Gil Blas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le roman de Lesage, voir Histoire de Gil Blas de Santillane.
Gil Blas
Image illustrative de l'article Gil Blas
Une du supplément du 8 octobre 1893, une nouvelle de Maupassant illustrée par Steinlen.

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité quotidien
Genre Presse
Date de fondation 1879
Date du dernier numéro 1940
Ville d’édition Paris

ISSN 1149-9397

Gil Blas est un quotidien de la presse écrite française, fondé par Auguste Dumont en 1879 et disparu en 1938-1940.

Il a paru du 19 novembre 1879 au 4 août 1914, puis épisodiquement du 20 janvier 1921 à mars 1940[1]. Son supplément hebdomadaire, Gil Blas illustré, fut sans doute à l'origine d'une partie de son succès.

Histoire du titre[modifier | modifier le code]

Né dans les débuts agités de la Troisième République, Gil Blas emprunte son titre à l'Histoire de Gil Blas de Santillane (1715), un roman picaresque de Lesage mettant en scène un pauvre diable confronté aux différences sociales, livre qui eut un énorme succès en son temps. Le publiciste Auguste Dumont, qui avait accumulé une grande expérience de la presse, annonce dans son programme : « Il nous a paru simple et logique de prendre son héros pour titre d'un journal qui veut être gai sans trivialité, vrai sans cynisme, frondeur sans méchanceté, humain [...], français par la variété et le goût, vivant... ». La devise du journal devient « Amuser les gens qui passent, leur plaire aujourd'hui et recommencer le lendemain », une citation de Jules Janin, préfacier de la réédition du roman de Lesage.

Le premier numéro sort le 19 novembre 1879[2], sous la direction d'Auguste Dumont. Le prix de lancement est de 15 centimes pour 4 pages. Le siège parisien est situé 19 boulevard des Capucines. Quatrelles est le premier écrivain à inaugurer une série de romans feuilletons.

Après des débuts difficiles, Gil Blas va trouver son public.

Suite à la mort d’Auguste Dumont en mai 1885, Gil Blas est repris par l’imprimeur Éloi Dubuisson qui crée le 30 mai 1891 un supplément hebdomadaire, titré un mois plus tard, le Gil Blas illustré. Vendu 5 centimes, comportant des illustrations originales en couleurs, il sert de prime aux abonnés. Les ventes commencent alors à décoller, le tirage, qui a débuté à 160 000 exemplaires, passent à plus de 260 000 en juillet 1893. Le supplément propose parfois des chansons, entre autres d'Aristide Bruant, Léon Xanrof, Marcel Legay et Yvette Guilbert, mais aussi des poèmes, dont « Première Soirée » d'Arthur Rimbaud, dans son numéro du dimanche 29 novembre 1891, quelques semaines près sa mort.

Des romans paraissent régulièrement en feuilletons notamment Au Bonheur des Dames (1882-1883), Germinal (1884) et L'Œuvre d'Émile Zola, ou X... roman impromptu[3], écrit à dix mains, par Georges Courteline, Jules Renard, George Auriol, Tristan Bernard et Pierre Veber. En outre, durant cette période, le journal publie beaucoup d'articles et de contes de Guy de Maupassant.

Au début des années 1890, le journal est devenu potentiellement très rentable et intéresse des investisseurs venus du monde de la finance, tel l'agent de change Victor Antoine Desfossés.

En 1911, avec l'arrivée de Pierre Mortier, le quotidien passe à 6 pages et le prix de vente descend à 10 centimes.

Le journal, comme beaucoup d'autres titres, suspend sa parution une première fois le lendemain du 4 août 1914, avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Mortier relance le journal le 20 janvier 1921 et en reste le patron jusqu'en mars 1940.

Directeurs successifs[modifier | modifier le code]

Plumes notoires[modifier | modifier le code]

Dessinateurs notoires[modifier | modifier le code]

Le Gil Blas[modifier | modifier le code]

« Le Gil Blas est dans sa première année de parution. Mondain, un peu osé, ses confrères ne le connaissent pas assez pour le prendre au sérieux, ce qu'il n'est pas toujours du reste. Il a de bons chroniqueurs dans les potins du « Tout-Paris ». »

— Camille Moreel, 1880 à travers la presse : Dialogues et démocratie, Éditions L'Harmattan[5], 1997

Zola et le Gil Blas[modifier | modifier le code]

« Un journal s'est fondé, le Gil Blas, qui, dans ses débuts, se vendait assez mal. Parfois, je questionnais curieusement les directeurs des feuilles rivales sur les chances de succès du nouveau venu ; et ces directeurs haussaient les épaules avec un sourire de mépris, ils ne craignaient rien, ça ne se vendait pas. Puis, voilà tout d'un coup que j'ai vu le nez des directeurs s'allonger : le Gil Blas se vendait, il avait pris une spécialité de chroniques légères qui lui donnait tout un public spécial, j'entends, si l'on veut, le grand public, les hommes et surtout les dames qui ne détestent pas les aimables polissonneries. De là, en quelques semaines, la grande colère de la presse vertueuse.

Je ne veux nullement défendre le Gil Blas, mais en vérité il me semble que son cas est d'une analyse facile. A coup sûr, il ne s'est pas fondé avec l'intention formelle de corrompre la nation. Il a beaucoup plus simplement tâté son public ; les nouveaux journaux connaissent bien cette période d'hésitation, le succès ne vient pas, on essaye de tout jusqu'à ce que le public morde. Eh bien ! le Gil Blas, ayant risqué dans le tas quelques articles grivois, a senti que le public mordait ; et, dès lors, il n'a pas boudé contre ce succès, il a donné à ses lecteurs la friandise de leur goût. Spéculation ignoble, école de perversion, disent les confrères indignés. Mon Dieu ! je voudrais bien voir un journal qui refuse à ses abonnés ce que ceux-ci lui demandent. (...)

Je me suis donc abonné au Gil Blas, pour me rendre compte. J'y ai lu des articles charmants, par exemple des chroniques de M. Théodore de Banville, d'une grâce lyrique, les nouvelles si fines et si gaies de M. Armand Silvestre, les études colorées de M. Richepin ; voilà trois poètes dont la compagnie est fort honorable. Il est vrai que le reste de la rédaction est moins littéraire. »

— Émile Zola, De la critique : la Littérature obscène, août 1880 [6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice BNF
  2. Lire sur Gallica.
  3. Paru dans le Gil Blas du 4 avril 1895 au 21 mai 1895
  4. Œuvres de et sur Ludovic de Vaux, Ludovic Baron de Vaux et Étienne-Ludovic Le Grand, Bon de Vaux, sur la base de données bibliographiques en ligne WorldCat.
  5. Éditions L'Harmattan, 1997, ISBN 2738466176
  6. De la critique : la Littérature obscène - Œuvres complètes, p. 218 disponible sur Gallica

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :