Giusto Sustermans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Giusto Sustermans

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Justus Sustermans par Antoine van Dyck.

Naissance 1597
Anvers
Décès 1681
Florence
Maîtres Guilliam de Vos
Frans Pourbus le Jeune
Mouvement artistique Haute Renaissance
Mécènes Cosme II
Ferdinand II
Cosme III

Œuvres réputées

Portrait de Galilée
Portrait de Cosme III de Médicis (1660)
Portrait de Galileo Galilei (1636)

Giusto Sustermans ou Justus ou Juste ou Joost suivant les langues (Anvers, 1597 - Florence, 1681) est un peintre flamand baroque. Il est l'oncle du peintre flamand Jan Van Gelder.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1609, à Anvers, Giusto Sustermans est l'élève du peintre Guilliam de Vos.

De 1616 à 1619, il part à Paris où il fréquente l'atelier du portraitiste Frans Pourbus le Jeune.

Il part à Florence avec un groupe de tapissiers français engagés par le Grand-duc de Toscane.

Il y devient le peintre officiel de la cour des Médicis (sous Cosme II, puis sous Ferdinand II et Cosme III). En son temps, il est considéré dans toute l'Italie comme le plus fin portraitiste sous le surnom de Monsù Giusto et la plupart des cours italiennes font appel à son talent : à Rome par le pape Urbain VIII en 1627 et par le pape Innocent X en 1645, à Milan par le gouverneur, le marquis de Léganès, en 1640, mais également à Ferrare, Gênes, Mantoue, Modène, Parme.

On le retrouve à Vienne en 1623 et à Innsbruck en 1653.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Une œuvre considérable qui s’étend sur plus de soixante ans dans laquelle il représentera des portraits, mais aussi des sujets d'inspiration historique ou religieux :

Portraits[modifier | modifier le code]

Toute la société florentine, princes, serviteurs, ecclésiastiques, militaires, savants, membres des plus grandes familles italiennes : Barberini, Colonna, Corsini, d'Este, Farnèse, Pamphili. Aucune de ses œuvres n'étant signée, elles sont ou attribuées, ou de son atelier (certaines repérées sont peintes d'après certains de ses tableaux).

À Florence[modifier | modifier le code]

À la Galerie Palatine située au palais Pitti et à la Galerie des Offices :

  • 2 Portraits de Galilée, très connus et utilisés dans tous les ouvrages sur le scientifique, conservés au palais Pitti
  • Portrait du prince Waldemar-Christian de Danemark, (~1638), palais Pitti
  • Portrait de Cosme III de Médicis, galerie Palatine
  • Portrait de Ferdinand II de Habsbourg,
  • Portrait de Vincenzo II Gonzaga de Mantoue,
  • Portrait d'Éleonore de Gonzaga de Mantoue,
  • Portrait du Jésuite Pandolfo Ricasoli, Palais Pitti
  • Portrait du Prince Waldemar-Christian de Danemark, Palais Pitti
  • Vittoria della Rovere sous les traits de sainte Marguerite, Uffizi

À la Villa médicéenne La Petraia, au Salotto rosso, le Portrait de Henry et Charles Beaubrun,

Dans le monde[modifier | modifier le code]

D'autres musées dans le monde possèdent ses œuvres :

  • Musée de la Chartreuse de Douai : Portrait de Cosme III de Médicis (école)
  • Musée du Louvre de Paris :
    • Étude pour le portrait d'un jeune général, dessin au département des arts graphiques
    • Portrait de jeune femme de trois quart à gauche, dessin
    • Portrait de Ferdinad II de Médicis, tableau
  • Musée des Beaux-Arts de Chambéry :
    • Portrait de jeune fille, tableau
    • Portrait du Prince de Joinville
    • Portrait d'homme, tableau
    • Portrait de femme, tableau
    • Portrait de Vittoria della Rovere (atelier)
    • Portrait de Vittoria della Rovere (d'après)
    • Portrait du marquis Geri della Rena (d'après)
  • Musée des beaux-arts de Quimper
    • Portrait d'Henriette d'Angleterre, tableau
    • Portrait d'un jeune espagnol, tableau
  • Musée des Beaux-Arts de Rouen

Sujets historiques[modifier | modifier le code]

  • L'hommage du Sénat florentin à Ferdinand II (1621), Uffizi
  • Catherine Cornaro offrant l'île de Chypre à la république de Venise

Sujets religieux[modifier | modifier le code]

  • Madeleine pénitente, Uffizi
  • La sainte Famille, Palais Pitti
  • Vierge, Enfant et ange en adoration (Florence, galerie Corsini)

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • x

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Bautier, « Juste Suttermans, Peintre des Medicis », The Burlington Magazine for Connoisseurs, vol. 21, n° 112 (juil. 1912), p. 241-242