Girls Just Want to Have Fun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la chanson de Cyndi Lauper. Pour le film, voir School Girls.

Girls Just Want to Have Fun

Single de Cyndi Lauper
extrait de l'album She's So Unusual
Face A Girls Just Want to Have Fun
Face B Right Track Wrong Train
Sortie 18 octobre 1983
Enregistré 1983
Durée 3:58
Genre Pop, new wave
Format Disque vinyle
Auteur Robert Hazard
Producteur Rick Chertoff, William Wittman
Label Epic Records
Portrait Records
CBS Records

Singles de Cyndi Lauper

Pistes de She's So Unusual

Girls Just Want to Have Fun est une chanson de l'artiste américaine Cyndi Lauper. Écrite par Robert Hazard, elle sort comme premier single de l'album She's So Unusual le 18 octobre 1983 sous le label Epic. Elle apparaît ensuite sur les compilations Twelve Deadly Cyns...and Then Some et Wanna Have Fun sous sa forme originale, mais aussi en duo avec Puffy AmiYumi sur The Body Acoustic. Lauper modifie certaines paroles car elle trouve que la version originale est misogyne.

La chanson est bien reçue par les critiques qui la considèrent comme un hymne féministe. Elle connaît un succès international en atteignant la seconde place du Billboard Hot 100, en devenant numéro un au Canada, en Australie, Irlande, Norvège et Nouvelle-Zélande ainsi que le top 5 de plusieurs pays. Le clip, réalisé par Ed Griles, inclut quelques éléments autobiographiques et nous présente Lauper avec ses amis. Après la diffusion du clip sur MTV, Lauper gagne beaucoup en popularité.

Genèse et écriture[modifier | modifier le code]

Après la séparation de son groupe (Blue Angel) et une période de repos, Cyndi Lauper trouve une autre direction musicale et décide de continuer dans une carrière solo[1],[2]. Cependant, elle n'est pas sure de vouloir enregistrer un nouveau disque[2]. Elle déclare dans Encyclopedia of Pop, Rock and Folk d'Irwin Stambler : « J'ai décidé d'aller en avant et de le faire, même si je n'avais pas écrit beaucoup de chansons. J'ai rompu mon partenariat avec John Turi — et je n'aime pas l'idée de chanter les chansons des autres. Mais pour mon premier album, Rick Chertoff et moi avons sélectionné des chansons qui me permettraient de garder mon honnêteté... j'en ai écrit quelques-unes aussi[2] ». Chertoff apporte Girls Just Want to Have Fun écrite en quinze minutes par Robert Hazard en prenant un bain dans un hôtel[3]. Il pense que c'est une chanson importante pour le disque :

« Je l'ai entendu pour la première fois par Robert Hazard, qui essayait de décrocher un contrat avec un label et qu'il a finalement trouvé. Il avait son propre groupe appelé Robert Hazard & The Heroes. Cette chanson particulière m'a toujours frappée comme étant quelque chose d'intéressant et drôle mais en même temps poignante, et je savais que c'était une pierre angulaire de mon disque avec Cyndi[4] ».

Chertoff décide de l'emmener à un concert de Robert Hazard & The Heroes. Cependant, la version de Hazard a été façonnée pour être un point de vue masculin sur le désir féminin[5] et Lauper dit qu'elle ne veut pas la faire[4]. Chertoff essaie d'en discuter avec elle car elle ne veut pas faire une « chanson sexiste » mais un jour, elle dit : « OK, je le ferai[4] ». Elle modifie légèrement les paroles car elle trouve la version de Hazard misogyne[3]. Avec Chertoff, elle réécrit les paroles et plus particulièrement le pont et garde ce qu'elle préfère[6]. Elle explique :

« Il m'a joué Girls et j'ai dit, OK, je ne ferai pas cette chanson… car cela ne finit pas comme cela devrait être — mais je n'oublierais jamais cette chose que Rick a faite pour moi. J'étais têtue et trop ferme. C'est en gros une chanson très machiste. Il me dit : « Mais attends, sais-tu ce que cela veut dire, réfléchis juste une minute, oublies tous ces autres trucs, et réfléchis à ce que cela veut dire ». J'ai dit : « OK, comment pourrais-je faire ça ? Regarde ici et regarde là ». Il me répond : « D'accord, change-la[7] ». »

Développement et enregistrement[modifier | modifier le code]

Après que Lauper a accepté de faire la chanson, Chertoff cherche l'arrangement qui pourrait convenir à Girls Just Want to Have Fun. Chertoff et Lauper essaie d'abord de l'orienter vers une mélodie reggae mais ils n'étaient pas satisfaits de leurs décisions avec l'équipe de production. Ils demandent alors de l'aide[4]. Au même moment, Sly Dunbar et Robbie Shakespeare enregistrent l'album Infidels de Bob Dylan et Chertoff leur demande de venir les aider. Dunbar et Shakespeare viennent une journée mais le résultat ne correspond pas à ce qu'ils avaient déjà fait avec le bassiste Neil Jason et le batteur Anton Fig[4]. Chertoff utilise ensuite une guitare et un orgue pour créer une mélodie de base. Cela permettrait ainsi de guider l'arrangement des percussions pour les remplacer après. Sauf qu'ici, Chertoff décide de garder les percussions et la mélodie de base[4]. Le percussionniste Eric Bazilian ajoute ensuite un son de faux applaudissements[4]. Après que Lauper a enregistré la chanson, Rob Hyman joue un solo de clavier. L'ingénieur assistant John Agnello explique : « Cela ressemblait à une grosse plaisanterie quand nous l'avons fait pour la première fois, mais ensuite tout le monde disait : « C'est très impressionnant[4] » ». Le mixage est entièrement manuel car il n'y a pas d'équipement automatisé. L'ingénieur William Wittman explique : « Nous aurions pu faire ça encore et encore, remixer par petites pièces jusqu'à ce que tout soit correct, le mix final a probablement subi une centaine de petits changements. C'était sans l'automatisme[4] ».

Chertoff amène Ellie Greenwich, une auteur-compositrice du Brill Building, pour écrire avec Lauper et faire les chœurs de la chanson. Lorsqu'elle écoute Girls Just Want to Have Fun, elle commence à chanter : « Girls / They want / Want to have fun ». Elle invite Lauper à l'accompagner : « Viens Cyn—chante avec moi avec ton accent ! Viens, fais entendre ton accent de Queens ». Elle se met à chanter avec elle dans le couloir du studio[8]. Chertoff lui propose ensuite de faire un son de hoquet sur le mot « fun ». Lauper accepte car c'est une technique vocale qu'elle utilisait déjà avec son groupe Blue Angel[8]. Lauper explique que la musique de Girls Just Want to Have Fun représente plusieurs moments de sa vie. Ainsi, le son produit par l'orgue au début de la chanson rappelle une publicité que la chanteuse entendait au Raceway Park quand elle était enfant[8]. Epic Records veulent que Time After Time soit le premier single de l'album. Lauper n'est pas d'accord car elle pense qu'une ballade pourrait l'assimiler à un style. Wolff la soutient car il pense que Girls Just Want to Have Fun peut devenir un hymne. Finalement, le label accepte la proposition de Lauper et Wolff[8].

Structure musicale et paroles[modifier | modifier le code]

Girls Just Want to Have Fun est une chanson pop/new wave[3] qui possède un tempo de « rock gai[9] ». Selon la publication d'Alfred Publishing, la chanson se situe dans une signature rythmique commune 4/4 avec un tempo de 120 pulsations par minute[9]. Elle se situe dans une tonalité de Sol majeur et la voix de Cyndi Lauper s'étend des notes Do4 à Mi5. Elle a une progression d'accords de Do, Ré, Sol et Mi mineur dans les couplets[9]. Christopher Feldman, auteur de Billboard book of number 2 singles trouve que les paroles en font « une mélodie dance scintillante » et ajoute qu'elles peuvent presque être assimilées à son image publique[2]. Dans une interview pour Deborah Solomon de The New York Times, la chanteuse dit que les paroles sont autobiographiques car sa mère et sa grand-mère « ne se sont jamais amusées[10] ». Selon elle, la chanson est un hymne et les paroles disent : « Nous voulons avoir une vie, nous voulons nous amuser [...] Nous ne voulons pas porter les chaînes[2] ».

Dans la version originale de Hazard, les paroles expriment le point de vue d'un adolescent qui découvre son attirance pour les filles. Le lien qu'il a avec son père contraste de celui qu'il a avec sa mère qui le gronde d'être sorti toute la nuit[11]. D'après Wayne Heisler, Jr., professeur de l'Université de Princeton, Lauper intervertit les relations avec ses parents en créant de la compassion avec sa mère et en feignant son rôle de fille à papa. Ainsi, elle montre la prise de conscience du pouvoir masculin et son désir de voir son sexe mieux représenté[12].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques de la presse[modifier | modifier le code]

Girl Just Want to Have Fun est bien reçue par les critiques. Kevin East de Sensible Sound dit que la chanson est un hymne pour la fête[13], dans la même idée, Sal Cinquemani de Slant Magazine déclare que le titre est « un hymne à tonalité reggae » et ajoute qu'« elle émerge comme l'un des plus grands chef-d'œuvres des années 1980[14] ». Stephen Thomas Erlewine d'Allmusic estime que Girls Just Want to Have Fun est « un appel aux armes[15] ». Gillian G. Gaar, auteur de She's a Rebel: The History of Women in Rock & Roll, décrit le single et le vidéoclip comme une « grosse déclaration féministe », un « hymne de la solidarité féminine » et une « galopade taquine célébrant la camaraderie féminine[16] ». Lisa A. Lewis, dans son livre Gender politics and MTV: voicing the difference, écrit : « Le refrain, « Girls just want to have fun » sert de cri puissant pour l'accès royaume privilégié des loisirs et de l'amusement des adolescents masculins[17] ». Jay Cock de Time considère la chanson comme « une sorte d'hymne féministe antique[18] ». Terry Atkinson fait l'éloge de la chanson et la considère comme « un bijou désarmant[19] ». La chanson reçoit également des critiques négatives. Susan Glen de PopMatters déclare que la chanson « sonne presque anachronique [...] elle révèle les impulsions mauvaises des années 80 ». Elle ajoute : « Quelle que soit l'étourderie qui nourissait encore ces chansons est catégoriquement partie aujourd'hui, et a été remplacée par un agacement nasal[20] ». La chanson est nommée dans les catégories « Disque de l'année » et « Meilleure performance vocale pop féminine » lors de la 27e cérémonie des Grammy Awards mais perd face à What's Love Got to Do With It de Tina Turner[2],[21].

Succès dans les hits-parades[modifier | modifier le code]

Girls Just Want to Have Fun sort le 18 octobre 1983 et devient un succès mondial. La chanson entre dans le Billboard Hot 100 à la 80e place dans la semaine du 17 décembre 1983[22]. Elle atteint la seconde place le 10 mars 1984[23] et passe un total de 25 semaines dans le classement[24]. Elle a aussi du succès dans d'autres classements, en devenant numéro un du Hot Dance/Club Play Songs le 24 mars 1984, le premier de Cyndi Lauper[25]. La chanson est certifiée disque de platine par la Recording Industry Association of America le 17 avril 1989 pour la vente d'un million d'exemplaires[26]. En 1984, avec Girls Just Want to Have Fun, Time After Time, She Bop et All Through the Night, Cyndi Lauper devient la première artiste féminine à avoir mis quatre chansons de son premier album dans le top 10 du Billboard Hot 100[27]. Au Canada, la chanson entre dans le classement RPM à la 46e place dans le numéro du 11 février 1984[28]. Au bout de huit semaines, elle est en tête[29] pendant deux semaines[30] et reste un total de 21 semaines dans le classement[31]. La chanson est certifiée double disque de platine par la Canadian Recording Industry Association (CRIA)[32]. Le titre est situé à la 9e place du classement de fin d'année, juste derrière Time After Time[33].

Au Royaume-Uni, Girls Just Want to Have Fun sort le 30 décembre 1983. Elle entre dans l'UK Singles Chart à la 50e place puis arrive à la seconde trois semaines plus tard, restant dans le classements pendant douze semaines[34]. Le 1er février 1983, elle est certifiée disque d'argent par la British Phonographic Industry (BPI)[35]. Dans le monde, la chanson est numéro un en Australie[36], Irlande[37], Norvège[38] et Nouvelle-Zélande[39], entre dans le top 5 en Autriche[40], Belgique[41], Italie[42], Pays-Bas[43] et Suède[44] ainsi que dans le top 10 en Allemagne[45] et Suisse[46]. En France, le single se classe à la 2e place des classements établis par l'IFOP[47] et est certifiée disque d'or par le Syndicat national de l'édition phonographique (SNEP) pour la vente de 500 000 exemplaires peu de temps après[48]. La chanson s'est vendue à cinq millions d'exemplaires à travers le monde[49].

Clip vidéo[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Le clip est réalisé par Edd Griles, qui a précédemment travaillé avec Blue Angel sur le clip de I Had a Love[50],[8]. Il est tourné à New York avec un budget de 1 500 dollars[50],[51]. La participation de Lauper est également importante. Elle garde sa mère pour jouer le rôle de la mère dans la vidéo et engage Wrestler Captain Lou Albano pour le rôle du père[2]. Dave Wolff, son manager, choisit, à sa demande, le producteur et le réalisateur de la vidéo[50],[52]. Le clip est diffusé sur MTV pour la première fois le 12 octobre 1983 et est diffusé en rotation régulière pendant vingt semaines[52],[53]. Dave Wolff voulait faire un clip car « c'était une manière amusante d'introduire Cyndi au public[6],[53] ».

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le clip montre quelques éléments autobiographiques[54]. Il commence en nous montrant Lauper en train de rentrer chez elle un matin après avoir fait la fête toute la nuit. Elle trouve sa mère (qui est la mère de Lauper en réalité) en train de préparer le déjeuner dans la cuisine. Son angoisse envers le mépris flagrant de sa fille pour sa défense de la condition féminine est exprimé par le fait qu'elle casse un œuf sur son cœur[55]. Ensuite, le père répète les paroles « What you gonna do with you life? » tandis que Lauper attrape son bras et le plaque contre le mur. Selon Lisa A. Lewis, auteur de Gender politics and MTV: voicing the difference, ce geste modifie la situation et déstabilise l'autorité du père et le patriarcat par extension symbolique[55]. Lauper gesticule et appelle ses amies au téléphone dans des plans photographiques[17] et se réunissent. On voit Lauper plaquant son journal et regarder un film en noir et blanc. Elle sort ensuite de chez elle avec une bande de filles à travers les rues de New York et dansent frénétiquement, ce qui retourne l'expérience des femmes dans les rues dangereuses à une ambiance de carnaval[55]. Les filles emmènent un groupe de maçons, symboles du harcèlement des femmes dans la rue[55]. À la fin, elles ramènent les hommes chez elle pour danser et met de la musique dans sa chambre[17].

Accueil[modifier | modifier le code]

Holly Brobach de The Atlantic Monthly déclare : « Les hommes commencent à ressembler à un groupe suffisant et ennuyeux. Que les filles ou non veulent s'amuser, elles semblent être les seules à savoir comment[56] ». Bob Batchelor et Scott Stoddart, auteurs de The 1980s, disent que « la vidéo illustrent la chanson, parlant d'une fille qui a besoin de défier ses parents pour pouvoir s'amuser ». Ils ajoutent : « elle illustre le message de la chanson : que les filles — jeunes femmes — méritent autant de s'amuser que les jeunes hommes, sans la société qui en pense moins[57] ». Mary Ellen Brown, auteur de Television and women's culture: the politics of the popular, remarque que le mot est défini « dans le but de faire ce que les hommes font » et que leurs activités « concoivent leurs tentatives pour créer un ordre complémentaire de l'amusement des femmes[58] ». Frank Spotnitz du Chicago Tribune trouve la vidéo joyeuse[53]. Jessica Letkemann de Billboard dit que la vidéo « est un bijou des années 80 avec son atmosphère de sitcom[59] ».

Grâce au clip, Cyndi Lauper devient l'une des premières chanteuses à avoir augmenté sa popularité par sa diffusion sur MTV[7]. Le vidéoclip remporte plusieurs prix. Elle gagne dans la catégorie « meilleure vidéo féminine » aux American Video Awards et MTV Video Music Awards[60]. Elle remporte plusieurs prix au Festival International du Film et de la TV à New York et gagne dans la catégorie « meilleure nouvelle vidéo d'artiste[60] ». Le clip est à la 45e position des cent meilleurs clips selon VH1[61]. Dans un sondage réalisé par Billboard en 2011, le clip est le 3e meilleur clip des années 1980 derrière Thriller de Michael Jackson et Like a Prayer de Madonna[59].

Interprétations scéniques[modifier | modifier le code]

Lauper interprète Girls Just Want to Have Fun dans la plupart de ses tournées. Elle est la dernière chanson de The Fun Tour en 1985[62]. Elle l'interprète lors du True Colors World Tour en 1987 pendant le rappel. Elle porte une veste à motifs avec une écharpe à pois noirs et des lunettes de soleil arlequin[63],[64]. Sa prestation est disponible sur la vidéo Cyndi Lauper in Paris, filmée à Paris le 12 mars 1987[65]. Lors de la tournée A Night to Remember World Tour, elle fait une version reggae de Girls Just Want to Have Fun[66],[67]. Lors du Hat Full of Stars World Tour en 1993, elle la reprend pendant le rappel. Comme pour sa tournée précédente, elle interprète une version reggae avec un rap de Pierre Andre, son percussionniste[68],[69].

Outre les tournées, Lauper interprète Girls Just Want to Have Fun lors de concerts ou d'émissions télévisées. En juin 2002, elle interprète la chanson au Bryant Park de Manhattan dans le cadre des « Summer Concert Series » de Good Morning America[70].

Postérité[modifier | modifier le code]

Nicki Minaj considère la vidéo comme une inspiration pour le clip de Girls Fall Like Dominoes.

Après sa sortie, Girls Just Want to Have Fun devient un hymne féministe et attire l'attention des médias. Jerome L. Rodnitzky, auteur du livre Feminist Phoenix: the rise and fall of a feminist counterculture, dit que grâce à Girls Just Want to Have Fun, Cyndi Lauper a été rapidement adoptée par de nombreux féministes et pose même pour la couverture du magazine Newsweek le 4 mars 1985. Le magazine Ms. remarque que « si Helen Reddy enregistre I Am Woman avec colère et une nouvelle fierté collective, Girls Just Want to Have Fun est un nouveau plaisir rebelle et la célébration de notre force[71] ». Avec la chanson et le clip, Lauper commence à attirer l'œil du public et certains fans s'habillent comme elle, un phénomène similaire à Madonna. Dans She Bop de Lucy O'Brien, Lauper se souvient : « À l'époque de Girls Just Want to Have Fun, j'ai été choquée par la réaction. Je suis monté sur scène et le public était rempli de filles criant, s'aggripant à mes vêtements. Je n'avais jamais vu de filles crier pour une femme auparavant[2] ».

Le clip gagne aussi beaucoup en popularité dans les médias. La presse déclare que la chanteuse est la nouvelle leader des rockeuses et les féministes font l'éloge de son action de « souligner l'individualité sur la sexualité » contrairement à Madonna. Ses vêtements et ses manières créent une peur chez certaines personnes qui sont effrayés par son image de « personnage de dessin animé ». Lauper répond : « Je ne suis pas là pour prendre un vêtement car vous m'avez dit que c'était bien. Je suis là pour acheter ce qui me semble bien et mettre les choses que j'aime, car c'est un habillage créatif[53] ». La rappeuse Nicki Minaj a été également influencée par le clip pour celui de son single Girls Fall Like Dominoes. Elle déclare : « Quand j'ai vu le clip de Cyndi Lauper en étant petite, j'avais envie de sauter dans la télé et de courir dans la rue avec elle et de crier « girls just wanna have fun ». Dans ma tête, j'ai toujours voulu être cette personne folle. Elle est l'une des personnes qui m'ont inspiré[72] ».

Versions[modifier | modifier le code]

Single 33 tours[73],[74]
  1. Girls Just Want to Have Fun — 3:55
  2. Right Track Wrong Train — 4:40
Single 45 tours[75],[76]
  1. Girls Just Want to Have Fun (Extended Version) — 6:08
  2. Fun With V. Knutsn (Instrumental) — 7:10
  3. Xtra Fun — 5:05
Maxi-Single européen[77]
  1. Girls Just Want to Have Fun (Extended Version) — 6:08
  2. Fun With V. Knutsn (Instrumental) — 7:10
  3. Xtra Fun — 5:05
Single 33 tours britannique[78]
  1. Girls Just Want to Have Fun — 3:55
  2. Right Track Wrong Train — 4:40

Crédits[modifier | modifier le code]

  • Cyndi Lauper – chant, auteur
  • Robert Hazard – auteur
  • Rick Chertoff – producteur
  • Lennie Petze – producteur exécutif
  • Arthur Baker – mixage
  • Elliot Scheiner – ingénieur
  • Tom Swift – assistant ingénieur

Crédits issus de l'album She's So Unusual[79].

Classements et certifications[modifier | modifier le code]

Classements hebdomadaires[modifier | modifier le code]

Classement (1984) Meilleure
position
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud (Springbok Radio)[80] 3
Drapeau de l'Allemagne Allemagne (Media Control AG)[45] 6
Drapeau de l'Australie Australie (Kent Music Report)[36] 1
Drapeau de l'Autriche Autriche (Ö3 Austria Top 40)[40] 3
Drapeau de la Belgique Belgique (Flandre Ultratop 50)[41] 4
Drapeau de la Belgique Belgique (Flandre VRT Top 30)[81] 4
Drapeau du Canada Canada (Top Singles)[29] 1
Drapeau du Canada Canada (CHUM)[82] 2
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard Hot 100)[83] 2
Drapeau des États-Unis États-Unis (Cash Box)[84] 1
Drapeau des États-Unis États-Unis (Hot Dance Club Play)[83] 1
Drapeau de l’Union européenne Europe (Eurochart Hot 100)[85] 1
Drapeau de la France France (IFOP)[47] 2
Drapeau de l'Irlande Irlande (IRMA)[37] 1
Drapeau de l'Italie Italie (FIMI)[42] 3
Drapeau du Japon Japon (Oricon International Chart)[réf. à confirmer][86] 1
Drapeau du Japon Japon (Oricon Singles Chart)[réf. à confirmer][86] 19
Drapeau de la Norvège Norvège (VG-lista)[38] 1
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (RIANZ)[39] 1
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Nederlandse Top 40)[87] 3
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Single Top 100)[43] 4
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (UK Singles Chart)[88] 2
Drapeau de la Suède Suède (Sverigetopplistan)[44] 5
Drapeau de la Suisse Suisse (Schweizer Hitparade)[46] 6
Classement (2007) Meilleure
position
Drapeau des États-Unis États-Unis (Hot Ringtones)[83] 16
Classement (2011) Meilleure
position
Drapeau de la France France (SNEP)[89] 80

Classements de fin d'année[modifier | modifier le code]

Classement (1984) Position
Drapeau de l'Australie Australie (Kent Music Report)[36] 9
Drapeau de l'Autriche Autriche (Ö3 Austria Top 40)[90] 29
Drapeau de la Belgique Belgique (Flandre Ultratop 50)[91] 20
Drapeau du Canada Canada (Top 100 Singles)[33] 9
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard Hot 100)[92] 15
Drapeau des États-Unis États-Unis (Cash Box)[93] 16
Drapeau des États-Unis États-Unis (Hot Dance Club Play)[94] 25
Drapeau de l'Italie Italie (FIMI)[95] 16
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Nederlandse Top 40)[96] 23
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Single Top 100)[97] 40

Certifications[modifier | modifier le code]

Pays Certification Ventes
Drapeau du Canada Canada (CRIA)[32] Disque de platine 2 × Platine 20 000
Drapeau des États-Unis États-Unis (RIAA) (Digital)[26] Disque d'or Or 500 000
Drapeau des États-Unis États-Unis (RIAA) (Mastertone)[26] Disque de platine Platine 1 000 000
Drapeau des États-Unis États-Unis (RIAA) (Physique)[26] Disque de platine Platine 1 000 000
Drapeau de la France France (SNEP)[48] Disque d'or Or 515 000
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (BPI)[35] Disque d'argent Argent 200 000

Reprises[modifier | modifier le code]

Girls Just Want to Have Fun a été reprise par de nombreux artistes. En 1985, Weird Al Yankovic fait une parodie de la chanson intitulée Girls Just Want to Have Lunch et l'inclut dans son album Dare to Be Stupid. Eugene Chardboune d'Allmusic dit que la parodie « a la particularité de se baser sur la philosophie de l'original[98] ». Greg Laswell reprend la chanson et sa version est utilisée dans l'émission de télé-réalité Laguna Beach : The Hills de MTV[99]. En 2008, Emilie Autumn reprend la chanson sous sa forme originale et enregistre trois remixes[100]. Le 20 avril 2010, des célébrités féminines comme Caroline Quentin, Danielle Lloyd et Sonique font une reprise pour aider la recherche contre le cancer[101]. En 2013, une reprise est à nouveau faite par Shaggy et E.V.E. intitulée Girls Just Want to Have Fun[102]. Cette reprise est ensuite utilisée comme générique pour la réalité scénarisée Hollywood Girls : Une nouvelle vie en Californie[103]. La même année, Yolanda Be Cool remixe le single pour la ré-édition de l'album She's So Unusual 30th anniversary reissue[104].

Elle est reprise dans de nombreux films comme Clueless en 1995[105]. Elle est reprise par Deborah Galli, Tami Holbrook et Meredith Marshall dans le film School Girls[106]. La chanson est utilisée dans un épisode de la série télévisée Daria, Legends of the Mall dans une séquence fantaisiste[107]. Elle est également interprétée par Emily Deschanel dans l'épisode The Wannabes in the Weeds de la série Bones[108]. Elle est également reprise dans l'épisode Le Premier Mot de Lisa de la série Les Simpson. Alors que le flashback nous fait revenir en 1983, un jeune Homer se balade dans la rue en chantant la chanson[109]. En 2012, la chanson est reprise par Cory Monteith dans l'épisode I Kissed a Girl de Glee[110]. Cette reprise entre à la 59e position du Billboard Hot 100 le 17 décembre 2011[111]. La chanson est également reprise en 2012 dans le film d'animation Barbie : La Princesse et la Popstar sous le nom Me Voici/Les Princesses Veulent Juste du Fun. En mars 2013, la chanson est reprise dans une version instrumentale à l'orgue de Barbarie dans le jeu Bioshock Infinite. Elle peut également être entendue quelques secondes dans sa version originale.

