Gilda Radner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gilda Radner

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Raquel Welch et Gilda Radner au Saturday Night Live, le 24 avril 1976.

Nom de naissance Gilda Susan Radner
Naissance 28 juin 1946
Détroit, Michigan, États-Unis
Décès 20 mai 1989 (à 42 ans)
Los Angeles, Californie, États-Unis
Nationalité Américaine
Profession
Distinctions
Conjoint

Gilda Radner est une actrice et humoriste américaine née le 28 juin 1946 et décédée le 20 mai 1989 des suites d'un cancer des ovaires. Aux États-Unis, elle est devenue un symbole de la prévention et de la lutte contre le cancer.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Ayant grandi dans une famille juive aisée de Détroit, Radner étudie l'art dramatique à l'Université du Michigan puis déménage à Toronto. À la suite de sa première expérience professionnelle sur scène dans la pièce musicale Godspell, elle se joint au Toronto Second City, une troupe d'humour de la Ville-Reine. En compagnie d'un autre membre de la troupe, John Belushi, elle déménage à New York où elle participe à l'émission radiophonique National Lampoon Radio Hour ainsi qu'au spectacle The National Lampoon Show.

Années 1970[modifier | modifier le code]

Elle se fait connaître du grand public comme l'une des membres de la troupe Not Ready For Prime Time Players dans le cadre de l'émission Saturday Night Live — elle est d'ailleurs la première personne à obtenir un emploi dans la troupe. À maintes reprises durant sa collaboration à l'émission de 1975 à 1980, Radner a su mettre son humour physique au service de personnages adorables et pleins de tendresse. Son jeu est apprécié autant du public que de la critique, et un magazine américain lui décerne le surnom de America's Sweetheart (la chouchou de l'Amérique). Elle remporte en 1978 l'Emmy de la meilleure prestation féminime dans une émission de variétés.

À cette époque, Radner lutte contre des problèmes de boulimie — elle a déjà raconté à un reporter qu'elle avait vomi dans toutes les toilettes de la ville de New York — et a eu une liaison qui s'est mal terminée avec une autre vedette de Saturday Night Live de l'époque, Bill Murray. En 1979, le président de réseau NBC, Fred Silverman, offre à Radner la possibilité d'avoir sa propre émission de variétés à une heure de grande écoute, offre qu'elle décline.

Au cours de sa toute dernière saison à SNL, Radner monte son propre spectacle à Broadway, où elle met en scène un contenu plus cru, que le réalisateur Mike Nichols capte sur pellicule. Le résultat est le film Gilda Live!, sorti en 1980 au même moment que l'album du spectacle. Si le spectacle est un succès, le film et l'album, eux, sont des échecs.

Années 1980[modifier | modifier le code]

Hormis quelques apparitions dans des films tels que La Folie aux trousses (Hanky Panky) en 1982, La Fille en rouge (The Woman in Red) en 1984 et Nuit de noce chez les fantômes (The Haunted Honeymoon) en 1986, Gilda Radner se fait discrète durant la majeure partie des années 1980.

En 1987, elle apprend qu'elle souffre d'un cancer des ovaires. Suite à un diagnostic de rémission, elle se consacre à l'écriture de son autobiographie : It's Always Something.

Elle effectue un retour en 1988 : les critiques louent sa prestation dans son propre rôle dans un épisode du Garry Shandling Show. Il est également prévu qu'elle soit la maîtresse de cérémonie d'une émission de Saturday Night Live, mais une grève des scénaristes annule prématurément la saison.

Elle n'a jamais la chance de se reprendre. En 1989, les médecins lui découvrent des métastases. Elle est admise au Cedars-Sinai Medical Center de Los Angeles pour y subir une radiothérapie. Après avoir reçu un sédatif, elle sombre dans le coma et meurt trois jours plus tard, le 20 mai 1989, sans avoir repris connaissance, avec à ses côtés son mari, l'acteur et réalisateur Gene Wilder.

Influence[modifier | modifier le code]

Le décès de Gilda Radner rappelle au public l'existence et les dangers du cancer des ovaires. Dans un plaidoyer devant un sous-comité de la Chambre des représentants, Gene Wilder maintient que ce décès aurait pu être évité si des médecins traitants avaient fait preuve de plus de vigilance : entre autres éléments, quatre membres de la famille de Radner avait déjà été atteints par cette forme de cancer. À ce sujet, des émissions d'affaires publiques tels que 20/20 de Barbara Walters et Night Line de Ted Koppel donnent lieu à des débats enflammés.

L'étoile de Gilda Radner sur le Walk of Fame à Hollywood.

En 1991, Wilder crée le Gilda Radner Cancer Detection Program, affilié au Centre médical Cedars-Sinai, un programme consacré à la conduite d'examens de routine et au suivi de patients à risques. En 1995, avec l'aide de Wilder et de Joel Siegel, la psychothérapeute Joanna Bull fonde à New York le Gilda's Club, un groupe de soutien et d'entraide aux victimes du cancer et à leurs proches. Depuis, des centres semblables ont été ouverts dans 25 villes en Amérique du Nord. Au Québec, le centre de Montréal est connu sous le nom de Maison Gilda Radner.

En 2002, le réseau ABC diffuse un téléfilm sur la vie de Gilda Radner intitulé It's Always Something, avec Jami Gertz dans le rôle-titre.

En 2003, une étoile du Walk of Fame est attribuée à titre posthume à Gilda Radner.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]