Gigantopithèque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gigantopithèque

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Mandibule d'un Gigantopithecus

Classification
Règne Animalia
Classe Mammifères
Ordre Primates
Famille Hominidae
Sous-famille Ponginae

Genre

Gigantopithecus
Von Koenigswald, 1935

Espèces de rang inférieur

Le Gigantopithèque, ou Gigantopithecus (en grec : singe (hominidé) géant) est un primate disparu qui a vécu du Miocène supérieur au Pléistocène moyen.

Certains chercheurs lui attribuent une taille de trois mètres ce qui ferait de lui le plus grand anthropoïde ayant jamais existé ; il aurait pesé alors entre 300 et 550 kg. Cependant, il est difficile de se prononcer de façon certaine sur sa taille et sa masse, puisque jusqu'à maintenant tout ce que nous avons de lui sont des fragments de mâchoire et des dents, mais ces éléments dépassent en taille ce que nous voyons chez les anthropoïdes actuels. Jusqu'à maintenant, on a trouvé des restes dans le sud de la Chine, dans le nord de l'Inde du Nord, et aussi au Pakistan. On suppose qu'ils se nourrissaient de bambous, puisqu'on a trouvé certains fossiles à proximité de pandas fossiles, ce qui laisse croire à la présence de grandes étendues de bambous, d'ailleurs les dents de grande taille et les puissantes mâchoires étaient faites pour broyer une nourriture végétale coriace.

Le plus proche parent de Gigantopithecus était probablement le Sivapithèque, beaucoup plus petit, qui vivait dans l'Europe du sud-est, en Asie et en Afrique. Le plus proche parent encore vivant aujourd'hui est l'Orang-outan. Cependant, certains indices désigneraient plutôt le gorille.

En 1935, le paléontologue allemand Gustav Heinrich Ralph von Koenigswald a découvert dans des pharmacies chinoises les premières dents d'un Gigantopithecus (autrefois on utilisait en Asie de grands os et des pierres pour broyer des feuilles, et on y ajoutait des fossiles réduits en poudre auxquels on donnait le nom d'os de dragon et auxquels on attribuait des vertus curatives). Ces dents étaient presque deux fois plus grandes que celles d'un gorille. En 1956, on a découvert une mâchoire inférieure complète.

On distingue deux espèces : Gigantopithecus blacki en Chine du sud et Gigantopithecus bilaspurensis en Inde du nord. C'est le premier qui est le plus connu.

Galerie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]