Gilles Andruet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andruet.

Gilles Andruet, né le 30 mars 1958 à Versailles, mort le 22 août 1995 près de Saulx-les-Chartreux (Essonne), est un joueur d'échecs français, maître international et champion de France 1988. Il est le fils du pilote de course et rallye français Jean-Claude Andruet. Il est victime d'un meurtre en 1995 et, malgré plusieurs procès, (le dernier datant de 2014) le ou les responsables de sa mort n'ont jamais pu être identifiés.

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Carrière aux échecs[modifier | modifier le code]

Gilles Andruet finit troisième du Championnat de France d'échecs en 1984, 1985 et 1986. En 1987, à Rouen, il finit premier, ex æquo avec Christophe Bernard, du championnat national et deuxième après un match de départage disputé à Lyon. En tournoi, il remporte le tournoi de Dijon 1987, puis en 1988 celui de Issy-les-Moulineaux[1].

Il devient un brillant champion de France d'échecs en 1988 à Val Thorens. L'année suivante, il abandonne en plein tournoi, à Épinal, alors qu'il était en position de gagner son deuxième titre, après une vive altercation avec Jean-Luc Seret[2].

Il a été sélectionné dans l'équipe de France aux olympiades d'échecs de 1982[3], 1984[4] et 1988 (au quatrième échiquier)[5] et aux championnats d'Europe par équipe de 1983[6] et 1989[7].

Problèmes financiers[modifier | modifier le code]

En 1993, Andruet utilise une martingale qu'il a élaborée pour gagner au blackjack, grâce à sa mémoire, son esprit mathématique et statistique, et la méthode de comptage des cartes inventée par le joueur américain Ken Uston[8].

La première année, il gagne beaucoup d'argent, mais par la suite perd ses gains, et sombre dans les escroqueries, la drogue et la misère.

Assassinat[modifier | modifier le code]

En août 1995, Andruet touche un héritage de 370 000 francs. Il est assassiné le 22 août 1995, roué de coups de batte de baseball puis jeté dans une rivière de l'Essonne. Son corps est retrouvé au bord de l'Yvette, à Saulx-les-Chartreux, dans l'Essonne.

Affaire judiciaire[modifier | modifier le code]

Peu de temps avant sa mort, Gilles Andruet avait reçu un chèque de près de 400 000 francs venant d'un héritage. En interdit bancaire, il avait réussi à ouvrir un compte dans une banque marocaine à Paris grâce à l'intervention d'un homme nommé Joseph Liany et de son fils Franck, qui étaient comme lui des joueurs de casino[9]. Franck Liany aura une procuration sur le compte qui sera vidé trois jours après la mort d'Andruet[9].

Premier procès (2003)[modifier | modifier le code]

Un premier procès a lieu en novembre 2003. Il conclut à la culpabilité de Franck et Joseph Liany. Le premier est condamné à sept ans de prison pour « recel de produit d'un meurtre », le second à quinze années pour meurtre sur la base d'un témoignage et de l'empreinte ADN.

Deuxième procès (2006)[modifier | modifier le code]

En mars 2006, la cour d'assises d’appel du Val-de-Marne acquitte Joseph Liany, sa défense se basant notamment sur le fait que l'ADN retrouvé pouvait aussi appartenir à son neveu Sacha Rhoul[10].

Procès de Sacha Rhoul (2014)[modifier | modifier le code]

Franck Liany n'avait pas fait appel de sa condamnation en 2006[10]. La même année Sacha Rhoul est condamné par contumace à quinze ans de prison. Il est extradé du Maroc vers la France en 2010[11], incarcéré puis remis en liberté, et finalement acquitté[12] le 27 janvier 2014[13].

Documentaire télévisé sur l'affaire Gilles Andruet[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Giffard et Alain Biénabe, Le Nouveau Guide des échecs. Traité complet, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 2009, 1710 p. (ISBN 978-2-221-11013-3), p. 792
  2. Nicolas Giffard, « Championnat de France 1989 », Jeux et Stratégie, novembre 1989, p. 64
  3. Résultats de l'équipe de France à l'olympiade d'échecs de 1982.
  4. Résultats de l'équipe de France à l'olympiade d'échecs de 1984.
  5. Résultats de l'équipe de France à l'olympiade d'échecs de 1988.
  6. résultats d'Andruet au championnat d'Europe par équipe 1983 (phase préliminaire) sur olimpbase.org.
  7. résultats d'Andruet au championnat d'Europe par équipe 1989 (phase finale) sur olimpbase.org.
  8. Haget Henri et Leblond Renaud, « Échec et mort d'un surdoué », sur L'Express,‎ 21 octobre 1995
  9. a et b « Sacha Rhoul acquitté du meurtre du joueur d'échecs Gilles Andruet », Le Monde,‎ 30 janvier 2014 (lire en ligne)
  10. a et b Christophe Bouton, « Affaire Andruet : un acquitté, un condamné… par contumace », sur Échecs64 (consulté le 3 mars 2010)
  11. [1]
  12. [2]
  13. [3]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]