Giovanni Girolamo Morone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morone (homonymie).
Giovanni Girolamo Morone
Image illustrative de l'article Giovanni Girolamo Morone
Giovanni Morone
Biographie
Naissance 25 janvier 1509
à Milan Drapeau de l'Italie Italie
Ordination sacerdotale 12 janvier 1533
Décès 1er décembre 1580 (à 71 ans)
à Rome Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
2 juin 1542 par le
pape Paul III
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de S. Vitale
Cardinal-prêtre de S. Stefano in Monte Celio
Cardinal-prêtre de S. Lorenzo in Lucina
Cardinal-prêtre de S. Maria in Trastevere
Cardinal-évêque d'Albano
Cardinal-évêque de Sabina
Cardinal-évêque de Palestrina
Cardinal-évêque de Frascati
Cardinal-évêque de Porto e Santa Rufina
Cardinal-évêque d'Ostia e Velletri
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 12 janvier 1533
Fonctions épiscopales Évêque de Modène
Camerlingue du Collège des cardinaux
Évêque de Novare
Doyen du Collège des cardinaux

Giovanni Girolamo Morone (né à Milan le 25 janvier 1509, et mort à Rome le 1er décembre 1580) est un cardinal italien du XVIe siècle.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Giovanni Morone naquit le 25 janvier 1509 à Milan où son père, le comte Girolamo Morone (mort en 1529), était grand chancelier[1]. Ce dernier, après avoir été emprisonné pour s'être opposé aux atteintes de Charles-Quint contre les libertés de Milan (par la suite il fut un chaud partisan de l'empereur), se retira à Modène, où son plus jeune fils reçut la plus grande partie de sa première éducation. À Padoue par la suite, Giovanni étudia le droit avec succès. En récompense d'un service important rendu par son père, il fut à l'âge de 20 ans nommé au siège de Modène par le pape Clément VII le 7 avril 1529[2]. Girolamo Morone avait été l'un des commissaires qui avaient négocié les termes de la libération du pape emprisonné au Château Saint-Ange lors du sac de Rome en 1527. Giovanni était trop jeune de sept ans pour être consacré évêque, et de plus sa nomination était contestée par le futur cardinal Hippolyte II d'Este, fils du duc de Ferrare, qui prétendait que le pape lui avait promis le siège de Modène et un cardinalat dans un traité du 14 novembre 1528[3]. Au bout du compte on désintéressa d'Este en lui versant une pension annuelle et Giovanni Morone fut finalement ordonné prêtre et consacré évêque le 12 janvier 1533.

À partir de 1535, le pape Paul III lui confia à plusieurs reprises des missions diplomatiques : il fut d'abord envoyé en France auprès du roi François Ier pour tenter un arrangement pacifique avec l'empereur[4] ; il fut ensuite envoyé comme nonce en 1536 auprès de Ferdinand Ier du Saint-Empire, puis en 1539-1540 à Haguenau et à Worms, régions qu'on essayait de récupérer pour l'Eglise catholique[5]. Morone fut légat à la diète de Spire (1542)[6] après s'être opposé avec succès au transfert de la diète à Haguenau où sévissait la peste (1540). Le 31 mai 1542, il fut créé cardinal-prêtre, et le 16 octobre 1542 on lui attribua le titulus de San Vitale[7]. Il fut en outre nommé protecteur de l'Angleterre, de la Hongrie, de l'Autriche, de l'Ordre de saint Benoît, de l'Ordre cistercien et de l'Ordre des frères prêcheurs (les Dominicains), ainsi que de la Santa Casa de Lorette[8]. Avec les cardinaux Pier Paolo Parisio et Reginald Pole, il fut délégué pour ouvrir le Concile de Trente (1er novembre 1542-6 juillet 1543), le choix de ce lieu de réunion ayant été une concession à sa diplomatie. Les légats arrivèrent le 22 novembre, mais aucun concile ne s'assembla ; les procédures furent suspendues et reportées à 1545. Il fut nommé à la place légat du pape à Bologne, du 2 avril 1544 au 13 juillet 1548. Son vice-légat était Giannangelo de Médicis, le futur pape Pie IV. Le 25 février 1549, il opta pour le titre cardinalice de San Stefano in Monte Celio (San Stefano Rotondo)[9]. La mort de Paul III le 10 novembre 1549, le priva d'un ami sûr.

Il participa au conclave de 1549, où son ami Reginald Pole qui présidait avec lui le Concile de Trente fut à deux doigts d'être élu pape[10].

Mgr Morone est créé cardinal par le pape Paul III lors du consistoire du 2 juin 1542. Il est camerlingue du Collège des cardinaux entre 1549 et 1551. Le cardinal Morone résigne du gouvernement du diocèse de Modène et devient évêque de Novare de 1552 à 1560. Il exerce plusieurs fonctions comme légat et nonce, notamment en France, à Milan, auprès de Ferdinand Ier et Charles Quint, au diète de Spire de 1542 et au diète de Ratisbonne en 1574.

Le pape Paul IV le fait emprisonner à cause d'hérésie luthérienne en 1557. Après une enquête menée par le cardinal Michele Ghisleri, le futur pape Pie V, Morone est déclaré innocent et est restauré dans ses fonctions. Comme le pape refuse de s'excuser en public, Morone reste au prison jusqu'à la mort de Paul IV. Il est de nouveau évêque de Modène de 1564 à 1571. Morone est vice-doyen et doyen du Collège des cardinaux.

Le cardinal Morone participe au conclave de 1549-1550 lors duquel Jules III est élu, aux deux conclaves de 1550 (élection de Marcel II et de Paul IV), au conclave de 1559 (élection de Pie IV), de 1565-1566 (élection de Pie V), lors duquel Morone lui-même est presque pape, et au conclave de 1572 (élection de Grégoire XII).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Girolamo Rossi, Vita di Girolamo Morone (Oneglia, 1865). Carlo Gioda, Girolamo Morone e i suoi tempi: studio storico (Milano: Paravia 1887)..
  2. Giuseppe Cappelletti, Le chiese d'Italia Volume 15 (Venise 1859), 287. Frédéric Sclopis, Le cardinal Jean Morone (Paris 1869), 2. On trouve parfois la date de 1527, comme chez Nicola Bernabei, Vita del Cardinale Giovanni Morone Vescovo di Modena (Modène 1885), 3. Mais c'est une erreur. Le cardinal Ercole Rangoni a été évêque de Modène du 12 septembre 1520, jusqu'à sa mort au Château Saint-Ange le 25 août 1527, pendant le siège. Son successeur fut le cardinal Piero Gonzaga le 21 novembre 1527, et il mourut le 28 janvier 1529.
  3. Lorenzo Cardella, Memorie storiche de' cardinali della Santa Romana Chiesa Tome IV (Rome 1793), 240.
  4. Cardella, 240-241.
  5. Franz Dittrich (editor), Nuntiaturberichte Giovanni Morones vom deutschen Königshofe 1539. 1540. (Paderborn 1892).
  6. Frédéric Sclopis, Le cardinal Jean Morone , 5-9.
  7. Cardinaux-prêtres du titulus de San Vitale.
  8. Cardella, 242.
  9. Cardinaux-prêtres du titulus de San Stefano.
  10. Conclave de 1549.

Voir aussi[modifier | modifier le code]