GiedRé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Giedrė.

GiedRé

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

GiedRé en concert en avril 2013.

Informations générales
Surnom « Moisie », « Goudrou »
Nom de naissance Giedrė Barauskaitė
Naissance 23 octobre 1985 (29 ans)
à Vilnius
Flag of Lithuanian SSR.svg RSS de Lituanie
Activité principale Chanteuse
Activités annexes Actrice, comédienne
Genre musical chanson humoristique
Instruments guitare clavier ukulélé
Années actives Depuis 2009
Labels Le rat des villes
Site officiel http://www.giedre.fr/

GiedRé, prononcé /ɡje.dʁe/[1], nom de scène de Giedrė Barauskaitė, est une auteure-compositrice-interprète humoriste d'expression française d'origine lituanienne née le 23 octobre 1985 à Vilnius[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

GiedRé en concert en 2011.

Giedrė Barauskaitė naît en RSS de Lituanie, qui fait alors partie de l'URSS[3]. Sa mère s'établit en banlieue parisienne à la suite du décès de son mari, alors que Giedrė est âgée de sept ans[2],[4]. Après avoir obtenu son bac, elle étudie l'art dramatique au cours Florent puis à l'ENSATT (68e promotion) et tient de petits rôles à la télévision, au théâtre et dans des spots publicitaires[2],[5]. Elle commence à composer des chansons, qu'elle interprète dans un bar de son quartier, au début des années 2000[2]. Remarquée par Raphaël Mezrahi durant une audition, GiedRé se produit en première partie du spectacle de l'humoriste à La Cigale. Elle est invitée à plusieurs reprises sur l'antenne d’Europe 1 dans l'émission C'est quoi ce bordel ?, animée par Laurent Baffie[5],[6]. Elle adopte le nom de scène « Moisie »[2] et assure les premières parties du spectacle de Baffie durant un mois et demi, puis de celui d'Oldelaf[7].

Son premier album sept titres en auto-production, intitulé Mon premier disque, sort en 2011. Les 2 000 copies personnalisées produites par la chanteuse se vendent en douze semaines. GiedRé, qui a fait le choix de l'auto-production, refuse les offres de l'industrie musicale[2]. La même année paraît Mon premier CdVd, qui rassemble des titres audio et des clips[8]. En juin, GiedRé joue pour la première fois en Suisse au Festival de la cité de Lausanne[5],[9]. Elle se produit à La Coursive dans le cadre des Francofolies de La Rochelle[10]. En décembre, elle prend part au festival TGV Génériq, organisé dans les villes du Grand Est, et donne deux concerts acoustiques dans des lieux inhabituels, un appartement et une maison d'arrêt de Belfort[3].

En 2012, GiedRé fait partie des lauréats du FAIR[3]. La chanteuse, qui en avril compte 27 000 fans sur le réseau social Facebook[11], a donné une centaine de concerts en deux ans[2]. Durant l'année, elle se produit notamment au Phénix en ouverture du Printemps de Bourges[11]. Mon premier album genre Panninni, sorti le 1er avril, ne contient pas de disque, mais des vignettes auto-collantes à gratter, permettant de télécharger les chansons grâce à un code[2]. Durant l'été, GiedRé se produit au Québec dans le cadre de la tournée des FrancoFolies[12], en Suisse au Paléo Festival Nyon ainsi qu'en Belgique au festival LaSemo et aux Francofolies de Spa[13]. D'octobre à décembre, elle effectue une tournée française, qu'elle appelle sa « tournante »[13],[14].

La première compilation des chansons de GiedRé paraît en janvier 2013. Elle est suivie d'un nouveau disque, intitulé MoN PREMIER ALbuM VeNdu daNS LeS VRAIS MAGASINS[15]. Le 21 février 2014, GiedRé dépasse les 100 000 fans sur Facebook. En mars 2014 sort son disque MoN PReMieR aLBuM aVeC D'auTReS iNSTRuMeNTS Que JuSTe La GuiTaRe.

Elle apparaît dans le clip "S**** S***** ", chanson écrite par le duo nantais Andréas et Nicolas et dans lequel elle prête sa voix à la super-héroïne Super-Salope[16].

