Gilles Bouleau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gilles Bouleau
Naissance 25 mai 1962 (52 ans)
France
Nationalité Drapeau de France Français
Profession Journaliste
Autres activités Présentateur de nouvelles
Médias
Média principal Télévision
Pays Drapeau de la France France
Télévision TF1

Gilles Bouleau, né le 25 mai 1962[1], est un journaliste français de télévision.

Après avoir été reporter à TF1 pendant plusieurs années, il passe dix ans à l'étranger comme correspondant à Londres puis Washington. Chef des opérations spéciales à partir de 2011, il présente le journal de 20 heures de TF1 depuis le 4 juin 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Gilles Bouleau va à l'école à Colombes (Hauts-de-Seine)[1]. Il sort diplômé du Centre de formation des journalistes de Paris (CFJ) et de l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po)[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1986, après avoir remporté la bourse Jean d'Arcy, prix destiné aux jeunes journalistes, il entre à la rédaction de TF1. Il passe par les services Économie et Social, Politique Intérieure, Enquêtes et Reportages et Informations Générales[3]. Il enchaine alors les reportages : Yougoslavie en 1987, Élection présidentielle française de 1988, Festival de Cannes, Jeux olympiques d'hiver de 1992 et de 1994[1]. En 1994, il devient grand reporter et fait un détour au service Arts et Spectacles en tant que chef adjoint[3].

De 1996 à 1999, il présente la matinale sur la chaîne d'information en continu LCI, filiale de TF1[4].

En 1999, il devient rédacteur en chef adjoint de l'émission 19h dimanche, une émission de reportages et interviews présentée par Ruth Elkrief sur TF1[3].

En juin 2001, il commence une parenthèse anglo-saxonne en devenant correspondant pour TF1 à Londres (Royaume-Uni)[5]. Quatre ans plus tard, en juillet 2005, peu après les attentats de Londres du 7 juillet 2005 et du 21 juillet 2005, il quitte la capitale britannique[1] pour Washington et devient à partir d'août le correspondant aux États-Unis pendant cinq ans[5]. Il couvre plusieurs évènements importants de la vie américaine comme l'ouragan Katrina survenu le mois même de son arrivée, ou l'élection présidentielle américaine de 2008 que remporte Barack Obama[1].

En juillet 2011, il revient à Paris et devient le joker de Laurence Ferrari à la présentation du journal de 20 heures de TF1 à la suite du départ d'Harry Roselmack[6]. Le mois suivant, il succède à Jean-Claude Narcy à la tête des opérations spéciales. Il dirige aussi « une équipe chargée d'imaginer et d'organiser un flux de données graphiques et infographies intégrées aux journaux de TF1 »[7].

En juin 2012, à la suite de la démission de Laurence Ferrari, il est rappelé d'urgence de vacances pour assurer provisoirement la présentation du journal à partir du lundi 4 juin[8]. Quelques jours plus tard, il est officialisé comme le nouveau présentateur titulaire du journal de 20 heures de TF1[9].

Le 4 juin 2014, TF1 diffuse une interview du Président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine effectuée par Gilles Bouleau et Jean-Pierre Elkabbach (Europe 1)[10].

Le 14 juillet 2014, il interviewe pour la première fois, avec David Pujadas (France 2), le Président de la République française François Hollande[11]. Le 6 novembre 2014, il interviewe pour la deuxième fois, avec Yves Calvi (RTL), le Président François Hollande dans l'émission En direct avec le président sur TF1[12].

Le 6 février 2015, TF1 lui confie, avec Christophe Dechavanne, l'animation du prime-time exceptionnel consacré aux 40 ans de la chaîne. Cette émission, composée essentiellement d'images d'archives, est baptisée TF1, 40 ans d'émotions partagées[13].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié à une journaliste, Gilles Bouleau est père de deux filles[14].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arnaud Bédat, Gilles Bouleau, Bernard Nicolas, L'Ordre du Temple Solaire : les secrets d'une manipulation, Paris, éditions Flammarion, coll. « Documents »,‎ 23 février 2000, 451 p. (ISBN 978-2-08-067842-3, LCCN 00358611)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Tania Kahn, « Gilles Bouleau, le présentateur normal », sur Libération,‎ 19 juillet 2012.
  2. « Biographie de Gilles Bouleau », sur Télé Loisirs (consulté le 12 janvier 2015).
  3. a, b et c « Biographie de Gilles Bouleau », sur TF1 (consulté le 12 janvier 2015).
  4. « Harry Roselmack remplacé par l'excellent Gilles Bouleau ! », sur Marie Claire,‎ 18 mars 2011.
  5. a et b « "Je suis à l'antenne ce que je suis dans la vie" (Gilles Bouleau) », sur France Info,‎ 11 juillet 2013.
  6. « Gilles Bouleau remplace Harry Roselmack au JT de TF1 », sur L'Express,‎ 17 mars 2011.
  7. Julien Bellver, « TF1 : Gilles Bouleau remplace Jean-Claude Narcy aux opérations spéciales », sur PureMédias,‎ 25 août 2011.
  8. Julien Bellver, « Très émue, Laurence Ferrari annonce qu'elle quitte le JT de 20 heures jeudi soir », sur PureMédias,‎ 30 mai 2012
  9. « Gilles Bouleau au 20H de TF1 en septembre », sur JeanMarcMorandini.com,‎ 14 juin 2012.
  10. Benjamin Meffre, « Europe 1 et TF1 décrochent une interview exceptionnelle de Vladimir Poutine », sur PureMédias,‎ 4 juin 2014.
  11. F.P, « Gilles Bouleau aux commandes de l'interview du 14 juillet pour la première fois, avec David Pujadas », sur Télé Loisirs,‎ 17 juin 2014.
  12. Benjamin Rabier, « François Hollande invité exceptionnel d'un prime sur TF1 le 6 novembre 2014 », sur Télé Loisirs,‎ 14 octobre 2014.
  13. Benjamin Meffre, « Gilles Bouleau et Christophe Dechavanne présenteront la soirée des 40 ans de TF1 », sur PureMédias,‎ 13 janvier 2015.
  14. Emmanuel Galiero, « Gilles Bouleau: « Le JT, un sport d'équipe » », sur TV Magazine,‎ 18 juillet 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]