Gilbert de Sempringham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gilbert de Sempringham
Image illustrative de l'article Gilbert de Sempringham
Saint Gilbert et deux religieuses gilbertines, XIXe siècle
Saint
Naissance entre 1083 et 1089
Sempringham
Décès 4 février 1189  (+100ans ans)
Sempringham
Nationalité Drapeau de la Grande-Bretagne Anglais
Vénéré à Casoli (Italie)
Canonisation 30 janvier 1202
par Innocent III
Fête 4 février

Gilbert de Sempringham, (Sempringham entre 1083 et 1089 - Sempringham 4 février 1189), est le fondateur de l'ordre de Saint-Gilbert.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sculputre à Essen (Belgique), XIXe siècle.

Gilbert est né à Sempringham entre Bourne et Heckington, aux confins des marais du Lincolnshire. Son père, Jocelin, est un riche chevalier normand qui possède des terres dans le Lincolnshire ; sa mère, dont le nom est inconnu, est une Anglaise d'humble origine. Souffreteux et difforme, il n’est pas destiné à une carrière militaire, voire à une carrière de chevalier, mais il est envoyé en France pour y étudier. Après avoir passé quelque temps à l'étranger, où il enseigne, il retourne encore jeune homme dans son Lincolnshire natal. Il est présenté aux paroisses de Sempringham et de Tirington, dont son père est seigneur. Peu de temps après, il se présente lui-même au palais de Robert Blouet, évêque de Lincoln, où il devient secrétaire. En 1123 Robert est remplacé par Alexandre, qui retient Gilbert à son service et l'ordonne comme diacre, puis comme prêtre, en grande partie contre sa volonté[1].

Les revenus de Sempringham suffisant à ses besoins à la cour de l'évêque, il consacre aux pauvres ceux de Tirington. Quand on lui offre l'archidiaconat de Lincoln il le refuse, disant qu'il ne connaît pas de voie plus certaine vers la perdition. En 1131, il retourne à Sempringham et, son père étant mort, devient seigneur du château et des terres[1]. C'est cette même année qu'il fonde son premier monastère. Il construit à Sempringham, avec l'aide d'Alexandre, un cloître pour des religieuses, au nord de l'église Saint-André. Il y adjoint bientôt une communauté de converses, puis une communauté de convers[2].

Vers 1139, un deuxième monastère voit le jour, dans l’île de Haverholm. En 1148, Gilbert se rend au chapitre général de Cîteaux, en Bourgogne, pour demander l'intégration de ses monastères dans l'ordre cistercien. Les abbés refusent. Gilbert fonde alors son ordre propre qui, à sa mort, compte treize monastères, dont neuf monastères doubles, c’est-à-dire accueillant séparément des hommes et des femmes[2].

Article détaillé : Ordre de Saint-Gilbert.

En 1165, Gilbert est emprisonné pour son soutien à Thomas Becket. Menacé d’une sentence d’exil, il est finalement gracié par Henri II. En 1170 il doit faire face à une révolte de 90 de ses convers, et reçoit en cette occasion le soutien du pape Alexandre III[1]. Devenu aveugle, il doit renoncer à gouverner son ordre. Il meurt centenaire à Sempringham, en 1189.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Brian Golding, ‘Gilbert of Sempringham [St Gilbert of Sempringham] (1083–1189)’, Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004[3].
  • Tyerman, Who's Who in Early Medieval England 1066-1272, Éd. Shepheard-Walwyn, 1996.

Culte[modifier | modifier le code]

Église de Casoli, contenant les reliques du Saint.

Il est canonisé le 30 janvier 1202 par le pape Innocent III, et fêté le 4 février.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « St. Gilbert of Sempringham », sur Catholic Encyclopedia, newadvent.org (consulté le 5 février 2014).
  2. a et b (en) « Order of Gilbertines », sur Catholic Encyclopedia, newadvent.org (consulté le 5 février 2014).
  3. (en) « Gilbert of Sempringham », sur ODNB, oxforddnb.com (consulté le 5 février 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]