Giovanni Battista Piazzetta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autoportrait (vers 1730)

Giovanni Battista Piazzetta ou Gian Battista Piazzetta (Venise, 13 février 1683 – Venise, 29 avril 1754) est un peintre italien de l'école vénitienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Assomption de Marie, 1735, Musée du Louvre, Paris.

Après un premier apprentissage à l'atelier de son père Giacomo Piazzetta, sculpteur et graveur sur bois, il passe à l'atelier du peintre Antonio Molinari en 1697.

Crédité du courant naturaliste vénitien de la fin du XVIIs siècle, avec Antonio Molinari et Antonio Zanchi, il étudie aussi la peinture bolonaise de Giuseppe Maria Crespi, du clair-obscur au chaud luminisme, ce qui lui permet, revenant à Venise vers 1705, de rejoindre le nouveau goût chromatique, avec l'utilisation de couleurs foncées et de contrastes marqués entre l'ombre et la lumière.

Vers 1711, il s'inscrit à la guilde des peintres. En 1718, il est un peintre bien établi, grâce notamment au soutien du mécène Zaccaria Sagredo. Sa notoriété, qui maintenant avait dépassé les frontières vénitiennes, atteint son sommet en 1727 quand il est élu membre de l'Accademia Clementina de Bologne. Son style empreint de douceur et de clair-obscur influence nombre de peintes vénitiens, notamment le jeune Tiepolo.

En reconnaissance de ses mérites et de ses qualités didactiques reconnues, il est nommé vers 1750 directeur de l'école du Nu (Scuola di Nudo) de l'Académie des beaux-arts de Venise, fondée par le Sénat la même année.

Il meurt le 29 avril 1754 dans sa maison au ponte dei Saloni a San Gregorio.

Domenico Maggiotto (1713-1794) fut son élève et collaborateur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]


Sources[modifier | modifier le code]

  • (it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Giovanni Battista Piazzetta » (voir la liste des auteurs)
  • Hilliard T. Goldfarb, « Et toujours les dons majeurs de la collection Hornstein : trois œuvres majeures vénitiennes », Revue M du musée des beaux-arts de Montréal,‎ automne 2013, p. 15 (ISSN 1715-4820)