Gilbert Cousin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Gilbert Cousin

Gilbert Cousin de Nozeroy (Gilbertus Cognatus Nozerenus), né le 21 janvier 1506 à Nozeroy et mort le 22 mai 1572 dans la prison de l'officialité à Besançon, est un humaniste et théologien franc-comtois, notamment connu en tant que secrétaire particulier d'Érasme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gilbert Cousin dans une scène des Effigies Erasmi où il est représenté en face d'Érasme.

Né dans une vieille famille comtoise, jouissant d'une certaine protection de la famille de Chalon, son grand-père Guillaume, seigneur de Nozeroy, est chambellan de Hugues de Chalon et de Madame Loyse, la Bienheureuse Louise de Savoie. Quant à son père, Claude, il est gouverneur civil (proefectus) de Nozeroy et magistrat amodiateur de la seigneurie de Nozeroy.

Après ses études à l'Université de Dole, il obtient, par l'’appui de son cousin Louis de Vers, abbé du Mont-Sainte-Marie, le poste de secrétaire du grand humaniste Érasme de Rotterdam. Rapidement, il va en devenir l'ami, puis le confident. Il le reste jusqu'au 4 janvier 1535Guillaume de Nassau, prince d'’Orange, qui vient de succéder comme seigneur de Nozeroy à Philibert de Chalon, l'appelle à remplacer Quatier au chapitre collégial de Saint-Antoine de Nozeroy. Il est ordonné prêtre et entre au chapitre en qualité de chanoine. Par la suite, il y fonde une école qui acquiert une certaine célébrité.

Il publie successivement un grand nombre d'’ouvrages, notamment ses Fabulae sive narrationes en 1547, rééditées en 1567 sous le titre Narrationum Sylva, et sa Brevis ac dilucida Burgundiae... descriptio parue en 1552[Quoi ?]. En 1558, il est chargé de l'éducation du jeune Claude de La Baume, archevêque élu de Besançon. Il visite Rome, Venise, Padoue et rentre en Franche-Comté vers mai 1560. Mais certains s'autorisent de ses relations amicales avec les Bâlois pour le dénoncer comme hérétique au Parlement de Dole. Incarcéré en 1567, il voit instruire son procès, mais il est traité avec beaucoup d'’égards. Le duc d’'Albe s'étant mêlé de l'affaire, le Parlement s'’en débarrasse en remettant le prisonnier à son ancien élève l'’archevêque Claude de La Baume, le 30 décembre 1571. L’'archevêque préside alors lui-même le tribunal. La première audience a lieu le 18 janvier 1572. Cependant, Gilbert Cousin tombe malade en prison, et meurt 22 mai 1572. Il est inhumé le lendemain dans l'église de Jussan-Mouthier.

Hommages[modifier | modifier le code]

Son portrait est gravé dans son Multifarii opera en 1562, et dans une scène des Effigies Erasmi où il est représenté en face de son maître. Le sculpteur J.B. Maire lui consacre, en 1836, une médaille dans sa collection des personnalités comtoises.

Charles Quint voulant récompenser Gilbert et les services militaires de ses frères (ces six frères avaient suivi le parti des armes et plusieurs périrent à son service contre la France), leur accorde par lettres patentes du 25 octobre 1555, pour eux et leur descendance, le privilège de la noblesse.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Oiketēs sive de officio famulorum, 1535
  • Sylva narrationum Gilberti Cognati Nozereni, Diligenter purgata, et uberior reddita : adiecta sunt eiusdem argumenti & quaedam alia, lectu perquam iucunda, 1552
  • Brevis ac dilucida Burgundiae superioris, quae Comitatus nomine censetur, descriptio, 1552 (Gallica)
  • Illustrations de Brevis ac dilucida Burgundiae superioris... item brevis ad modum totius Galliae descriptio per eudem, 1552 (Gallica)
  • La Franche-Comté au milieu du XVIe siècle : ou, Description de la Haute-Bourgogne connue sous le nom de Comté, 1553, (trad. du latin par E. Monot en 1907)
  • De legali studio, Gilberti Cognati Nozereni epistolae : una ad Ioan. Metellum: altera ad Anatolium Frontinum, 1560
  • Aucunes œuvres de Gilbert Cousin, de Nozereth : tresutiles à chacun : Nouvellement imprimées, 1561
  • Description de la Franche-Comté, 1863 (Gallica)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Pierre-André Pidoux de La Maduère, Un Humaniste Comtois : Gilbert Cousin, chanoine de Nozeroy, secrétaire d'Erasme - 1506-1572, Slatkine Reprints, 1970;
  • Société d'émulation du Jura, Mémoires, 1889
  • Pierre-André Pidoux de la Maduère, Bibliographie historique des œuvres de Gilbert Cousin, 1912
  • La Franche-Comté au milieu du XVIe siècle: ou, Description de la Haute-Bourgogne connue sous le nom de Comté, 1907 (traduit du latin par E. Monot)
  • Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, Volume 2, 1740 (Google books)
  • Louis de Berquin, La Complainte de la paix, 1525, 1978
  • Académie des inscriptions et belles-lettres, Gaston Paris, Institut de France, Journal des Savants, 1823
  • Desiderius Erasmus, La correspondance d'Erasme
  • Lucien Febvre, Un secrétaire d'Erasme, Gilbert Cousin, et la réforme en Franche-Comté, 1907
  • Henri Hugnon, Charles Hugon (1824-1886). Ses travaux sur Gilbert Cousin, ses strophes à "Nozeroy", 1922
  • « Cousin (Gilbert) », dans Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, 15 vol., 1863-1890 [détail de l’édition].

Sur les autres projets Wikimedia :