Giuseppe Scarlatti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scarlatti et Giuseppe Scarlatti (homonymie).

Giuseppe Scarlatti, parfois appelé Josef Scarlatti (né en 1718 ou le 18 juin 1723 à Naples - † 17 août 1777 à Vienne) était un compositeur italien du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'après ses propres informations il était le petit-fils d'Alessandro Scarlatti et un neveu de Domenico Scarlatti, fils de Francesco Scarlatti (1666 – après 1741) [1]. On connaît peu de sa biographie et tout ce que nous savons de lui est relatif à son voyage (effectué principalement pour présenter ses œuvres) qu'il entreprit à travers l'Italie et outre-Alpes. De 1739 à 1741 il fut actif à Rome, où il représenta son premier travail connu, l'oratorio et de 1741 à 1749 il mit en scène plusieurs de ses œuvres dramatiques dans les théâtres de Florence, de Pise, de Lucques et de Turin. De 1752 à 1754 il séjourna à Venise, en 1755 il revint à Naples, mais de 1756 à 1759 il fut de nouveau à Venise. Dans les années cinquante, il fut même brièvement actif à Milan et à Barcelone, toujours en qualité de compositeur d'opéra.

En 1760 il s'installa définitivement à Vienne, où il restera jusqu'à sa mort. Dans cette ville, en plus de travailler comme compositeur, il fut aussi pianiste et enseignant de musique pour quelques membres de la famille du prince Schwarzenberg. Il écrivit des travaux théâtraux variés pour le Burgtheater, principalement de nature comique, jusqu'à 1772, année où il cessa de composer.

Considérations sur l'artiste[modifier | modifier le code]

Giuseppe Scarlatti écrivit au-delà de 30 œuvres, dont 21 sont dramatiques et 11 sont des opéras "giocoso", basés généralement sur des livrets de Pietro Metastasio (opera seria) et Carlo Goldoni (œuvres comiques). Trois cantates ainsi que des sonates pour clavecin comptent aussi parmi son œuvre.

Aujourd'hui largement oublié, ses œuvres ne nous étant parvenues qu'en partie, Giuseppe Scarlatti n'était certes musicalement pas innovateur. Le style de composition de ses œuvres se fonde sur celui, traditionnel, établi plusieurs décennies auparavant par Alessandro Scarlatti, c'est-à-dire fondé sur un procédé mélodique simple mais agréable dans lequel l'orchestre, pour l'essentiel, sert d'accompagnement aux parties vocales. Cependant, c'était un compositeur qui reflétait avec talent le style de son époque, ce qui lui a valu beaucoup de succès. Particulièrement dans ses opéras comiques, il impressionna par des mélodies fraiches et plaisantes.

Puisque Domenico Scarlatti portait aussi le prénom Giuseppe, des erreurs ont été occasionnellement commises par la suite. Des airs des opéras Merope (Rome, 1740) et Arminio in Germania (Florence, 1741) ont été attribués en partie par erreur à Domenico. De même, le séjour de Giuseppe à Naples en 1754/55 a conduit à des rumeurs erronées d'un retour de Domenico Scarlatti à Naples[2]

Compositions[modifier | modifier le code]

Œuvres propres[modifier | modifier le code]

  • Meorepe (drame musical ou dramma per musica, livret d'Apostolo Zeno, 1740, Rome)
  • Dario (drame musical, livret de G. Baldanza, 1741, Rome)
  • Arminio in Germania (drame musical, livret de C. Pasquini, 1741, Florence)
  • Siroe (drame musical, livret de Pietro Metastasio, 1742, Florence)
  • Pompeo in Armenia (drame musical, livret de Bartolomeo Vitturi, 1744, Pise)
  • Ezio (drame musical, livret de Pietro Metastasio, 1744, Lucques)
  • Olimpiade (drame musical, livret de Pietro Metastasio, 1745, Lucques)
  • Il Giocatore (comédie musicale, 1747, Florence)
  • Artaserse (drame musical, livret de Pietro Metastasio, 1747, Lucques)
  • Partenope (drame musical, livret de Silvio Stampiglia, 1749, Livourne)
  • Semiramide riconosciuta (drame musical, livret de Pietro Metastasio, 1751, Livoro)
  • Adriano in Siria (drame musical, livret de Pietro Metastasio, 1752, Venise)
  • Demetrio (drame musical, livret de Pietro Metastasio, 1752, Padoue)
  • I Portentosi Effetti della Madre Natura ou Les effets de Mère Nature (drame musical "giocoso", livret de Carlo Goldoni, 1752, Venise)
  • L'impostore (opéra bouffe, 1752, Barcelone)
  • Alessandro nell'Indie (drame musical, livret de Pietro Metastasio, 1753, Reggio d'Émilie)
  • De gustibus non est disputandum (dramma giocoso, livret de Carlo Goldoni, 1754, Venise)
  • Caio Mario (drame musical, livret de Gaetano Roccaforte, 1755, Naples)
  • Antigona (drame musical, livret de Gaetano Roccaforte, 1756, Milan)
  • L'isola disabitata (dramma giocoso, livret de Carlo Goldoni, 1757, Venise ; reprise sous le titre de La Cinese Smarrita, 1760, Genève)
  • La serva Scaltra (dramma giocoso, 1759, Venise)
  • La clemenza di Tito (drame musical, livret de Pietro Metastasio, 1760, Venise)
  • L'Issipile (drame musical, livret de Pietro Metastasio, 1760, Vienne)
  • Pelopida (2° acte) (drame musical, livret de Gaetano Roccaforte, 1763, Turin)
  • Bajazet (drame musical, livret d'Agostino Piovene, 1765, Vérone)
  • Gli Stravaganti (comédie musicale, livret d'Alcindo Isaurense, 1765, Vienne ; reprise sous le titre de La Moglie padrona, 1768, Vienne)
  • Armida (drame musical, livret de Marc Coltelini, 1766, Vienne)
  • Dove è amore è gelosia (entracte giocoso, livret de Marc Coltelini, 1768, Vienne)
  • L'amor geloso (pièce comique, 1770, Vienne)
  • Amiti e Ontario, o I selvaggi, (drame musical, livret de Ranieri de' Calzabigi, 1772, Vienne)

Œuvres d'attribution douteuse[modifier | modifier le code]

  • La Madamigella (livret d'Antonio Palomba, 1755, Naples)
  • Il Mercato di Malmantide (dramma giocoso, livret de Carlo Goldoni, 1758, Venise)

Autres travaux[modifier | modifier le code]

  • La Santissima Vergine annunziata (oratorio, 1739, Rome)
  • Componimento per musica (sérénade, 1739, Rome)
  • L'amor della patria (sérénade, livret de Carlo Goldoni, 1752, Venise)
  • Les aventures de Serail (ballet, 1762, Vienne)
  • Imeneo, sognando talora (cantate pour ténor et basse continue)
  • I lamenti d'Orfeo (cantate pour 2 voix et orchestre)
  • Amor prigioniero (cantate pour 2 soprano et instruments)
  • Divers airs
  • Sonates pour clavecin

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ceci n'est pas établi avec certitude. Il pourrait être le fils de Tommaso Scarlatti, ou de Francesco Scarlatti, frères d'Alessandro Scarlatti, et donc être né en 1718 ou bien, comme l'affirma Charles Burney, être un neveu de Domenico Scarlatti, fils d'Alessandro, et donc dans ce cas sa date de naissance serait le 18 juin 1723
  2. Ralph Kirkpatrick (Hg.) : Domenico Scarlatti, Complete keyboard works, New York en 1972, Vol. 2 S.9.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]