Gihon (Ryūkyū)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gihon (義本?) (c. 1206 - c. 1260), aussi connu sous le nom Yoshimoto ou Yiben en chinois[1] est un roi[2] des îles Ryūkyū[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Gihon est le troisième et dernier souverain de la lignée Shunten. Il succède à son père Shunbajunki à l'âge de 44 ans, en 1248.

Le règne de Gihon est marqué par de terribles désastres, dont la famine, des épidémies et des typhons dévastateurs. Vers 1254, il nomme un jeune seigneur du nom d'Eisō au titre de régent (sessei), pour aider à gérer ces désastres. Lorsque Gihon abdique en 1259 ou 1260, « il se retire seul dans la forêt »[4]. Eisō lui succède en tant que « roi » et commence une nouvelle lignée royale. L'emplacement précis, la date et les circonstances de la mort de Gihon ne sont pas connus, mais il est raisonnable de supposer qu'il est mort peu après son abdication. Les légendes locales rapportent qu'il a été vu la dernière fois à Hedo-misaki, le point le plus septentrional de île d'Okinawa.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nussbaum, Louis-Frédéric. (2002). 'Japan Encyclopedia, p. 1062 sur Google Livres
  2. Kerr, George. (2000). 'Okinawa: The History of an Island People, p. 52 sur Google Livres; bien que les dirigeants suprêmes d'Okinawa - à commencer par Shunten (c. 1166 -. c 1237) - sont communément identifiés comme « rois », Kerr fait remarquer qu'« il est faux d'attribuer à part entière la « royauté » à un chef d'Okinawa dans ces premiers siècles... la primauté distincte d'un individu dû au pouvoir d'une éminente personnalité ou une compétence prééminente dans le maniement des armes ou de la ruse politique est lentement remplacée par des institutions officielles du gouvernement, des lois et des cérémonies, soutenues et renforcées par un respect croissant pour la fonction royale »
  3. Nussbaum, p. 172 sur Google Livres; extrait, Eisō est « roi des îles Ryūkyū » au XIIIe siècle
  4. Kerr, p51.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]