Giovanni Angelo Becciu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giovanni Angelo Becciu
Biographie
Naissance 2 juin 1948 (66 ans)
à Pattada (Italie)
Ordination sacerdotale 27 août 1972 par
Mgr Francesco Cogoni
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 1er décembre 2001 par le
card. Angelo Sodano
Substitut pour les Affaires Générales de la secrétairerie d'État
Depuis le 10 mai 2011
Précédent Fernando Filoni
Nonce apostolique à Cuba
23 juillet 2009 – 10 mai 2011
Nonce apostolique en Angola
15 octobre 2001 – 23 juillet 2009

Blason
« Duc in altum »
« Avance en eau profonde » Lc 5,4
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Giovanni Angelo Becciu, né le 2 juin 1948 à Pattada (Italie), est un archevêque italien. Il est substitut pour les Affaires Générales de la secrétairerie d’État du Saint-Siège, depuis le 10 mai 2011. Il est ainsi "numéro deux" du premier et plus important dicastère de la Curie romaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Ordonné prêtre pour le diocèse d'Ozieri en Italie le 27 août 1972, Mgr Becciu a poursuivi sa formation à l'Académie pontificale ecclésiastique. Il fait son entrée au service diplomatique du Saint-Siège le 1er mai 1984. Il parle français, anglais, espagnol et portugais.

Diplomate[modifier | modifier le code]

Il a été au service des nonciatures apostoliques en République centrafricaine, Soudan, Nouvelle-Zélande, Liberia, Royaume-Uni, France, États-Unis.

Le 15 octobre 2001, le pape Jean-Paul II le nomme nonce apostolique en Angola. Le 1er décembre 2001, il est consacré évêque par le cardinal Angelo Sodano, qui est alors secrétaire d'État. Le 23 juillet 2009, le pape Benoît XVI le nomme nonce apostolique à Cuba.

Substitut pour les Affaires générales[modifier | modifier le code]

Le 10 mai 2011, le pape Benoît XVI le nomme substitut pour les Affaires générales de la secrétairerie d’État. Il remplace à ce poste, Fernando Filoni nommé le même jour préfet de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples.

Comme substitut pour les Affaires générales, il est un personnage central de la Curie romaine : "Avec le préfet de la Maison pontificale, il est l'intermédiaire habituel entre le Saint-Père et ceux qui désirent s'adresser à lui. […] Responsable du chiffre et des passeports […] Les distinctions honorifiques sont aussi de son ressort. […] En cas de vacance du siège apostolique, il dirige la secrétairerie d’État et doit en répondre devant le Sacré Collège des cardinaux[1]."

Le 31 août 2013, il est confirmé en même temps que les autres supérieurs de la Secrétairerie d'État dans ses fonctions de substitut pour les affaires généralesale par le pape François[2], le secrétaire d'État étant remplacé par Mgr Pietro Parolin[3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Poupard, Le Vatican, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? »,‎ 1981, 1e éd., 125 p. (ISBN 2-13-0368794), p. 55-56
  2. (it) Salle de presse du Saint-Siège, « Conferma dei superiori segreteria di stato e della casa pontificia », sur press.vatican.va,‎ 31 août 2013 (consulté le 15 août 2014)
  3. AFP, « Le pape François remplace son numéro deux controversé au Vatican », sur press.vatican.va,‎ 31 août 2013 (consulté le 15 août 2014)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]