(Hey Now) Girls Just Want to Have Fun[modifier | modifier le code]

(Hey Now) Girls Just
Want to Have Fun

Single de Cyndi Lauper
extrait de l'album Twelve Deadly Cyns
Sortie 1994
Enregistré 1994
Durée 3:54 (Version Album)
3:59 (Edit single)
Genre Reggae
Format CD single
Auteur Robert Hazard, Lolly Vegas
Producteur Cyndi Lauper
Jimmy Bralower
Label Epic Records

Singles de Cyndi Lauper

Pistes de Twelve Deadly Cyns

Genèse[modifier | modifier le code]

En 1994, Lauper prépare son premier best-of, Twelve Deadly Cyns...and Then Some (1994). La genèse d'un remake vient quand la chanteuse et son groupe Blue Angel s'éloignent de la version originale lors du Hat Full of Stars Tour (1993). Lauper décide d'enregistrer un remake intitulé (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun[112]. Décrite comme une chanson de style reggae, elle reprend l'introduction de la chanson Come and Get Your Love de Redbone[112]. La chanson est utilisée dans le film Extravagances[113]. Contrairement à la version originale, le tempo a été ralenti et est à 102 pulsations par minute. De même, l'instrumentation diffère légèrement, la guitare basse et la batterie sont remplacées par une basse synthétisée et des percussions électroniques. Sa voix apparaît également plus détendue[114].

Accueil[modifier | modifier le code]

Selon Barry Walters de The Advocate : « (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun se penche vers Ace of Base et Real McCoy sur le plus gros tube de Cyndi »[115]. Les critiques sont partagées. Jim Bessman de Billboard dit : « Comme le titre le suggère, le single est un remake du premier hit de Lauper — mais pas un renversement d'orientation[112] ». Stephen Thomas Erlewine d'Allmusic dit que la chanson bâtit la compilation[116]. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun est un échec commercial aux États-Unis. Elle atteint la 87e place du Billboard Hot 100 dans la semaine du 23 septembre 1995[117]. Cependant, elle connaît plus de succès en Europe. La chanson débute à la 13e place du UK Singles Chart et monte en 4e position[118]. Ailleurs, la chanson atteint le top 10 en France, en Irlande et en Nouvelle-Zélande[119],[37],[120] et le top 40 en Suède et en Suisse[121],[122].

Vidéoclip[modifier | modifier le code]

Le clip est produit par la compagnie Daisy Force Pictures dont il s'agit de la première réalisation[123]. Au début du clip, un groupe de filles sort d'un ascenseur et marche dans un couloir. Alors que la caméra montre d'abord les chaussures, elle montre ensuite les jambes puis les corps en entier. La scène est censée se dérouler dans des coulisses, les filles étant habillées pour monter sur scène. Les images coïncident avec les paroles. Lorsque Lauper chante « oh mother dear we’re not the fortunate ones », une des filles est poursuivie par des costumiers qui veulent accessoiriser sa tenue[124].

Les filles sont en réalité des drag queens. Lauper déclare : « [l'idée] des drag queens... est arrivée [parce que] j'ai réalisé que la discrimination continue [et] que j'ai le pouvoir de les montrer à l'écran. Je ne pense pas que cela change le message, cela ouvre des portes pour chacun d'entre nous »[124].

Versions[modifier | modifier le code]

CD single américain[125]
  1. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Single Edit) — 3:39
  2. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Mikey Bennett's Carnival Version (Edited)) — 4:09
  3. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Sly & Robbie's Home Grown Version) — 4:16
  4. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Junior Vasquez Remix Pop Goes The Dancehall) — 5:04
  5. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Original Version) — 3:54
CD single japonais[126]
  1. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Single Edit) — 3:42
  2. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Mikey Bennett's Carnival Version (Edited)) — 4:12
  3. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Sly & Robbie's Home Grown Version) — 4:16
  4. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Junior Vasquez Remix Pop Goes The Dancehall) — 5:02
Vinyl 45 tours européen[127]
  1. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Pop Goes The Dancehall) — 5:04
  2. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Dancehall Main) — 5:46
  3. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Harder Dancehall Remix) — 5:46
  4. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Home Grown Version) — 4:16
  5. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Lounge Mix) — 6:12
  6. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Lounge Dub) — 6:00
  7. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Carnival Version) — 6:04
CD single britannique[128]
  1. (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun (Single Edit) — 3:39
  2. Hat Full of Stars — 4:27

Crédits[modifier | modifier le code]

  • Cyndi Lauper – chant, production
  • Robert Hazard – auteur
  • Lolly Vegas – auteur
  • Jimmy Bralower – production
  • William Wittman – mixage

Crédits issus de l'album Twelve Deadly Cyns[129].

Classements hebdomadaires[modifier | modifier le code]

Classement (1994) Meilleure
position
Drapeau de l'Allemagne Allemagne (Media Control AG)[130] 56
Drapeau de la Belgique Belgique (Flandre Ultratop 50)[131] 50
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard Hot 100)[83] 87
Drapeau de la France France (SNEP)[119] 3
Drapeau de l'Irlande Irlande (IRMA)[37] 10
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (RIANZ)[120] 4
Drapeau de la Pologne Pologne (LP3)[132] 16
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (UK Singles Chart)[133] 4
Drapeau de la Suède Suède (Sverigetopplistan)[121] 38
Drapeau de la Suisse Suisse (Schweizer Hitparade)[122] 37

Certifications[modifier | modifier le code]

Pays Certification Ventes
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (BPI)[35] Disque d'argent Argent 200 000

Classements de fin d'année[modifier | modifier le code]

