blanchâtre parfois trouvées sur la couronne du gland du pénis (dites papules perlées du pénis (ou papillomes hirsutoïdes) qui sont des excroissances cutanées non impliquées dans la formation de smegma[17],[18].

Pathologie[modifier | modifier le code]

L'infection de ces glandes est rare[19].
Elle peut par exemple être due chez l'homme à l'invasion de ces glandes secondairement[20] à une infection par un gonocoque[21],[22]. Ceci se traduit par une inflammation et leur gonflement (de quelques millimètres à centimètres). Les Anglais nomment « Tysonitis » cette affection[23] (maladie sexuellement transmissible).
L'infection est également possible chez la femme[24].
Un kyste peut se former (au contenu colloïdal, muqueux ou séreux à partir d'une infection de la glande prépuciale[25] et une hypertrophie de ces glandes a pu être constatée chez certaines personnes âgées[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Martin-Alguacil N, Schober J, Kow LM, Pfaff D, « Oestrogen receptor expression and neuronal nitric oxide synthase in the clitoris and preputial gland structures of mice », BJU Int., vol. 102, no 11,‎ décembre 2008, p. 1719–23 (PMID 18793302, DOI 10.1111/j.1464-410X.2008.07989.x, lire en ligne)
  2. (en) Rosel F, Sundsdal LJ (2001) « Odorant source used in Eurasian beaver territory marking » J Chem Ecol. déc. 2001;27(12):2471-91 (résumé)
  3. (en) Rosell F (2002) « Do Eurasian beavers smear their pelage with castoreum and anal gland secretion ? » J Chem Ecol. 2002;28(8):1697-701.
  4. (en) Ramoutsaki IA, Papadakis CE, Ramoutsakis IA, Helidonis ES. (2002) « Therapeutic methods used for otolaryngological problems during the Byzantine period » Ann Otol Rhinol Laryngol. 2002;111(6):553-7.
  5. (de) Riha O, Medizinhist J (2006) « [Theory and practice in medieval surgery] » Medizinhist J. 2006;41(2):137-55. (résumé)
  6. (en) Burdock GA (2007) « Safety assessment of castoreum extract as a food ingredient » Int J Toxicol. 2007 Jan-Feb;26(1):51-5. Review.
  7. Batistatou A, Panelos J, Zioga A et al. « Ectomic modified sebaceous glands in human penis » Int J Surg Pathol. 2006;14:355–356.
  8. (en) Exemple (illustré) d'obstruction des glandes prépuciales productrices de smegma ayant causé chez un homme de 53 ans une accumulation importante de matière près du gland, d'apparence tumorale, et ayant nécessité une opération chirurgicale  ; « Penile Mass in a 53-Year-Old Patient » Am Fam Physician 2005 Sep 15;72(6):1093-1094.
  9. (en) el-Benhawi MO, el-Tonsy MH. « Gonococcal urethritis with bilateral tysonitis » Cutis 1988;41:425–426.
  10. (en) Subramanian S. « Gonococcal urethritis with bilateral tysonitis and periurethral abscess » Sex Transm Dis. 1981;8:77–78
  11. (en) Fiumara NJ. « Gonococcal tysonitis » Br J Vener Dis. 1977;53:145.
  12. a et b (en) Satya Parkash, « Human subpreputial collection: its nature and formation », Journal of urology, vol. 110, no 2,‎ août 1973, p. 211–212 (PMID 4722614, lire en ligne)
  13. (en) Kruger L, « Edward Tyson's 1680 account of the 'porpess' brain and its place in the history of comparative neurology », J Hist Neurosci, vol. 12, no 4,‎ décembre 2003, p. 339–49 (PMID 15069865)
  14. W Cowper, Myotomia reformata; or, An anatomical treatise on the muscles of the human body, London,‎ 1694, 1724
  15. (en) Notice biographique sur le site anglophone « Who Named It? »
  16. (en) Batistatou A, Panelos J, Zioga A, Charalabopoulos KA, « Ectopic modified sebaceous glands in human penis », Int. J. Surg. Pathol., vol. 14, no 4,‎ octobre 2006, p. 355–6 (PMID 17041207, DOI 10.1177/1066896906291779, lire en ligne)
  17. (en) Hyman AB, Brownstein MH, « Tyson's "glands." Ectopic sebaceous glands and papillomatosis penis », Arch Dermatol, vol. 99, no 1,‎ janvier 1969, p. 31–6 (PMID 5761803, DOI 10.1001/archderm.99.1.31, lire en ligne)
  18. (en) Parkash S, Rao R, Venkatesan K, Ramakrishnan S. « Sub-preputial wetness : its nature » Ann Natl Med Sci India 1982;18:109-12. Texte complet
  19. (en) Gaffoor PM, Bayyari KH. « Gonococcal tysonitis: an unusual penile infection » Indian J Dermatol. 1989;34(4):90-1.
  20. therapeutique-dermatologique.org, gonococciques Urétrites gonococciques (consulté 2012-12-02, dernière mise à jour : 2005-09)
  21. (en) Burgess JA. « Gonococcal tysonitis without urethritis after prophylactic post-coital urination » Br J Vener Dis. 1971;47:40–41.
  22. (en)Abdul Gaffoor PM. « Gonococcal tysonitis » Postgrad Med J. 1986;62:869–70.
  23. [1]
  24. (en) Malcolm JD. « Two cases of vulvitis caused by the accumulated secetion of tyson's glands » Br Med J. 1918 Jul 20;2(3003):55.
  25. Explorateur CIM 10 (+PMSI) ; voir chap N40-N51 Maladies des organes génitaux de l'homme (in Chapitre XIV : Maladies de l'appareil génito-urinaire)
  26. (en) Ono T, Matsuno M, Ishihara T, Saita B (1990) « Senile hypertrophy of Tyson's glands » J Dermatol. 1990 Jul;17(7):452-4

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Reznik G, Ward JM (1981), Morphology of neoplastic lesions in the clitoral and prepucial gland of the F334 rat ; J Cancer Res Clin Oncol. ;101(3):249-63 ; PMID 7309779 (résumé)
  • (en) Reznik G, Reznik-Schüller H (1980), Pathology of the clitoral and prepucial glands in aging F344 rats ; Lab Anim Sci. Oct1980 ;30(5):845-50 (résumé).
  • (en) Diz Rodríguez R, Vírseda Chamorro M, Arance Gil I, Quijano Barroso P, Martínez Benito MM, Paños Lozano P (2007), Penis epidermoid tumors review ; Actas Urol Esp. Jan2007;31(1):7-10. Spanish (résumé).
  • (en) Parkash S, Jeyakumar S, Subramanyan K, Chaudhuri S. Human subpreputial collection: its nature and formation. J Urol. 1973;110:211–2
  • (en) Mayser P, Schütz M, Schuppe HC, Jung A, Schill WB (2001), Frequency and spectrum of Malassezia yeasts in the area of the prepuce and glans penis ; BJU Int. 2001 Oct;88(6):554-8.
  • (en) Hyman AB, Brownstein MH. Tyson's "glands." Ectopic sebaceous glands and papillomatosis penis ; Arch Dermatol. 1969 Jan;99(1):31-6