Gillan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gillan

Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical hard rock
Années actives 1978-1982
Labels Acrobat
Virgin

Gillan est un groupe de hard rock fondé en 1978 par Ian Gillan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la séparation de son précédent groupe, Ian Gillan Band, Ian Gillan réunit de nouveaux musiciens : le guitariste Steve Byrd, le bassiste John McCoy, le claviériste Colin Towns et le batteur Liam Genockey. Il forme un nouveau groupe, simplement appelé « Gillan », et abandonne les ambitions expérimentales du Ian Gillan Band au profit d'un hard rock plus en accord avec les modes du moment[1].

Le premier album du groupe, simplement intitulé Gillan, ne sort qu'en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Japon, d'où son surnom de « Japanese Album ». Derrière la batterie, Liam Genockey est remplacé peu après par Pete Barnacle, puis par Mick Underwood. Le guitariste Steve Byrd laisse également sa place à Bernie Tormé. Le second album de Gillan, Mr. Universe, est diffusé dans le monde entier par Acrobat Records, et reprend plusieurs titres du « Japanese Album ». Le label fait faillite peu après et le groupe signe chez Virgin Records.

Le groupe connaît son plus gros succès en 1980 avec l'album Glory Road, no 3 au Royaume-Uni[2]. L'année suivante, après l'enregistrement de Future Shock, Tormé quitte le groupe ; il est remplacé par Janick Gers pour le live Double Trouble et le dernier album studio de Gillan, Magic (1982).

Ian Gillan annonce la dissolution du groupe en décembre 1982 : il affirme que ses problèmes de voix sont devenus trop graves. Cela ne l'empêche pas de rejoindre Black Sabbath au début de l'année suivante, à la grande surprise de ses anciens collègues de Gillan[3].

Membres[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dave Thompson, Smoke on the Water: The Deep Purple Story, ECW Press,‎ 2004 (ISBN 1-55022-618-5), p. 214.
  2. Thompson, p. 219-220.
  3. Thompson, p. 232-233.