Classement (1994) Position
Drapeau de la France France (SNEP)[134] 48

Compléments[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lewis 1991, p. 87
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Feldman 2000, p. 190
  3. a, b et c (en) Priya Elan, « Girls Just Want To Sing-a-long », The Guardian,‎ 27 septembre 2008 (lire en ligne)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Gaby Alter, « Classic Tracks: Cyndi Lauper's "Girls Just Wanna Have Fun" », sur Mixonline.com,‎ 1er avril 2004 (consulté le 24 avril 2012)
  5. Lewis 1991, p. 95
  6. a et b (en) Sid Smith, « Rising young rock star justs want to have fun », The Spokesman-Review,‎ 19 avril 1984 (lire en ligne)
  7. a et b Frith 1993, p. 132
  8. a, b, c, d et e Lauper 2012
  9. a, b et c Digital Sheet Music – Cyndi Lauper – Girls Just Want to Have Fun
  10. (en) Deborah Solomon, « Girls Just Want to Sing Weill », The New York Times,‎ 16 avril 2006 (lire en ligne)
  11. Heisler 2004, p. 5
  12. Heisler 2004, p. 6
  13. (en) Kevin East, « Carousel Corner », Sensible Sound,‎ 20 juin 1987 (lire en ligne)
  14. (en) Sal Cinquemani, « Music Review: She's So Unusual », sur Slant Magazine,‎ 28 septembre 2003 (consulté le 14 juillet 2010)
  15. (en) Stephen Thomas Erlewine, « She's So Unusual – Overview », sur Allmusic (consulté le 14 juillet 2010)
  16. Gaar 2002, p. 264-265
  17. a, b et c Lewis 1991, p. 119
  18. (en) Jay Cocks, « Music: These Big Girls Don't Cry », Time,‎ 4 mars 1985 (lire en ligne)
  19. (en) Terry Atkinson, « Lauper: Dull Hues », Los Angeles Times,‎ 14 septembre 1986 (lire en ligne)
  20. (en) Susan Glen, « Cyndi Lauper: She's So Unusual », sur PopMatters (consulté le 24 avril 2012)
  21. (en) « 27th Annual Grammy Awards Final Nominations », Billboard, Nielsen Business Media, vol. 97, no 4,‎ 26 janvier 1985 (ISSN 0006-2510, lire en ligne)
  22. (en) « The Hot 100 – Week of December 17, 1983 », sur Billboard.com, Prometheus Global Media (consulté le 23 décembre 2013)
  23. (en) « The Hot 100 – Week of March 10, 1984 », sur Billboard.com, Prometheus Global Media (consulté le 13 juillet 2010)
  24. (en) « The Hot 100 – Week of June 2, 1984 », sur Billboard.com, Prometheus Global Media (consulté le 13 septembre 2010)
  25. (en) « Hot Dance/Club: Week ending of March 24, 1984 », sur Billboard.com, Prometheus Global Media (consulté le 13 juillet 2010)
  26. a, b, c et d (en) « RIAA – Gold & Platinum Searchable Database – Girls Just », Recording Industry Association of America (consulté le 23 décembre 2013)
  27. (en) Gary Trust, « Ke$ha 'Takes Off' with Fourth Top 10 from Debut Album », sur Billboard.com, Prometheus Global Media,‎ 3 septembre 2010 (consulté le 19 septembre 2010)
  28. (en) « Top Singles – Volume 39, No. 23, February 11 1984 », Library and Archives Canada (consulté le 13 juillet 2010)
  29. a et b (en) RPM Top Singles. RPM. Bibliothèque et Archives Canada. Consulté le 13 juillet 2010.
  30. (en) « Top Singles – Volume 40, No. 5, April 07 1984 », Library and Archives Canada (consulté le 13 juillet 2010)
  31. (en) « Top Singles – Volume 40, No. 17, June 30 1984 », Library and Archives Canada (consulté le 13 juillet 2010)
  32. a et b (en) « Gold Platinum Database », sur Musiccanada.com (consulté le 5 décembre 2013)
  33. a et b (en) « Top Singles – Volume 41, No. 17, January 05 1985 », Library and Archives Canada (consulté le 13 juillet 2010)
  34. (en) « Cyndi Lauper – Girls Just Want To Have Fun », sur Chartarchive.org (consulté le 13 juillet 2010)
  35. a, b et c (en) « Certified Awards », British Phonographic Industry (consulté le 13 juillet 2010)
  36. a, b et c David Kent, Australian Chart Book 1970-1992,‎ 1993 (ISBN 0-646-11917-6)
  37. a, b, c et d (en) « The Irish Charts – All there is to know », IRMA (consulté le 13 juillet 2010)
  38. a et b (en) Norwegiancharts.com – Cyndi Lauper – Girls Just Want To Have Fun. VG-lista. Hung Medien. Consulté le 14 juillet 2010.
  39. a et b (en) Charts.org.nz – Cyndi Lauper – Girls Just Want To Have Fun. RIANZ. Hung Medien. Consulté le 14 juillet 2010.
  40. a et b (de) Austrian-charts.com – Cyndi Lauper – Girls Just Want To Have Fun. Ö3 Austria Top 40. Hung Medien. Consulté le 14 juillet 2010.
  41. a et b (nl) Ultratop.be – Cyndi Lauper – Girls Just Want To Have Fun. Ultratop 50. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch. Consulté le 23 décembre 2013.
  42. a et b (it) « Girls Just Want to Have Fun », HitParadeItalia.it. Creative Commons (consulté le 6 décembre 2013)
  43. a et b (nl) Dutchcharts.nl – Cyndi Lauper – Girls Just Want To Have Fun. Single Top 100. Hung Medien. Consulté le 14 juillet 2010.
  44. a et b (en) Swedishcharts.com – Cyndi Lauper – Girls Just Want To Have Fun. Singles Top 60. Hung Medien. Consulté le 14 juillet 2010.
  45. a et b (de) Charts.de – Cyndi Lauper - Girls Just Want To Have Fun. GfK Entertainment. PhonoNet GmbH. Consulté le 13 juillet 2010.
  46. a et b (en) Swisscharts.com – Cyndi Lauper – Girls Just Want To Have Fun. Schweizer Hitparade. Hung Medien. Consulté le 14 juillet 2010.
  47. a et b « InfoDisc : Tous les Titres par Artiste », sur InfoDisc.fr,‎ 6 décembre 2013 (consulté le 6 décembre 2013)
  48. a et b « Les Singles en Or », sur InfoDisc.fr,‎ 23 décembre 2013 (consulté le 23 décembre 2013)
  49. Mitchell 2008, p. 390
  50. a, b et c Lewis 1991, p. 98
  51. (en) Faye Zuckerman, « Clip Makers Focus on Royalties », Billboard, Nielsen Business Media, vol. 97, no 9,‎ 2 mars 1985 (ISSN 0006-2510, lire en ligne)
  52. a et b (en) Jim Bessman, « How Clips Helped Break Cyndi », Billboard, Nielsen Business Media, vol. 10, no 10,‎ 9 mars 1985 (ISSN 0006-2510, lire en ligne)
  53. a, b, c et d (en) Frank Spotnitz, « Next Best Thing To Cyndi Lauper Is Her Image », Chicago Tribune,‎ 13 juin 1985 (lire en ligne)
