Gilded Age

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Breakers, manoir classé (National Historic Landmark) dont la construction s'est étalée entre 1893 et 1895, est caractéristique du Gilded Age.

Le Gilded Age (littéralement « période dorée » ou « âge doré ») est une période de l'Histoire des États-Unis d'Amérique, correspondant à la période de prospérité et de Reconstruction qui suivit la fin de la Guerre de Sécession, qui s'est étalée entre 1865 et 1901. Cette période englobe ainsi non seulement la Reconstruction, mais aussi la crise de 1873 (Panic of 1873) qui s'acheva en 1877, à une époque où les États-Unis connaissaient une croissance économique, industrielle, et démographique sans précédent. Le Gilded Age fut ainsi marqué par une croissance très importante du chemin de fer, des petites usines, des banques, des mines, et de nombreuses entreprises familiales ; croissance qui survint au même moment que l'explosion de la productivité des terres cultivées à l'ouest du Mississippi. Dans le même temps, l'arrivée massive d'immigrés contribua à la diversité ethnique du pays, tout en permettant aux bateaux à vapeur et au train de se développer, et en offrant un afflux important de main d'œuvre rurale.

Le terme de Gilded Age a été inventé par les écrivains américains Mark Twain et Charles Dudley Warner dans leur livre The Gilded Age: A Tale of Today (L'âge d'or, un conte moderne). Mais l'expression apparaissait déjà chez William Shakespeare en 1595 dans Le Roi Jean.

On peut la rapprocher, du moins dans sa première période, à l'expression francophone « Belle Époque ».

Les conséquences du Gilded Age[modifier | modifier le code]

Sur l'économie[modifier | modifier le code]

Les différents entrepreneurs de la Seconde Révolution industrielle contribuèrent à l'essor de grandes villes industrielles au nord-est du pays, qui disposaient de facteurs de production très abondants. Cette période fut aussi marquée par l'ascension d'industriels et de financiers millionnaires tels que John D. Rockefeller (qui fut d'ailleurs particulièrement touché par le Sherman Antitrust Act en 1890), Andrew Carnegie ou encore J.P. Morgan. Les critiques les plus sévères de ces grands entrepreneurs les baptisèrent les « barons voleurs (en) » (robber barons), en raison de leurs fréquents abus de pouvoir, et de leurs pratiques financières, souvent peu soucieuses du code déontologique. Il y eut en outre à cette époque l'émergence d'une union syndicaliste, menée par Terrence Powderly et Samuel Gompers, deux Knights of Labor.

En politique[modifier | modifier le code]

Au niveau politique, le Gilded Age fut marqué par une compétition extrêmement serrée entre le Parti républicain et le Parti démocrate, avec même, parfois l'incursion d'un troisième parti. À peu près tous les candidats aux élections étaient membres de grands partis, et dans certains États, le taux de participation aux élections avoisinait ou dépassait les 90 %.

La panique de 1893 (dont l'une des causes fut une ruée sur l'or), et la dépression qui la suivit jusqu'en 1897 précipitèrent cependant la fin du Gilded Age. La fin de la crise en 1897 fut marquée par la victoire du républicain William McKinley, avant le début de la Progressive Era, période de réformes qui s'échelonna de la fin des années 1890 à la fin des années 1920.

Sur la population[modifier | modifier le code]

La richesse de cette période fut également particulièrement marquée par la générosité et la philanthropie des classes aisées américaines, à l'image d'Andrew Carnegie. Ainsi, les dons aux écoles, hôpitaux, universités, musées, bibliothèques, salles de musique, ou encore association caritative se multiplièrent. Parallèlement, le style Beaux-Arts inspira progressivement les architectes qui construisirent les bâtiments dans un style néorenaissance.

En outre, le Gilded Age comprend également la période durant laquelle la plupart des Afro-américains perdirent les droits qu'ils avaient acquis pendant la période de Reconstruction. À partir de 1879, les actes de violence raciale se multiplièrent, de même que l'exil de populations noires dans les états du centre et du sud.

Bibliographie (en anglais)[modifier | modifier le code]

  • Peter H. Argersinger, Structure, Process, and Party: Essays in American Political History.
  • Alan Brinkley, "The Unfinished Nation: A Concise History of the American People, Volume II: From 1865" McGraw Hill Higher Education 2004. textbook
  • John D. Buenker, Joseph Buenker, dir. Encyclopedia of the Gilded Age and Progressive Era. Sharpe Reference, 2005. 1256 pp. in three volumes.
  • Nancy Cohen, The Reconstruction of American Liberalism, 1865-1914 University of North Carolina Press, 2002; history of ideas
  • Faulkner, Harold U., Politics, Reform, and Expansion, 1890-1900 (1959), scholarly survey, strong on economic and political history
  • Sidney Fine, Laissez Faire and the General-Welfare State: A Study of Conflict in American Thought, 1865–1901. University of Michigan Press, 1956. History of ideas
  • John A. Garraty, The New Commonwealth, 1877-1890, 1968, scholarly survey, strong on economic and political history
  • Richard Jensen, "Democracy, Republicanism and Efficiency: The Values of American Politics, 1885-1930," in Byron Shafer and Anthony Badger, eds, Contesting Democracy: Substance and Structure in American Political History, 1775-2000 (U of Kansas Press, 2001) pp 149-180;
  • Matthew Josephson, The Robber Barons: The Great American Capitalists, 1861- 1901 (1934), business history from the Left
  • Paul Kleppner, The Third Electoral System 1853-1892: Parties, Voters, and Political Cultures U of North Carolina Press,
  • H. Wayne. Morgan, From Hayes to McKinley: National Party Politics, 1877-1896 (1969)
  • H. Wayne Morgan, dir. The Gilded Age: A Reappraisal Syracuse University Press 1970. interpretive essays
  • Allan Nevins, The Emergence of Modern America, 1865-1878 (1933), social history
  • Schlesinger, Arthur M. The Rise of the City: 1877-1898 (1933), social history
  • Fred A. Shannon, The Farmer's Last Frontier: 1860-1897 (1945) survey of economic history
  • Ted Curtis Smythe, The Gilded Age Press, 1865-1900 Praeger. 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]