Gillet Automobiles (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gillet (entreprise))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gillet.

Gillet est un petit constructeur automobile artisanal belge, fondé par le Namurois Tony Gillet. La gamme se compose d'un modèle unique : la Vertigo, une GT originale.

Historique de la société[modifier | modifier le code]

Derrière le projet Vertigo se cache l'ambition d'un homme: Tony Gillet. En tant que pilote en compétition automobile, la première partie de sa carrière, il fut à la recherche de la perfection. Champion de Belgique de course de côte pour plusieurs années consécutives [1], préparateur et participant à deux rallyes Paris-Dakar, il arriva dans l'industrie automobile en 1982 lorsqu'il devint l'importateur belge pour Donkervoort (une réplique hollandaise de Lotus Super Seven). Il battit le record du monde d'accélération de 0 à 100 km/h en 3.85 secondes en janvier 1990 sur une Donkervoort modifiée[2].

Le premier prototype Vertigo, achevé en 1991, fut révélé au 71ème Salon automobile de Bruxelles. Les deux années qui suivirent furent employées à la finalisation du projet pour la production et le processus d'homologation européenne pendant que le prototype parcourait les salons automobiles (Paris '93, Genève '93). Cela nécessita la construction de deux véhicules supplémentaires : le deuxième prototype, qui représentait la version finale prête pour la commercialisation, et une première voiture de production, qui servit à tous les aspects de l'homologation, incluant le crash-test frontal et les tests de résistance d'ancrage des sièges et des ceintures de sécurité. La Vertigo passa toutes ces épreuves avec succès.

1993 crashtest

La Vertigo de production différait du premier prototype en plusieurs points. Premièrement, le châssis était maintenant constitué de fibres de carbone et de matériau nid d'abeille (une technologie directement empruntée à la Formule 1), assurant dès lors une plus grande rigidité et une plus grande résistance, tout en étant plus léger (58 kg pour le châssis nu). Deuxièmement, le design fut modifié pour être plus fluide, avec des vitres latérales plus hautes et des phares avant escamotables, le résultat ne fut que plus proche des dessins originaux du designer, Charles van den Bosch. La Vertigo de production fut dévoilée au 72ème Salon Automobile de Bruxelles en janvier 1994[réf. nécessaire]. Cette même année vit la réalisation de plusieurs étapes: les premières voitures furent vendues, une nouvelle infrastructure de production fut construite dans la région de Namur-Gembloux et le record du monde d'accélération de 0 à 100 km/h fut encore battu[réf. nécessaire], cette fois avec une Vertigo légèrement préparée, en 3.266 secondes. La voiture fut également présentée au Roi Albert II.[réf. nécessaire]

1994 record

Une Vertigo fut vendue à Philippe Streiff[réf. nécessaire], un ancien pilote de Formule 1, handicapé par un accident durant la préparation du Grand Prix du Brésil en 1989. Spécialement adaptée, à l'aide d'un joystick de commande et une transmission automatique, elle fut présentée à Bercy (Paris) en décembre 1994.

Le contexte était propice pour une nouvelle étape: être présents au Salon Automobile de Détroit en janvier 1995, posant là un premier pas vers le marché américain. Ce ne fut pas sans conséquences: une couverture médiatique de plus de 30 télévisions nationales et internationales[réf. nécessaire] et un bon accueil de la part du public américain. Ce premier pas fut concrétisé lorsqu'une Vertigo fut envoyée en avril à Eric Bachelart, pilote belge dans le championnat US IndyCar, pour l'entièreté de sa saison de course, participant ainsi à la promotion de la voiture à chaque événement.

Pendant ce temps en Belgique, la Vertigo était choisie pour être pace-car pour chaque course du championnat de ProCar en 1995.

Au Grand Prix de Monaco de Formule 1, la Vertigo provoqua assez d'enthousiasme pour que Son Altesse le Prince Albert de Monaco demande un essai personnel d'un tour sur le circuit renommé.

Johnny Hallyday prit livraison d'une Vertigo qu’il utilisa pour lancer son spectacle de Bercy.[réf. nécessaire]

Fin 1995, les Automobiles Gillet furent sollicitées pour développer une Vertigo de compétition afin de participer au Championnat de Monde Grand Tourisme "BPR". Un peu plus tard, une nouvelle carrosserie fut dessinée, créée, et exposée au Salon de Bruxelles en janvier 96. La première Vertigo de compétition, équipée d'un moteur R.A.S., célèbre motoriste de la région carolorégienne[réf. nécessaire], fut prête début mars 96.


Également en mars 96, la décision de diversifier les activités fût prise. C'est ainsi que l'on décida d’utiliser les installations existantes et la main-d'oeuvre spécialisée en matériaux composites, afin de développer et construire toute pièce en carbone depuis le design, en passant par la construction en séries, jusqu’à la conception du prototype. En quelques mois nous avons ainsi eu de nombreux[réf. nécessaire] clients, principalement issus du monde de la compétition automobile ou moto.[réf. nécessaire]

Et depuis fin 1996, les Automobiles Gillet ne se limitent plus exclusivement[réf. nécessaire] au domaine automobile. La société a en effet décidé d’élargir ses horizons en réalisant des pièces en carbone "design" (Exemple : boîtiers de radars, mobilier de bureau...).

L’année 1997 a quant à elle été marquée par la création d’un nouveau modèle avec toits papillons.

1998 fut, en quelque sorte, un millésime pour la Vertigo qui s’est vu offrir un nouveau coeur: le moteur V6 3 litres 24 soupapes du constructeur italien Alfa Romeo.

Et à l’aube de 1999, les Automobiles Gillet se sont aliées, en Belcar, au team MRS Leuven, pour, ensemble, mettre en valeur la qualité de la technique belge en sport automobile.

Après avoir réalisé la bulle de la Mercedes pour le mariage de Philippe et Mathilde, Les Automobiles Gillet se sont attaqués à un nouveau défi en 2000 ; la construction d’un tout nouveau modèle de La Gillet Vertigo.

L’année 2001 fut marquée par l’introduction dans le championnat Belcar du tout nouveau modèle Vertigo : La Gillet Vertigo Streiff.

Début 2002, présentation du modèle de route au salon de Bruxelles.

Le team Belgian Racing participe pour la première fois à une course FIA internationale (hors 24 Heures de Francorchamps). Celle-ci a lieu au Bahrein en novembre 2004. Résultat : second en GT2. Suite à cette participation la Vertigo sera homologuée pour le championnat du monde FIA 2005.[réf. nécessaire]

A l’European motor show de Bruxelles en janvier 2008, la Vertigo.5 est présentée au public et un nouveau moteur Maserati V8 équipe dorénavant la Vertigo de course. La Vertigo est sacrée championne en Fia-GT G2 pour la troisième année consécutive.[réf. nécessaire] L'année 2008 vient donc s'ajouter à la 2007 et la 2006 dans un palmarès déjà bien rempli.


En 2009, Les Automobiles Gillet reçoivent une commande inhabituelle; il s'agit d'adapter la carrosserie du nouveau modèle TZ3 dessinée par le célèbre designer Zagato sur un châssis roulant de Vertigo de course. La voiture sera livrée en avril 2010 et gagne le 1er prix au concours d'élégance de la Villa d'Este. [réf. nécessaire]

En 2010, la Vertigo.5 de route reçoit également le bloc Maserati V8 4.2l de 420ch et s’appellera Vertigo.5 Spirit. Un nouveau modèle à créer sur le châssis de la Vertigo est développé en 2011, la VDS. Elle existera en modèle de route et modèle de course. Celle de course participe aux 24h de Dubaï des janvier 2012.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]