  54. (en) David Frankel, « Funny Girl », New York Magazine, vol. 17, no 1,‎ 26 décembre 1983 (ISSN 0028-7369, lire en ligne)
  55. a, b, c et d Lewis 1991, p. 118
  56. Denisoff 1988, p. 314
  57. Batchelor 2007, p. 130
  58. Brown 1990, p. 93
  59. a et b (en) Jessica Letkemann, « The 10 Best '80s Music Videos: Poll Results », sur Billboard.com, Prometheus Global Media,‎ 1er août 2011 (consulté le 24 avril 2012)
  60. a et b (en) « Boys Just Want to Have Fun ! », Billboard, vol. 96, no 50,‎ 15 décembre 1984 (ISSN 0006-2510, lire en ligne)
  61. (en) Allan Johnson, « 100 greatest videos? It's debatable », Chicago Tribune,‎ 7 mai 2001 (lire en ligne)
  62. (en) John Rockwell, « Rock – Cyndi Lauper in a Homecoming Concert », The New York Times,‎ 7 septembre 1984 (lire en ligne)
  63. (en) Richard Cromelin, « Pop Review : Heartfelt Moments Of Live Lauper », Los Angeles Times,‎ 5 février 1987 (lire en ligne)
  64. (en) Lynn Van Matre, « Lauper Has Fun In Paris (in A Girdle) », sur Chicago Tribune,‎ 18 juin 1987 (consulté le 26 avril 2012)
  65. Cyndi Lauper (1987). Cyndi Lauper in Paris (VHS). 20th Century Fox.
  66. (en) Andrew Stephens, « A 'naughty child' at large », The Age,‎ 26 octobre 1989 (lire en ligne)
  67. (en) Andy Smith, « CONCERT REVIEW Lauper's true talents shine intermittently », Providence Journal,‎ 19 juin 1989 (lire en ligne)
  68. (en) Jon Pareles, « Review/Pop; Cyndi Lauper in Grown-Up Mode », The New York Times,‎ 28 mai 1993 (lire en ligne)
  69. (en) Jean Rosenbluth, « POP and JAZZ REVIEWS : Lauper Delivers for Her Fans », Los Angeles Times,‎ 7 juin 1993 (lire en ligne)
  70. Heisler 2004, p. 1
  71. Rodnitzky 1999, p. 77
  72. (en) Tina Benitez-Eves. « Nicki Minaj Is Shooting for the Stars for New Video » (version du 4 avril 2011 sur l'Internet Archive), 30 mars 2011 (consulté le 25 avril 2012)
  73. (1983). Crédits du single Girls Just Want to Have Fun par Cyndi Lauper. Portrait Records. (37-04120)
  74. (1983). Crédits du single Girls Just Want to Have Fun par Cyndi Lauper. Portrait Records. (37 04120)
  75. (1983). Crédits du single Girls Just Want to Have Fun par Cyndi Lauper. Portrait Records. (4R9-04971)
  76. (1983). Crédits du single Girls Just Want to Have Fun par Cyndi Lauper. Portrait Records. (12EXP 04971)
  77. (1983). Crédits du single Girls Just Want to Have Fun par Cyndi Lauper. Portrait Records. (PRTA 12-3943)
  78. (1983). Crédits du single Girls Just Want to Have Fun par Cyndi Lauper. Portrait Records. (A 3943)
  79. Cyndi Lauper (1984). Crédits de l'album She's So Unusual. Portrait Records
  80. (en) « South African Rock Lists Website SA Charts 1969 – 1989 Acts (L) », sur Rock.co.za (consulté le 23 décembre 2013)
  81. (nl) « Radio 2 Top 30 : 21 april 1984 », sur Top30-2.radio2.be, VRT (consulté le 13 juillet 2010)
  82. (en) « CHART NUMBER 1423 – Sunday, April 08, 1984 » (version du 29 juillet 2007 sur l'Internet Archive), CHUM (consulté le 23 décembre 2013)
  83. a, b, c et d (en) « Cyndi Lauper – Awards », sur Allmusic (consulté le 23 décembre 2013)
  84. (en) « CASH BOX Top 100 Singles – Week ending MARCH 17, 1984 » (version du 2 septembre 2012 sur l'Internet Archive), Cash Box (consulté le 23 décembre 2013)
  85. (en) « MusicSeek.info – UK, Eurochart, Billboard & Cashbox No.1 Hits » (version du 14 juin 2006 sur l'Internet Archive), sur MusicSeek.info (consulté le 24 novembre 2014)
  86. a et b (ja) « Japan #1 IMPORT DISKS by Oricon Hot Singles », Oricon. 18.ocn.ne.jp (consulté le 24 novembre 2014)
  87. (nl) Nederlandse Top 40 – Cyndi Lauper - Girls Just Want To Have Fun search results. Nederlandse Top 40. Stichting Nederlandse Top 40. Consulté le 23 décembre 2013.
  88. (en) Archive Chart. UK Singles Chart. The Official Charts Company. Consulté le 23 décembre 2013.
  89. Lescharts.com – Cyndi Lauper – Girls Just Want To Have Fun. SNEP. Hung Medien. Consulté le 23 décembre 2013.
  90. (de) « Jahreshitparade 1984 », Austriancharts.at. Hung Medien (consulté le 23 septembre 2010)
  91. (nl) « Jaaroverzichten 1984 », Ultratop.be. Hung Medien (consulté le 23 décembre 2013)
  92. (en) « Billboard Top 100 – 1984 », sur The Longbored Surfer (consulté le 23 décembre 2013)
  93. (en) « The CASH BOX Year-End Charts: 1984 » (version du 30 septembre 2012 sur l'Internet Archive). Cash Box (consulté le 23 décembre 2013)
  94. (en) « Top Dance Singles/Albums », Billboard, Nielsen Business Media, vol. 96, no 51,‎ 22 décembre 1984 (ISSN 0006-2510, lire en ligne)
  95. (it) « I singoli più venduti del 1984 », HitParadeItalia.it. Creative Commons (consulté le 23 décembre 2013)
  96. (nl) [PDF] (nl) « Single Top 100 over 1984 » [PDF], Nederlandse Top 40 (consulté le 23 décembre 2013)
  97. (nl) « Jaaroverzichten – Single 1984 », Dutchcharts.nl. Hung Medien (consulté le 24 avril 2012)
  98. (en) Eugene Chadbourne, « Dare to Be Stupid – Overview », sur Allmusic (consulté le 23 décembre 2013)
  99. (en) « Greg Laswell: on the mend, for all to hear », sur Elbo.ws,‎ 7 mars 2007 (consulté le 25 avril 2012)
  100. (en) « Emilie Autumn – Girls Just Wanna Have Fun & Bohemian Rhapsody », sur Allmusic (consulté le 15 mars 2011)
  101. (en) Tim Hewage, « Sonique Marks All-Clear With Charity Single », sur Sky News (consulté le 25 avril 2012)
  102. « Shaggy et Eve reprennent le titre "Girls Just Wanna Have Fun" », sur ChartsinFrance.net,‎ 16 août 2012 (consulté le 5 septembre 2014)
  103. « Shaggy revient plus reggae que jamais avec Ne-Yo sur le single "You Girl" », sur Yahoo! Actualités,‎ 23 août 2013 (consulté le 5 septembre 2014)
  104. (en) Stephen Thomas Erlewine, « Cindy Lauper – She's So Unusual: A 30th Anniversary Celebration [Deluxe Edition] [Boxset] », sur Allmusic (consulté le 5 septembre 2014)
  105. (en) « Clueless (1995) – Soundtracks », Internet Movie Database (consulté le 1er octobre 2010)
