Gilles Andruet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andruet.

Gilles Andruet, né le 30 mars 1958 à Versailles, mort le 22 août 1995 près de Saulx-les-Chartreux dans l'Essonne, est un joueur d'échecs français, maître international et champion de France 1988. Il est le fils du pilote de course et rallye français Jean-Claude Andruet. Il est victime d'un meurtre en 1995 et, malgré plusieurs procès, (le dernier datant de janvier 2014) les circonstances précises de sa mort n'ont pas pu être établies, et les coupables n'ont pas pu être identifiés.

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Carrière aux échecs[modifier | modifier le code]

Gilles Andruet finit troisième du Championnat de France d'échecs en 1984, 1985 et 1986. En 1987, à Rouen, il finit premier, ex æquo avec Christophe Bernard, du championnat national et deuxième après un match de départage disputé à Lyon. En tournoi, il remporte le tournoi de Dijon 1987, puis en 1988 celui de Issy-les-Moulineaux[1].

Il devient un brillant champion de France d'échecs en 1988 à Val Thorens. L'année suivante, il abandonne en plein tournoi, à Épinal, alors qu'il était en position de gagner son deuxième titre, après une vive altercation avec Jean-Luc Seret[2].

Il a été sélectionné dans l'équipe de France aux olympiades d'échecs de 1982[3], 1984[4] et 1988 (au quatrième échiquier)[5] et aux championnats d'Europe par équipe de 1983[6] et 1989[7].

Problèmes financiers[modifier | modifier le code]

En 1993, Andruet utilise une martingale qu'il a élaborée pour gagner au blackjack, grâce à sa mémoire, son esprit mathématique et statistique, et la méthode de comptage des cartes inventée par le joueur américain Ken Uston[8].

La première année, Andruet gagne beaucoup d'argent, et joue de plus en plus dans les casinos des quatre coins du monde, plus pour le plaisir de gagner que par appât du gain. Il attire l'attention avec son tempérament provocateur et les casinos finissent par le repérer. Il se retrouve interdit de blackjack. Malheureusement il est pris par le démon du jeu. Ne pouvant plus jouer au blackjack, il se rabat sur la roulette. Contrairement au blackjack sa mémoire extraordinaire et ses facilités mathématiques ne lui apportent pas plus d'avantage qu'à n'importe quel joueur et il perd donc beaucoup plus souvent qu'il ne gagne. Ses amis tentent de le dissuader de jouer. Pour pouvoir soutenir un tel rythme de vie il commence à consommer de la drogue (héroïne). L'argent qu'il avait si rapidement gagné au blackjack est vite dilapidé. Il entre dans la spirale infernale du joueur compulsif. Il joue plus d'argent qu'il n'en a, fait des emprunts qu'il ne peut pas rembourser, il est interdit bancaire[9] et fiché à la Banque de France, devient SDF, ses conditions de vie sont de plus en plus précaires.

Le 4 août 1995, Andruet reçoit un chèque de notaire de 398 000 francs comme avance sur l'héritage d'une tante. Étant interdit bancaire, il n'a pas de compte en banque et ne peut donc pas encaisser ce chèque[10]. Il demande de l'aide à ses connaissances de jeux de casino. Joseph Liany ancien commerçant, rencontré au casino d'Enghien, joueur assidu comme lui, propose son aide à Andruet, par l'intermédiaire de son fils Franck[11]. Avec la recommandation de Franck Liany, Gilles Andruet peut ouvrir un compte à la banque marocaine Chaabi à Paris et y dépose son chèque[12]. Andruet accorde procuration à Franck Liany sur le compte en banque[10]. La banque avertit que l'argent ne pourra être disponible sur le compte qu'à partir du 22 août 1995 à cause du délai bancaire pour les vérifications d'usage.[réf. nécessaire]

Assassinat[modifier | modifier le code]

Le 21 août 1995 vers 23H, Gilles Andruet au volant de sa voiture, une Ford Sierra qu'il a récemment achetée d'occasion, s'arrête devant une succursale du restaurant « L’Entrecôte » pour saluer Yolanda, une amie polonaise serveuse dans le restaurant. Trois hommes sont avec lui dans la voiture[13].

Le corps de Gilles Andruet est découvert par une maraîchère au petit matin du 22 août 1995 à moitié immergé sur une berge de l'Yvette, à Saulx-les-Chartreux, dans l'Essonne enroulé dans une alaise de lit. Andruet a été assassiné dans la nuit, roué de coups de batte de baseball après avoir été drogué[14]. Sa voiture est retrouvée abandonnée à quelques kilomètres de là. Dans le coffre il y a de nombreuses taches de sang et dans la boite à gants une photocopie du chèque. Sur l'alaise blanche tachée de sang, un poil est trouvé en 2001, de l'ADN mitochondrial en sera extrait. Le 25 août 1995 Franck Liany a fini de totalement vider le compte en banque[12].

Les suspects[modifier | modifier le code]

Franck Liany est serveur au « Golf de l’Étoile », restaurant marocain près de l'Arc de Triomphe dont le gérant est son cousin Sacha Rhoul[15],[16]. Une nuit de décembre 1995 alors qu'il est au bar du restaurant, Loïc Simon, un serveur au « Golf de l’Étoile » et ami de Sacha Rhoul se plaint de n'avoir reçu que 30 000 des 50 000 francs promis par Sacha et Joseph Liany pour tuer à coups de batte de base-ball un joueur d’échecs[17]. Loïc Simon se suicide le 14 août 1996[18],[19]. Les propos de Loïc Simon sont en partie confirmés par Sacha Rhoul au cours de son audition en 2001[20]. Au cours de la déposition de son témoignage, la serveuse Yolanda avait reconnu Joseph Liany comme l'un des passagers dans la voiture d'Andruet[21]. Elle est victime d'appels anonymes répétitifs de menaces de mort sur elle et son enfant, malgré les changements de numéro de téléphone qu'elle entreprend et son inscription sur liste rouge[10],[13]. Sacha Rhoul ayant la double-nationalité, quitte la France en 2001 pour aller vivre au Maroc, sa nationalité marocaine lui permet de ne pas être extradé vers la France, il prend un nouveau prénom : Chahine[22].

