Ginchy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ginchy
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Combles
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Combles
Maire
Mandat
Jean-Marc Delmotte
2014-2020
Code postal 80360
Code commune 80378
Démographie
Population
municipale
66 hab. (2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 01′ 27″ N 2° 50′ 00″ E / 50.0242, 2.833350° 01′ 27″ Nord 2° 50′ 00″ Est / 50.0242, 2.8333  
Altitude Min. 85 m – Max. 157 m
Superficie 5,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ginchy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ginchy

Ginchy est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Ginchy est située à l'extrémité nord-est du département de la Somme à la limite du Pas-de-Calais. Elle est distante de la ville d'Albert, d'une quinzaine de kilomètres.

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sol et le sous-sol de la commune sont de formation tertiaire et quaternaire ou l'argile domine[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Au nord de la communes, on rencontre une série d'ondulations qui appartiennent aux collines de l'Artois bordant un plateau au sud sur lequel a été bâti le village de Ginchy. Le point culminant de la commune se trouve au lieu-dit Le Télégraphe à 156 m d'altitude où se trouvait jadis un relai du télégraphe de Chappe.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de cours d'eau sur le territoire communal, on y trouve quelques sources et une nappe phréatique en sous-sol.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Ginchy est tempéré océanique avec vents dominants d'ouest et de nord-ouest.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune de Ginchy possède un habitat groupé le long de la route qui mène à Flers et à Lesbœufs. Il n'y a ni hameau ni ferme isolée sur le territoire communal.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Ginchy
Flers et Gueudecourt Lesbœufs
Longueval Ginchy Morval
Guillemont Hardecourt-aux-Bois Combles

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve plusieurs formes pour désigner Ginchy dans les textes anciens: Genciacum, Genci qui signifieraient "habitat de vassaux" du latin gens et ignis (habitat).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Ginchy était compris dans l'ancienne forêt d'Arrouaise. Ce fut un fief des châtelains de Péronne qui l'aliénèrent à l'abbaye d'Arrouaise, à l' abbaye du Mont Saint-Quentin et au prieuré de Lihons-en-Santerre.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les habitants connurent une période de misère du fait des invasions espagnoles, du petit âge glaciaire et de la famine de 1709. Cependant, l'église du village fut reconstruite en 1770.

Deux jeunes gens du villages combattirent dans les armées de Napoléon : l'un mourut en Espagne en 1809, l'autre en Allemagne en 1813.

  • 1849 : Comme dans toutes les communes de France, la population masculine majeure put, pour la première fois, aller voter grâce à l'instauration du suffrage universel.
Voici la répartition (en nombre) de quelques patronymes des électeurs :

DELATTRE, 1
MAQUET, 1

(saisie non exhaustive !)

.

La population souffrit de l'occupation prussienne de 1870-1871.

La commune de Ginchy fut le théâtre de violents combats de la Première Guerre mondiale, pendant la Bataille de la Somme. Le village fut totalement anéanti.

Article détaillé : Bataille de Ginchy.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Marie-Geneviève Desailloud[2]    
2014[3] en cours
(au 6 mai 2014)
Jean-Marc Delmotte    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 66 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
196 229 246 213 213 225 206 200 217
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
209 201 195 205 199 205 203 194 203
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
190 187 187 91 92 88 100 88 94
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
89 86 69 64 60 56 64 66 66
2011 - - - - - - - -
66 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice géographique et historique sur la commune de Ginchy, rédigée M. Becquet, instituteur, 199?, Archives départementales de la Somme
  2. Réélue pour le mandat 2008-2014 : « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 31 août 2008)
  3. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011