  106. (en) « Girls Just Want to Have Fun (1985) – Soundtracks », Internet Movie Database (consulté le 25 avril 2012)
  107. (en) « Daria (TV Series) – Legends of the Mall (2000) », Internet Movie Database (consulté le 25 avril 2012)
  108. (en) « Bones (TV Series) – The Wannabe in the Weeds (2008) », Internet Movie Database (consulté le 25 avril 2012)
  109. (en) Todd Everett, « The Simpsons Maggie's First Word », Variety,‎ 6 décembre 1992 (lire en ligne)
  110. (en) Erica Futterman, « 'Glee' Recap: 'I Kissed a Girl' and It Was Just OK », Rolling Stone,‎ 30 novembre 2011 (lire en ligne)
  111. (en) Paul Grein, « Week Ending Dec. 4, 2011. Songs: Katy Goes On Sale », sur Yahoo! Music,‎ 7 décembre 2011 (consulté le 25 avril 2012)
  112. a, b et c (en) Jim Bessman, « Lauper Rejuvenates Career With "Cyn"-ful Epic Anthology », Billboard, vol. 107, no 23,‎ 10 juin 1995 (ISSN 0006-2510, "rejuvenates" lire en ligne)
  113. (en) Sis Smith, « King of a Drag (Queen) Female Impersonators Are Flashly And Brassy And, Thanks to 'Wong Foo', The Ladies of the Hour », Chicago Tribune,‎ 14 septembre 1995 (lire en ligne)
  114. Heisler 2004, p. 11
  115. (en) Barry Walters, « Music : LaBelle Epoch », The Advocate, no 80,‎ 19 septembre 1995 (ISSN 0001-8696, lire en ligne)
  116. (en) Stephen Thomas Erlewine, « Cyndi Lauper – Twelve Deadly Cyns ... and then Some », sur Allmusic (consulté le 25 avril 2012)
  117. (en) « Hey Now (Girls Just Want to Have Fun) – Cyndi Lauper » (version du 13 septembre 2011 sur l'Internet Archive), sur Billboard.com. Prometheus Global Media (consulté le 17 novembre 2010)
  118. (en) « Cyndi Lauper – (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun », sur Chartarchive.org (consulté le 25 avril 2012)
  119. a et b Lescharts.com – Cyndi Lauper – {Hey Now} Girls Just Want To Have Fun. SNEP. Hung Medien. Consulté le 25 avril 2012.
  120. a et b (en) Charts.org.nz – Cyndi Lauper – {Hey Now} Girls Just Want To Have Fun. RIANZ. Hung Medien. Consulté le 25 avril 2012.
  121. a et b (en) Swedishcharts.com – Cyndi Lauper – {Hey Now} Girls Just Want To Have Fun. Singles Top 60. Hung Medien. Consulté le 25 avril 2012.
  122. a et b (en) Swisscharts.com – Cyndi Lauper – {Hey Now} Girls Just Want To Have Fun. Schweizer Hitparade. Hung Medien. Consulté le 25 avril 2012.
  123. (en) Gina van der Vliet, « Loyal Pals, Moxie Pay Off For Production Pioneer », Billboard, vol. 109, no 6,‎ 8 février 1997 (ISSN 0006-2510, lire en ligne)
  124. a et b Heisler 2004, p. 12
  125. (1994). Crédits du single (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun par Cyndi Lauper. Epic Records. (49K 77968)
  126. (1994). Crédits du single (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun par Cyndi Lauper. Epic Records. (ESCA-6044)
  127. (1994). Crédits du single (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun par Cyndi Lauper. Epic Records. (660807 6)
  128. (1994). Crédits du single (Hey Now) Girls Just Want to Have Fun par Cyndi Lauper. Epic Records. (EPC 660681 1)
  129. Cyndi Lauper (1994). Crédits de l'album Twelve Deadly Cyns. Epic Records
  130. (de) Charts.de – Cyndi Lauper - {Hey Now} Girls Just Want To Have Fun. GfK Entertainment. PhonoNet GmbH. Consulté le 6 décembre 2013.
  131. (nl) Ultratop.be – Cyndi Lauper – {Hey Now} Girls Just Want To Have Fun. Ultratop 50. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch. Consulté le 6 décembre 2013.
  132. (pl) « HEY NOW (GIRLS JUST WANNA TO HAVE FUN) – Cyndi Lauper », LP3 (consulté le 23 décembre 2013)
  133. (en) Archive Chart. UK Singles Chart. The Official Charts Company. Consulté le 23 décembre 2013.
  134. (en) « Classement Singles - année 1994 » (version du 24 décembre 2013 sur l'Internet Archive). Syndicat national de l'édition phonographique (consulté le 23 décembre 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Bob Batchelor et Scott Stoddart, The 1980s, Greenwood Publishing Group,‎ 2007 (ISBN 0-313-33000-X) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Mary Ellen Brown, Television and women's culture: the politics of the popular, SAGE,‎ 1990 (ISBN 0-803-98229-1) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) R. Serge Denisoff, Inside MTV, Transaction Publishers,‎ 1988 (ISBN 0-887-38864-7) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Christopher Feldman, Billboard book of number 2 singles, Watson-Guptill,‎ 2000 (ISBN 0-823-07695-4) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Simon Frith, Andrew Goodwin et Lawrence Grossberg, Sound and vision: the music video reader, Routledge,‎ 1993 (ISBN 0-415-09431-3) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Gillian G. Gaar, She's a rebel: the history of women in rock & roll, Seal Press,‎ 2002 (ISBN 1-58005-078-6) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Wayne Heisler Jr., « What Fun ? Whose Fun? Cyndi Lauper (Re)Covers "Girls Just Want to Have Fun" », Echo, vol. 6, no 1,‎ 2004 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Cyndi Lauper, Cyndi Lauper: A Memoir, Simon and Schuster,‎ 2012 (ISBN 1-471-11427-9) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Lisa A. Lewis, Gender Politics and MTV: Voicing the Difference, Temple University Press,‎ 1991 (ISBN 0-877-22942-2) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Jacqueline Reid-Walsh et Claudia Mitchell, Girl Culture: Studying girl culture : a readers' guide Volume 1, An Encyclopedia, ABC-CLIO,‎ 2008 (ISBN 0-313-33909-0) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Jerome L. Rodnitzky, Feminist Phoenix: the rise and fall of a feminist counterculture, Greenwood Publishing Group,‎ 1999 (ISBN 0-275-96575-9) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Liens externes[modifier | modifier le code]