Giuseppe Avitrano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Giuseppe Antonio Avitrano

Naissance 1670
Naples, Drapeau de l'Italie Italie
Décès 1756
Naples, Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale Compositeur
Style baroque
Activités annexes Violoniste
Lieux d'activité Italie

Œuvres principales

12 sonates à quatre, 3 violons, basse continue, op. 3
Te Mariam laudamus
Missa defunctorum

Giuseppe Antonio Avitrano (né en 1670 à Naples - mort le 19 mars 1756 à Naples) est un compositeur et violoniste italien de musique baroque du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille de musiciens, Giuseppe Antonio Avitrano fut violoniste au sein de l'orchestre de la cour de Naples de la fin des années 1690 jusqu’à sa mort.

Ses premières œuvres sont deux série de dix sonates d’église à trois voix op. 1 et 2 que Avitrano dédia à Marzio Carafa, duc de Maddaloni (1650 - 1703).

Avitrano est connu surtout pour ses sonates à quatre pour trois violons et basse continue op. 3, publiées en 1713, qui reposent sur le modèle développé à Naples au XVIIe siècle par des compositeurs tels que Pietro Marchitelli (1643 - 1729) ou Giancarlo Cailò (1659 - 1722). Avec ces sonates, Avitrano a contribué de manière significative à la diffusion de ce type de composition majeur du répertoire pour violon. Dans son op. 3, les sonates les plus connues sont les no 1 L’aurora, la no 2 L’Aragona, la no 8 La Columbrano et la no 10 La Maddaloni.

Les 12 sonates de l’op. 3 sont dédiées à Carlo Pacecco Carafa, et chacune porte le nom d’une personne ou d’une famille liées à la maison des Carafa ou, à tout le moins, socialement et politiquement proche, comme les Barberini, les Borromini, les Colubrano (ou Columbrano ou Colobrano), les Maddaloni ou les Pacecco[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 10 sonates à trois, 2 violons, violoncelle, orgue, op. 1 (Naples, 1697)
  • 10 sonates à trois, 2 violons, violoncelle, orgue, op. 2 (Naples, 1703)
  • 12 sonates à quatre, 3 violons, basse continue, op. 3 (Naples, 1713)
  • 7 cantates, pour soprano et basse continue
  • Te Mariam laudamus, pour voix (S, S, A, T, T, B) 2 hautbois, 3 violons, b.c., (Naples, 1746)
  • Missa defunctorum, (Naples, 1721)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notices d’autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • WorldCat
  • (it) Ulisse PROTA-GIURLEO, "Breve Storia del Teatro di Corte e della Musica a Napoli nei sec. XVII - XVIII", in Felice de Filippis, Il Teatro di Corte del Palazzo Reale di Napoli, Naples, L’Arte tipografica, 1952, pp. 19–125.
  • (it) Francesco DEGRADA: "Appunti critici sui Concerti di Francesco Durante", in : Chigiana, xxiv (1967), pp. 145–65.
  • (it) Renato BOSSA, "Le Sonate a Quattro di Giuseppe Antonio Avitrano (1713)", in : La musica a Napoli durante il Seicento, Naples, 1985, pp. 307–22.
  • (it) Francesco COTTICELLI, Paologiovanni MAIONE, Le istituzioni musicali a Napoli durante il Viceregno austriaco (1707–1734) : Materiali inediti sulla Real Cappella ed il Teatro di San Bartolomeo, Naples, Luciano Editore, 1993.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Pietro ANDRISANI, "Aurora Sanseverino mecenate: suo contributo allo sviluppo dell’Opera in Scuola Napoletana", in : Fardella 1704 - 2004: Tracce di storia, a cura di Antonio Appella e Antonietta Latronico, Associazione Culturale ONLUS La Scalett, Fardella, 6 août 2004, pp. 79-100.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]