Gilles Catoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Catoire.
Gilles Catoire, en 2012.

Gilles Catoire, né le 3 mars 1949 à Meulan (Seine-et-Oise), est un homme politique français, membre du Parti socialiste.

Il est maire de Clichy (Hauts-de-Seine) depuis 1985, et conseiller général des Hauts-de-Seine.

Études et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Gilles Catoire fait ses études à l'université de Paris X-Nanterre. Agrégé de sciences économiques et sociales, il devient professeur au lycée de Colombes. Il est chercheur au centre de recherche économique à l'université Paris X de 1971 à 1974, ingénieur au centre national de la recherche scientifique (CNRS) de 1974 à 1977, Chargé de cours au département "gestion des entreprises et administration" à l'institut universitaire de technologie de Saint-Denis de 1977 à 1981.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Gilles Catoire entre en 1982 au cabinet de Louis Mexandeau (ministre des PTT) comme conseiller technique. Il est chargé de 1985 à 1986 de l'audiovisuel auprès du président de France Câble et Radio. D'abord adjoint au maire de l'époque de 1983 à 1985, Jacques Delors, il est maire de Clichy depuis 1985. Il est aussi conseiller général des Hauts-de-Seine (entre 1988 et 1994 et depuis 1996).

Gilles Catoire est candidat aux élections législatives de juin 2012 dans la cinquième circonscription des Hauts-de-Seine (Clichy/Levallois). Il réunit 48,6 % des voix au second tour, perdant pour la cinquième fois face à Patrick Balkany, maire de Levallois.

Le 19 octobre 2012, il dépose un recours devant le Conseil constitutionnel pour réclamer l'annulation de l'élection de Patrick Balkany[1].

En septembre 2013, le magazine Le Point publie un article très critique sur la gestion des employés municipaux menée par Gilles Catoire à la mairie de Clichy[2]. L'article est commenté par d'autres médias : sur son blog, Robert Cremieux dénonce « un article à charge » tout en affirmant que « sur la manière de régner sur la ville en autocrate en fin de règne, il ne fait que confirmer ce qui se sait et se dit depuis longtemps à Clichy »[3].

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Gilles Catoire est membre du bureau de la Fédération nationale des élus socialistes et du Conseil national du Parti socialiste. Il est secrétaire général de l'Association des maires d'Île-de-France depuis 2002, et représente l'Association des maires de France au Conseil national des retraités et des personnes âgées (CNRPA). Il préside le Conseil d'administration de la Fondation Roguet, établissement public spécialisé en gériatrie.

Grand Paris[modifier | modifier le code]

Gilles Catoire est membre du syndicat mixte d'études Paris Métropole depuis sa création en 2009, et copréside la commission transports et déplacements. Il a soutenu le projet de prolongation prévu en 2017 de la ligne 14, figurant dans le Grand Paris Express, et qui vise à créer deux nouvelles stations de la ligne 14 à Clichy : Porte de Clichy et Clichy-Saint Ouen.

Il est aussi membre fondateur de l'Atelier international du Grand Paris, qui réunit les travaux des architectes.[réf. nécessaire]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Gilles Catoire apparaît dans le documentaire de Christophe Otzenberger La Conquête de Clichy (1995).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Balkany : annulation de l'élection réclamée, Le Figaro, 19 octobre 2012.
  2. Clichy-la-Garenne : peur sur la ville, Hugo Domenach, Le Point.fr, publié le 11 septembre 2013
  3. Peur sur Clichy ?, blog de Robert Crémieux, Mediapart Le club, 11 septembre 2013

Lien externe[modifier | modifier le code]