Affaire judiciaire[modifier | modifier le code]

Premier procès (2003)[modifier | modifier le code]

Un premier procès a lieu en novembre 2003. Sacha Rhoul est absent. Seuls Franck et Joseph Liany sont jugés. Chacun rejette la responsabilité sur l'autre[23]. Ils sont reconnus coupables. Le premier est condamné à sept ans de prison pour « recel de produit d'un meurtre », le second à quinze années pour meurtre sur la base des témoignages et de l'empreinte ADN. Seul Joseph Liany fait appel de la décision du tribunal[24].

Deuxième procès de Joseph Liany (2006)[modifier | modifier le code]

Le procès en appel à lieu en mars 2006 à la cour d'assises du Val-de-Marne. Sacha Rhoul absent est condamné par contumace à quinze ans de prison[25]. La défense se basant notamment sur le fait que l'ADN mitochondrial retrouvé peut aussi appartenir à Sacha Rhoul, neveu de Joseph Liany, obtient l'acquittement de ce dernier, au désespoir de Jean-Claude Andruet[24].

Procès de Sacha Rhoul (2014)[modifier | modifier le code]

Sacha Rhoul est extradé du Maroc vers la France en mars 2010[26], incarcéré puis remis en liberté, et finalement acquitté[27] le 27 janvier 2014[28],[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Giffard et Alain Biénabe, Le Nouveau Guide des échecs. Traité complet, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 2009, 1710 p. (ISBN 978-2-221-11013-3), p. 792
  2. Nicolas Giffard, « Championnat de France 1989 », Jeux et Stratégie, novembre 1989, p. 64
  3. Résultats de l'équipe de France à l'olympiade d'échecs de 1982.
  4. Résultats de l'équipe de France à l'olympiade d'échecs de 1984.
  5. Résultats de l'équipe de France à l'olympiade d'échecs de 1988.
  6. résultats d'Andruet au championnat d'Europe par équipe 1983 (phase préliminaire) sur olimpbase.org.
  7. résultats d'Andruet au championnat d'Europe par équipe 1989 (phase finale) sur olimpbase.org.
  8. Haget Henri et Leblond Renaud, « Échec et mort d'un surdoué », sur L'Express,‎ 21 octobre 1995
  9. « Le champion d'échecs avait été drogué et noyé » Article publié le 14 mars 2006 dans La Dépêche du Midi
  10. a, b et c « Le mystérieux meurtre de Gilles Andruet rejugé » Article publié le 25 janvier 2014 dans Le Point
  11. « Le Franco-Marocain Sacha Rhoul acquitté du meurtre de Gilles Andruet » Article publié le 30 janvier 2014 dans L'Est Républicain
  12. a et b « Sacha Rhoul acquitté du meurtre du joueur d'échecs Gilles Andruet », Le Monde,‎ 30 janvier 2014 (lire en ligne)
  13. a et b « Affaire Andruet : témoin agressé et malaise à l'audience » Article de Marc Pivois publié le 14 novembre 2003 dans Libération
  14. « L'assassin présumé de G.Andruet extradé » Article publié le 7 mars 2010 dans Le Figaro
  15. « Affaire Andruet, le coupable arrêté » Article de François de Labarre publié le 7 mars 2010 dans Paris Match
  16. « Saulx-les-Chartreux : Jean-Claude Andruet raconte la vie de son fils » Article publié le 30 janvier 2014 dans Le Parisien
  17. « Procès Andruet: Sacha Rhoul fait bonne figure » Article publié le 30 janvier 2014 dans Le Figaro
  18. « Le meurtrier condamné à quinze ans de prison » Article de Sébastien Thomas publié le 15 novembre 2003 dans Le Parisien
  19. « Une procédure judiciaire à rallonges » Article publié le 27 janvier 2014 dans Le Parisien
  20. « Le jet-setteur accusé du meurtre du Mozart des échecs » Article publié le 27 janvier 2014 dans Le Parisien
  21. « Le témoignage poignant de Jean-Claude Andruet » Article de Stéphanie Auguy publié le 11 novembre 2003 dans Le Parisien
  22. « Sacha Rhoul enfin jugé » Article de François de Labarre publié le 27 janvier 2014 dans Paris Match
  23. « Procès Andruet: quinze ans de réclusion » Article de Marc Pivois publié le 15 novembre 2003 dans Libération
  24. a et b Christophe Bouton, « Affaire Andruet : un acquitté, un condamné… par contumace », sur Échecs64 (consulté le 3 mars 2010)
  25. « L'extradition de Rhoul relance l'affaire Andruet » Article de Louis Morice publié le 12 mars 2010 dans Le Nouvel Observateur
  26. « Maroc : Sacha Rhoul n'aurait pas dû être extradé » Article de Alain Chouffan publié le 11 mars 2010 dans Le Nouvel Observateur
  27. « Sacha Rhoul rentre à Dunkerque, acquitté du meurtre de Gilles Andruet » Article de Éric Dussart publié le 30 janvier 2014 dans La Voix du Nord
  28. « Meurtre de Gilles Andruet : acquitté, Sacha Rhoul est "immensément soulagé" » sur RTL
  29. « Sacha Rhoul acquitté du meurtre de Gilles Andruet » Article publié le 30 janvier 2014 dans Le Figaro

Annexes[modifier | modifier le code]

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]