Giovanni Lanfranco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Libération de saint Pierre (vers 1620-1621), Birmingham Museum of Art, Birmingham (Alabama)
Norandino et Lucina découverts par l'ogre (1624), Rome, Galerie Borghèse.

Giovanni Lanfranco (Parme, 26 janvier 1582 - Rome, 30 novembre 1647) est un peintre italien baroque de l'école de Parme, qui a été autant actif à Parme, Rome et Naples et dont on a retenu la maîtrise des jeux de lumière et son « perspectivisme aérien[1]. »

Biographie[modifier | modifier le code]

Giovanni Lanfranco est d'abord l'apprenti d’Augustin Carrache, à qui Ranuce Ier Farnèse a passé commande pour la réalisation de la peinture des plafonds du palais ducal de Parme. À la mort d'Augustin Carrache, il part à Rome et intègre l'atelier d'Annibal Carrache. Il travaille sans doute sur la célèbre fresque mythologique de la galerie du Palais Farnèse avec le Dominiquin et Sisto Badalocchio, appelés à Rome par Annibal Carrache. Son nouveau maître étant mort, il retourne à Parme pour deux ans où il domine l'art de la peinture. Là, il assiste Bartolomeo Schedoni et peint le retable du maître-autel pour l'église d'Ognissanti. Il peint également à Orvieto, Vallerano, Leonessa et Fermo.

Il retourne à Rome vers 1612-1615 où il évolue vers une peinture plus baroque, s'éloignant ainsi du classicisme du Dominiquin avec lequel il rentre en compétition les décennies suivantes. Lanfranco remporte notamment la commande de la fresque décorant la coupole de l'église Sant'Andrea della Valle tandis que son rival bolonais le Dominquin est chargé des fresques ornant les pendentifs de la coupole. Lanfranco y peint une somptueuse Assomption de la Vierge (1625-1627) qui s'inspire des voûtes illusionnistes peintes par le Corrège au siècle précédent (notamment de sa fresque de même sujet pour la coupole de la cathédrale de Parme) et rompt ainsi avec la tradition classique de décoration des voûtes et plafonds romains : il crée un espace organique en peignant des groupes compacts de personnages, disposés par grappes et qui forment un mouvement concentrique ascensionnel, en spirale jusqu'au sommet du dôme, le tout étant uni par un chromatisme doré. Ce modèle illusionniste jouant avec la forme concave de la coupole sera fréquemment repris dans la décoration des dômes au XVIIe siècle comme, par exemple, par Pierre Mignard à l'église du Val-de-Grâce à Paris.

En 1631, Lanfranco, reconnu comme l'un des plus grands peintres du moment, est nommé Principe (Prince) de l'Accademia di San Luca. De 1634 à 1646, il est à Naples. Dans celle qui est alors la plus grande ville d'Italie, précédé par sa réputation, il est chargé de grandes décorations à fresque dans les principales églises de la cité. Il entreprend les décorations de la coupole de l'église jésuite Gesù Nuovo (1634-1637) puis s'attelle aux fresques de la nef de la Chartreuse de San Martino (1637-1638) puis à la décoration, toujours à fresque, de la nef de l'église des Santi Apostoli (1638-1646) ainsi que de la coupole de la chapelle royale San Gennaro de la cathédrale (1641-1643), chantier prestigieux où il collabore à nouveau avec le Dominiquin. Le décor qu'il réalisa pour l'église de l'Annunziata a été perdu suite à l'incendie qui provoqua l'écroulement d'une grande partie de l'église au XVIIIe siècle. Lanfranco rentre à Rome en 1646 et trouve encore le temps de réaliser des fresques pour l'Église San Carlo ai Catinari avant de mourir dans la cité papale en 1647.

Hommages[modifier | modifier le code]

Giovanni Lanfranco est évoqué par le poète et essayiste Yves Bonnefoy dans Rome, 1630, Flammarion, 1970, réédité et augmenté en 1994.

Œuvres[modifier | modifier le code]


Dans les musées[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marisa Dalai Emiliani, professeur de l'histoire de la critique d'art à l'université de Milan

Liens externes[modifier | modifier le code]