Gilles Saint-Hilaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gilles Saint-Hilaire

Naissance 1948
Chicoutimi, Québec
Domicile Montréal, Québec
Nationalité Québec, Canadiens français
Champs Physicien - Inventeur
Renommé pour Quasiturbine Qurbine

Le physicien Gilles Saint-Hilaire est né en 1948 à Chicoutimi Québec et s'est surtout fait remarquer pour avoir inventé avec l'aide de sa famille dans les années 1990, le moteur Quasiturbine Qurbine.

Formation[modifier | modifier le code]

Gilles Saint-Hilaire est diplômé de l'Université de Montréal. Après une courte période à Chalk River en Ontario pour l’Énergie Atomique du Canada EACL, il complète un doctorat à l’Université Paris-Sud, France en 1972, où il fit des travaux au laboratoire du Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA Saclay) près de Paris, et des recherches post-doctorales à l’Institut des sciences physiques à l'Université de Milan en Italie, sur la physique des plasmas à haute température.

Cheminement[modifier | modifier le code]

De retour au Québec en 1973, il travaille une année dans le domaine de la recherche sur le Moyen-Nord à l’Université du Québec à Chicoutimi, avant de reprendre ses recherches sur la physique des interactions plasmas laser-matière à l’Institut National de la Recherche Scientifique INRS et au laboratoire de recherche d’Hydro-Québec – IREQ à Varennes, jusqu’en 1976. Il passe les 3 années suivantes comme directeur des Énergies Nouvelles et Nucléaires, et comme conseiller en R&D auprès de plusieurs ministres du Gouvernement du Québec. En 1980, il devient l’un des directeurs de Trans-Québec & Maritimes, le maître d’œuvre d’un projet de 2 milliards de $ de Trans-Canada Pipeline dans l’est du Canada.

Aventure familiale[modifier | modifier le code]

Alors que la planification du projet de gazoduc arrivait à terme, et après plus de 15 années fort animées, il s’embarque sur un voilier pour une croisière familiale de 3 ans dans les Caraïbes avec son épouse et ses deux fils. Là, il entend presque quotidiennement des plaintes au sujet de moteurs bruyants et difficiles à démarrer, tel que les stationnaires, les outboards, les génératrices, les compresseurs de scuba, les tronçonneuses! Ce fut le début du défi « meilleur moteur! »…

Le moteur Quasiturbine[modifier | modifier le code]

De retour au Québec en 1985, il acquiert une Agence de Communications et de publications, qu’il cède au début des années 1990 pour se consacrer davantage aux travaux d’innovation de la théorie Quasiturbine Qurbine sur la mise en forme des profils de compression, avec son épouse Françoise, une diplômée en maîtrise de la Sorbonne, et ses deux fils : Ylian, maître en informatique de l'UQAM et Roxan, ingénieur en génie électrique de École polytechnique de Montréal et MBA de Université de Californie à Berkeley. Aujourd’hui, la Quasiturbine est un concept moteur bien référencé et souvent cité sur l’Internet, et les experts en moteurs du monde entier acceptent la théorie Quasiturbine à zéro vibration, et les dispositifs correspondants.

Para professionnel[modifier | modifier le code]

L’intérêt de Gilles Saint-Hilaire pour les moteurs n’est pas étranger au fait qu’il détienne une licence de Capitaine de bateau de la Garde Côtière Américaine, et une licence professionnelle de pilote d’avions multi-moteur, tout comme ses deux fils d'ailleurs. On peut occasionnellement s'entretenir avec lui sur les fréquences radio amateur, sous les indicatifs de VE2PHD ou WP2ADT.

Publications scientifiques[modifier | modifier le code]

  • "Fast pulsed discharge switching in the 10 kJ range using commercial gaps" Rev. Sci. Instrum., 45, 1471 (1974).
  • "Recombinaison processes in a ceasium afterglow" J. Phys. B: Atom. Molec. Phys., 8, 503 (1975).
  • "Recording techniques for high speed shock wave passage monitored by a multisensor array" J. Phys. E: Sci. Instrum., 8, 277 (1975).
  • "Real time programmable digital register analyser"[1].
  • "Laser plasma focus produced in a ring target" Appl. Phys. Lett., 29, 143 (1976)[2].
  • "Simultaneous Measurements of current and magnetic field in laser-produced plasma" Appl. Phys. Lett., 29, 469 (1976).
  • "Numerical study of a C02 laser beam focused on a theta-pinch plasma in the axial direction" Appl. Optics, 16, vol. 7, (1977)[3].
  • "Spatial correlation, on a planar target, between the 1.06 m laser irradiation and the emitted current" Phys. Lett., 59A, 210 (1976).
  • "Simple electrostatic droplets source suitable for laser interaction" J. of Phys. E: Sci. Instrum., 10, 381 (1977)[4].
  • "A programmable multichannel-output pulse train generator for direct digital control" IEEE Indus. Electr. and Control Instrum., IECI-25, No.1, 3 (1978)
  • "Interferometry and luminosity Measurement on a C02 Laser Plasma Focus" J. Appl. Phys., 49, No.1, 103 (1978).
  • "Expansion of the spontaneous magnetic field in a C02 laser plasma" J. Appl. Phys., 48, No.6, 2525 (1977).
  • "Strong optical attenuation (15db) by a dense hydrogen Z-pinch plasma" Optics Comm. 23, No.3, 401 (déc. 1977).
  • "Correct application of beam splitters with laser beams of fluctuating polarization" Rev. Sci. Instrum., 48, No. 6, 697 (1977).
  • Quasiturbine Low RPM High Torque Pressure Driven Turbine For Top Efficiency Power Modulation - Turbo Expo Conference / IGTI — International Gas Turbine Institute / ASME — American Society of Mechanical Engineers[5].
  • US Patent Quasiturbine AC (With Carriages)[6].
  • US Patent Quasiturbine SC (Without Carriage)[7].
  • Brevet WO 2004070169

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nombreux articles dans les médias et références dans des ouvrages (voir le site Quasiturbine)
  • La Quasiturbine Écologique (ISBN 2-922888-00-2) - Un ouvrage de 292 pages en français sur les moteurs, leurs secrets et améliorations. Promci Éditions Québec (2001)
  • La Quasiturbine parmi les grandes inventions canadiennes. Reportage dans la série télévisée « Un monde de passions - Inventeurs canadiens » mars 2008 vidéo 10 min.

Liens externes[modifier | modifier le code]