Suite au succès de ses 2 précédents albums, GiédRé fête son 29ème anniversaire par la sortie de sa première compilation (vinyle et cd) et d’un DVD, enregistré en public à l’occasion de son concert à l’Olympia en mars dernier. Le CD (et le vinyle qui est en tirage limité) comporte : 18 titres + 2 inédits en bonus, ainsi que « Minna Unchi Suru », adaptation de « On fait tous Caca » en japonais. Le DVD comporte l’intégralité du concert du 6 mars dernier assorti d’un bonus de 40 minutes (les fameux dessous de la tournante…). A la mi-octobre, GiedRé a déjà fêté son 120.000ème fan déclaré, plus de 18 millions de vidéos visionnées, 350 concerts au compteur et plus de 25.000 albums vendus.

Style musical et paroles[modifier | modifier le code]

La chanteuse GiedRé en mars 2013.

Décrits comme « crus », « politiquement incorrects »[3],[10] et teintés d'humour noir[11], les textes de GiedRé abordent des sujets comme la prostitution et la pédophilie[3],[2]. Ils contrastent avec son apparence innocente et ses costumes de scène enfantins[9],[17]. GiedRé estime que ses chansons ne sont pas provocantes, elle dit retranscrire la réalité, qui est selon elle « souvent choquante »[6],[7],[18].

Au sujet de ses textes, la presse évoque les chansons parfois crues de Pierre Perret ou encore Georges Brassens, que la chanteuse a beaucoup écouté[19]. GiedRé se dit fan de musique folk. Elle cite également l'humoriste québécois Jon Lajoie et le comédien américain de stand-up George Carlin parmi ses références[14].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Taratata Extra - GiedRé - Et Toc !, YouTube, 14 mars 2013.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Gilles Renault, « GiedRé, sans tabou, ni trompette », Libération,‎ 15 mai 2012.
  3. a, b, c, d et e « Ravissante et abjecte, GiedRé chante son monde dans des lieux insolites », AFP,‎ 8 décembre 2011.
  4. (lt) Karina Ziminaitė, « Giedré – lietuvaitė, pakerėjusi prancūzus », 15 min,‎ 30 juin 2010.
  5. a, b et c Patrick Morier-Genoud, « Oh, la belle insolente », L'Hebdo,‎ 25 mai 2011.
  6. a et b Gilles Médioni, « GiedRé : « Je ne suis pas dans la provoc » », L'Express,‎ 16 juillet 2011.
  7. a et b [vidéo] « Le Labo : GiedRé », France Ô,‎ 9 février 2012.
  8. Michel Troadec, « Giedré : Mon premier CdVd », Ouest-France,‎ 28 août 2011.
  9. a et b « Angélique diablesse sur scène », Le Nouvelliste,‎ 5 juillet 2011.
  10. a et b Marie Fauvel, « Vivement (dé)conseillée », Sud Ouest,‎ 7 juillet 2011.
  11. a, b et c Emmanuel Marolle, « L’ovni Giedré a secoué le Printemps », Le Parisien,‎ 25 avril 2012.
  12. Chantal Guy, « Lisa LeBlanc et GiedRé: des filles et des gros mots », La Presse,‎ 10 juin 2012.
  13. a et b Pascal Lepoutte, « GiedRé vous prie de passer au Salon », L'Avenir,‎ 8 octobre 2012.
  14. a et b [audio] Pierre Siankowski, « Magasin Central : Une chanteuse à l'humour chafouin et l'histoire du minitel », Le Mouv',‎ 27 octobre 2012.
  15. [audio] Alain Pilot, « La bande passante : GiedRé », RFI,‎ 23 février 2013.
  16. [vidéo] http://www.youtube.com/watch?v=zpG4CZcTpRM
  17. M-J.A, « Giedré : « Je mets le quotidien en chansons » », La Dépêche du Midi,‎ 2 mai 2012.
  18. [vidéo] « Rencontre avec Giedré », TV Fil 78,‎ 23 septembre 2011.
  19. Marc Uytterhaeghe, Jacques Duchateau, « Live buzz aux Francos : la jolie Giedré voudrait pisser debout », L'Avenir,‎ 20 juillet 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :