Gilbert Annette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Annette.
Gilbert Annette
Gilbert Annette
Gilbert Annette
Fonctions
Parlementaire français
Député 1993-1997
Gouvernement Ve république
Groupe politique PS
Biographie
Date de naissance 10 mars 1946 (68 ans)
Résidence Première circonscription de La Réunion

Gilbert Marie Raymond Annette est un homme politique français né le10 mars 1946 à Diego Suarez (Madagascar), vivant à l'île de La Réunion et appartenant au Parti socialiste. Il se présente aux élections municipales de la ville de Saint-Denis de La Réunion en mars 2008 à la tête d'une liste de rassemblement à gauche et remporte l'investiture face au maire sortant UMP René-Paul Victoria.

Il est depuis septembre 2004 le premier secrétaire de la fédération socialiste de La Réunion. Il a été confirmé à ce poste par les militants le 24 novembre 2005 en l'emportant par 58,7 % des voix face à Patrick Lebreton, maire de Saint-Joseph.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Ancien président de la Ligue réunionnaise de football, Gilbert Annette est suppléant de Jean-Claude Fruteau aux législatives de 1981. Il est maire de Saint-Denis de 1989 à 1994 et depuis 2008. Il a été conseiller régional de La Réunion en 1983[1] puis conseiller général en 1988 puis maire de Saint-Denis de 1989 à 1994, date à laquelle Michel Tamaya lui a succédé à ce poste à la suite de sa condamnation[2]. Il a été également député de la première circonscription de La Réunion de mars 1993 à avril 1997.

Dans le débat d'investiture en vue de l'élection présidentielle française de 2007, Gilbert Annette a pris position en faveur de Ségolène Royal[3]. Par la suite, celle-ci a réalisé à La Réunion son meilleur score national lors du vote interne de désignation du candidat socialiste.

Candidat aux élections législatives françaises de 2007 dans la première circonscription de l'île suite au désistement de la conseillère régionale Monique Orphé, il est battu au second tour par René-Paul Victoria, déjà maire de Saint-Denis.

Le 16 mars 2008, sa liste « Saint-Denis pour tous » l'emporte face à celle du maire sortant René-Paul Victoria au second tour des élections municipales de 2008 en rassemblant 53,83 % des voix. Cette victoire fut possible grâce au ralliement de deux politiciens de droite qui préférèrent faire gagner leur adversaire plutôt que voir élire le député-maire UMP sortant. Il a également été élu conseiller général de La Réunion, dans le canton du quartier du Chaudron à Saint-Denis.

Parcours judiciaire[modifier | modifier le code]

En 1996, il a été condamné à 200 000 francs d'amende, cinq ans de privation de ses droits civiques et trente mois de prison dont douze avec sursis pour corruption dans des procédures de marchés publics à la ville de Saint-Denis[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :