Gilles Tremblay (musicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tremblay et Gilles Tremblay.

Gilles Tremblay (né à Arvida le 6 septembre 1932) est un pianiste, ondiste, pédagogue et compositeur québécois.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Compositions (liste non-exhaustive)[modifier | modifier le code]

  • Champs I, pour piano et 2 percussions (1965)
  • Cantique de durées, pour 7 formations d'instruments (1960)
  • Sonorisation du Pavillion du Québec, Musique électronique à 24 canaux (1967)
  • Souffles (Champs II), pour 2 flûtes, hautbois, clarinette, cor, 2 trompettes, 2 trombones, piano, 2 percussions, et contrebasse (1968)
  • Vers (Champs III), pour 2 flûtes, clarinette, trompette, cor, 3 percussions, 3 violons, et contrebasse (1969)
  • Jeux de solstices, pour orchestre (1974)
  • Pièces pour piano (I. Phases, II. Réseaux), pour piano (1974)
  • Oralléluiants, pour soprano, clarinette basse, cor, 2 percussions, et 3 contrebasses (1975)
  • Fleuves, pour piano, percussion, et orchestre (1976)
  • Vers le soleil, pour orchestre (1978)
  • Perséphone désincarnée, pour cor, clarinette, basson et marimba (1980)
  • Le Signe du lion, pour cor et tam-tam (1981)
  • Triojubilus "À Raphaël", pour flûte, harpe, et "cloche de vache" (1985)
  • Musique du feu, pour piano et orchestre (1991)
  • L’arbre de Borobudur, pour cor, 2 harpes, double basse, ondes Martenot, 2 percussions, et ensemble de gamelans (1994)
  • L’espace du cœur (Miron-Machaut), pour voix mixtes et percussions (1997)
  • Les pierres crieront, pour violoncelle et grand orchestre (1998)
  • A quelle heure commence le temps?, pour baryton, percussions, piano et orchestre (1999)
  • L’appel de Kondiaronk: symphonie portuaire, travail environnemental pour bataille de sirènes et 2 locomotives (2000)
  • Quatuor à cordes ‘Croissant’ (2001)
  • En partage (Concerto), pour alto et orchestre (2002)
  • Levées, pour quatuor de saxophones (2009)

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1968. "Note pour Cantique de durées." Revue d'esthetique 21, nos. 2–4 ("Musiques nouvelles"): 51–58.